Le Front commun des syndicats du transport affilié au Mauritius Labour Congress a présenté ses doléances hier au ministre du Travail Shakeel Mohamed concernant la « situation de déroute » dans le secteur du transport. Une rencontre qui a porté ses fruits, a indiqué le président du MLC Haniff Peerun, et qui a aussi rassuré les employés, tout en évitant le recours à la grève. 
Dans une lettre adressée à Shakeel Mohamed le jeudi 21 juillet, Haniff Peerun souligne : « I am hereby forwarding to you a letter from Trade Union in the Transport Sector addressed to the Minister of Public Infrastructure, Land & Shipping. I am appealing to you to intervene in the matter so as to prevent the deterioration of the good industrial atmosphere which already exists. I do hope that necessary will be done and that your Ministry will intervene in favour of workers of the Transport Sector. » Le ministre du Travail a accepté de recevoir le Front commun des syndicats du transport, qui regroupe notamment le Taxi Proprietors Union, le Mauritius Bus Transport, le Triolet Bus Service Employees Union, le Bus Industry Traffic Officers Union, la Bus Industry Staff Association, le Transport Corporation Employees Union, la CNT, le Union Rose Hill Transport, le United Bus Service Employees Union.
Au niveau de la National Transport Authority, Haniff Peerun insiste que la « NTA pa kapav revok licence chauffeur… Li anticonstitutionnel. Line Barracks ki octroie le permis de conduire et seulement une cour de justice qui a l’autorité de suspendre ou de révoquer un permis de conduire ». Le président du MLC a réclamé des sanctions contre les chauffeurs qui enfreignent la loi et qui ne s’arrêtent pas pour prendre à bord les personnes âgées ou les étudiants. « Il faut leur donner un warning mais pas révoquer leur permis de conduire. Kouma zot pu vivre sinon ! Pena aukenn autorité légale ki kapav suspann zot licence, c’est enn aspect ki bizin reguété. » 
Shakeel Mohamed, a indiqué Haniff Peerun, a donné sa parole à ceux présents à la rencontre qu’il allait convoquer le management de la Rose-Hill Transport, la CNT et le United Bus Service. Le ministre du Travail a aussi sollicité l’intervention de son collègue Anil Bachoo, ministre du Transport, en vue de  solutions. Le président du MLC a par ailleurs fait ressortir que le « Paternity Leave » de cinq jours a été ramené à trois jours. Et de dénoncer : « Un employé du secteur du transport devra prendre son full month vacation leave mais pas moins d’un mois, sinon il sera privé de son salaire. Ce qui est contraire à la loi du travail. Ministre travay finn truvé ki dan sa secteur-la ena enn mal interprétation de la loi ek pli grav repose lor retirement. Lontan ti pe retire onze jours par l’année service lors gross pay ki ti englobe congé public, overtime ek dimanche. Zordi zot compte retirement zist lors basic salary. Travailleur sorti perdant, car li pa gagn narien kom retraite. »
Haniff Peerun s’est également appesantir sur le « Casual Leave » : « Pu approuv enn congé pu ou kapav ale l’enterrement enn proche, voisin ou ami, zot dimann ou produire enn document voire l’acte décès dimoun ki ou finn ale assister so l’enterrement-la. Kot ou pu ale gagn acte décès voisin, kamarad… Li aberrant comme sityation. » Le président du MLC a aussi évoqué le permis à points qui, a-t-il souligné, ne peut concerner les chauffeurs d’autobus qui roulent tous les jours. « Pa kapav sanctionne enn chauffeur ki finn fer infraction au code de la route pareil kouma enn dimoun ki pe tir so loto zist dan week-end pu conduire. Permis à point-la pa adapté à bann chauffeur bus. » 
Dans la foulée, Haniff Peerun a dénoncé les conditions dans lesquelles travaillent les chauffeurs d’autobus. Il réclame la présence de policiers dans des régions à risques, là où il y a par exemple des discothèques. « Les fêtards prennent souvent l’autobus bus ivres et refusent de payer… Ce qui peut-être dangereux pour le conducteur. » Dans l’ensemble, le président du MLC s’est dit satisfait de sa rencontre avec Shakeel Mohamed qui s’est rallié à la cause des employés du transport et auxquels il a affirmé son soutien. « Linn truv injustice ki finn fer à l’encontre travailleurs transport ek bann ki pa pe respecté la loi. Linn promet ki li pu reguet tou bann problème pou redonn employés sa secteur-la so respect, so dignité pu li kapav fer so travail kouma bizin. » 
Une autre réunion est prévue sous peu pour revoir les autres problèmes qui rongent le secteur du transport.