Accusé par une collègue de harcèlement sexuel, un employé de banque a bénéficié d’un verdict d’acquittement prononcé par le magistrat Vijay Appadoo, siégeant en cour intermédiaire.
L’acte d’accusation, en effet, soutient que le 27 juin 2010, l’accusé aurait commis le présumé délit. Dans la déposition qu’elle a donnée à la police elle avait expliqué que  l’acte – qu’elle a jugé répréhensible – se serait passé durant la nuit, précisant que l’accusé l’aurait caressé en passant ses mains à l’intérieur de ses vêtements. Elle a dit avoir subi un traumatisme, ajoutant que c’était pour cela qu’elle n’a pas rapporté les faits sur le champ à la police ni au directeur de l’établissement bancaire où elle travaille.
C’est le lendemain qu’elle est rentrée chez elle, et ce n’est que plus tard qu’elle a informé son directeur de ce qui s’est produit. Le suspect a été suspendu de son poste mais a pu le reprendre après qu’une enquête interne se soit prononcée en sa faveur.
Lors du procès en cour, l’accusé a laissé entendre qu’il venait de se marier, ajoutant qu’il pensait que sa collègue était amoureuse de lui.
Après avoir écouté ce qu’avaient les deux parties, le magistrat est parvenu à la conclusion que la poursuite n’a pu établir la culpabilité de l’accusé sans le moindre doute raisonnable.