Le président de la Mauritius Handicapped Persons Sports Federation (MHPSF), Jean-Marie Malépa, accompagné de l’entraîneur national, Jean-Marie Bhageerathee, ont effectué une visite de quatre jours, il y a un peu plus d’une semaine, à Rodrigues. L’objectif étant d’abord d’évaluer six athlètes souffrant d’handicap intellectuel en vue des 9es Jeux des Iles de l’océan Indien prévus du 1er au 9 août prochain, à La Réunion. Les deux hommes ont également rencontré le commissaire de la Santé et des Sports, Ismaël Valimamode. En l’absence de  Jean-Marie Malépa qui était à la conférence annuelle de la Special olympics en sa capacité de président de la Special olympics Mauritius, lors de la semaine écoulée, à Johannesburg en Afrique du Sud, Jean-Marie Bhageerathee a confié à Week-End sa satisfaction par rapport à cette tournée dans l’île.
Il était très important, selon Jean-Marie Bhageerathee, de se rendre à Rodrigues pour évoluer les six athlètes identifiés et ce, après les premiers Jeux nationaux paralympiques de l’année dernière. « Nous avons trouvé des athlètes motivés et déterminés et ce, malgré le très peu de moyens dont ils disposent », a d’emblée déclaré l’entraîneur national. Ce dernier a ajouté avoir eu l’occasion de faire une évaluation de deux athlètes féminins, nommément Noëlette Casimir (100m et saut en longueur) et Danielle Manan (poids et 800m) et de quatre athlètes masculins que sont Jamesley Perrine (100m et poids), Jean-Daniel Jolicoeur (800m), Jean-Carl May (poids) et Boucherville Manan (poids). Ces tests ont eu lieu samedi dernier, au stade Camp du Roi. « Tous les athlètes ont réalisé les minima pour les Jeux des Iles et c’est de bon augure. Les Rodriguais ont un gros potentiel et ils l’ont prouvé », a fait remarquer Jean-Marie Bhageerathee.
Cette première étape terminée, les athlètes Rodriguais participeront, avec les autres athlètes présélectionnés pour les JIOI, à une compétition prévue pour le mois prochain. Deux options s’offrent à l’organisation de cette compétition, notamment à Maurice ou à Rodrigues. Tout dépendra des finances dont dispose la MHPSF. Ce déplacement à Rodrigues a également permis à l’entraîneur national d’évaluer le spécialiste du 800m, Denovan Rabaye, lequel n’avait pu participer à une évaluation à Maurice, récemment, dans la mesure où il était souffrant. « Denovan a confirmé tout le bien qu’on pense de lui. Il possède un gros potentiel et demeure le meilleur sur la distance. C’est un potentiel médaillé d’or aux Jeux des Iles », a indiqué  Jean-Marie Bhageerathee.
Lors de leur visite dans l’île, Jean-Marie Malépa et l’entraîneur national ont rencontré le commissaire Valimamode. Selon Jean-Marie Bhageerathee, ce fut une réunion positive et cordiale. « Le commissaire est quelqu’un de très réceptif et qui aime le sport. Il nous a promis son soutien. Nous avons parlé de la préparation des Jeux des Iles et de la Special olympics. J’ajouterai qu’un athlète de l’île a été sélectionné pour participer en juillet prochain aux Jeux de la Special olympics, à Los Angeles aux Etats-Unis. » Une rencontre a également eu lieu avec le commissaire du Travail, des Relations industrielles et de la Sécurité sociale de Rodrigues, à savoir Daniel Baptiste. « Au nom de la fédération, nous remercions les Rodriguais pour leur hospitalité et pour nous avoir permis de mener à bien notre mission. »
Comme indiqué, Jean-Marie Bhageerathee a constaté un manque de moyens à Rodrigues et ce, malgré la bonne volonté des commissaires Valimamode et Baptiste. Une situation pratiquement identique à celle des handicapés intellectuels de Maurice. « Il y a huit médailles d’or à prendre et on nous demande d’en ramener le maximum. Mais comment faire lorsqu’on n’est pas soutenu comme il se doit ? C’est connu de tous que pour être performant, il faut participer à des stages et compétitions de haut niveau à l’étranger. La fédération fait de gros effort pour satisfaire ses licenciés. En revanche, du côté des autorités concernées, ce n’est pas le même enthousiasme. Pourtant, d’autres fédérations bénéficient généreusement du soutien du ministère de la Jeunesse et des Sports », a-t-il fait remarquer.
Jean-Marie Bhageerathee a ajouté qu’au niveau des handicapés intellectuels, la préparation se poursuit avec la même rigueur et détermination. Cela à la raison de deux fois par jour. « Comment évaluer ces athlètes s’ils n’ont même pas la chance de participer à de compétitions de haut niveau. Déjà, le dossier de participation au Grand Prix d’athlétisme de Chine (14 au 20 avril), n’a pas été approuvé. Par contre, pour d’autres handisportifs, les choses paraissent beaucoup plus faciles. C’est dur de l’accepter, mais c’est comme ça », a-t-il fait ressortir.