Les membres du Mauritius Paralympics Committee (MPC) se sont réunis mercredi au centre Lizié Dan La Main, à Curepipe, dans le but de se pencher sur les amendements à apporter aux nouveaux règlements. Il nous revient que pratiquement tous les points litigieux ont été aplanis, à l’exception d’une proposition pour la formation du prochain comité directeur avec sept membres seulement, et non 11. Il a été ainsi décidé que ce dernier obstacle sera discuté devant une assemblée générale spéciale, qui sera fixée pour bientôt et au cours de laquelle les membres présents approuveront les nouveaux règlements. Des démarches seront ensuite entreprises pour l’enregistrement du MPC auprès du Registrar Of Associations, avant d’aller vers une assemblée générale élective.
 « La rencontre de mercredi s’est bien passée. Je dirai même qu’elle s’est tenue dans une ambiance cordiale », a d’emblée déclaré Jean-Marie Malépa, président de la Mentally Handicapped Persons Sports Federation. « Le seul problème rencontré aura été la proposition pour la constitution du prochain comité directeur à sept membres seulement et non à 11. La même approche avait été adoptée, il y a quelques semaines de cela, mais nous nous y sommes toujours opposés », a-t-il précisé. Car selon lui, cette démarche risque de voir une des quatre fédérations handisportives être exclue du prochain comité. Ce qui est « tout simplement inacceptable, voire inadmissible », selon lui, en prenant en considération les dispositions de la Sports Act, a-t-il ajouté.
Pour Jean-Marie Malépa, la loi est « très claire » à ce sujet et du reste, le senior sports officer au ministère de la Jeunesse et des Sports, Rajen Descann, était intervenu, lors d’une récente rencontre tenue au MJS, pour préciser que le MPC ne peut exister que si les quatre fédérations sont toutes représentées au sein du managing committee. Malheureusement, a-t-il ajouté, ce dernier point n’a pu être résolu, mercredi, d’où la décision de porter les débats devant une assemblée générale spéciale, qui sera fixée pour bientôt. « J’espère que l’assemblée prendra en considération la portée de cette proposition et réagira en tant que dirigeants responsables », a-t-il fait remarquer.
Le président de la MHPSF a ajouté que les raisons avancées pour l’institution d’un comité à sept membres seulement ne tiennent pas la route. « Selon certains, un comité à sept membres évitera de se retrouver devant manque de quorum lors des réunions du MPC. Je ne suis pas de cet avis, d’autant qu’il existe des lois dans ce cas précis. Un membre qui n’assiste pas à trois réunions consécutives perd son siège et il ne suffit alors de la remplacer. C’est aussi simple que cela. »
Frais de participation aux Mondiaux
D’autre part, Jean-Marie Malépa dit avoir proposé à ceux présents mercredi que les quelques Rs 300 000 restants dans les caisses du MPC soit investis pour payer les frais de participations aux athlètes qualifiés pour les Championnats du monde d’athlétisme de juillet prochain à Londres en Angleterre. « Après discussions, il a été convenu que l’argent sera effectivement dépensé en ce sens. Ce qui est une très bonne chose, car comme je l’ai toujours dit, il faut mettre l’athlète en avant », a-t-il indiqué.
Pour conclure, Jean-Marie Malépa a souligné être heureux que les choses puissent enfin bouger dans la bonne direction au sein du MPC. « Ce sont les handisportifs qui sortiront gagnant et non Jean-Marie Malépa. C’est ce que j’ai tout le temps voulu faire comprendre. Le bien-être de l’athlète doit se retrouver au centre des préoccupations. Les Mondiaux d’athlétisme arrivent à grands pas et j’espère que tout sera mis en oeuvre pour que les Mauriciens qualifiés puissent se préparer et se déplacer en Angleterre dans les meilleures conditions. Car il ne faut surtout pas oublier que c’est la toute première fois que nos athlètes se qualifient pour une compétition de cette envergure sans avoir bénéficié d’une invitation », a-t-il conclu.