Une augmentation des tarifs fait grincer les dents. Les habitants des régions de Cassis, La Saline, Bain-des-Dames et Résidence Vallijee ont en effet tenu à faire part de leur mécontentement face à la hausse des prix des taxis, passant de Rs 20 à Rs 25, pour sortir de Cassis et se rendre à Port-Louis. Une réunion de mobilisation s’est tenue en face de l’église St Sacrement, à Cassis, afin que les habitants fassent part de leur colère quant à la décision de certains chauffeurs d’augmenter leurs tarifs, ce qui, selon les habitants, constitue « un abus qu’on ne peut tolérer ».

Olivier Bancoult, qui a pris la parole lors de cette réunion, a soutenu qu’en tant qu’habitant de Cassis utilisant les taxis, « se enn ogmantasion exazere ek inzistifie ». Il poursuit : « Sa mem moyen la plipar dimoun itilize pou al travay. Lor ki baz bann sofer in fer kalkil pou ogmante zot tarif par Rs 5. Li bizin equitab. Li regretab ki zot deside ogmante san kinn koumans enn dialog ant sofer ek voyazer. » Olivier Bancoult ajoute que cette hausse n’est observée que dans la région de Port-Louis, rappelant que la Taxi Owner’s Association ne s’est pas encore prononcée sur une éventuelle augmentation des tarifs malgré la hausse des prix des carburants. Il a aussi fait comprendre qu’une lettre sera envoyée au Road Transport Commissioner pour obtenir une liste de tous les chauffeurs de taxi « ki ena zot patante dan la rezion Cassis ».

Jayen Chellum, de l’ACIM, a, lui, dit « l’importance de se mobiliser » pour contrer les agissements des chauffeurs de taxi, « ki pe inpoze enn pri e pe azir de fason inzist ». Il a émis quelques propositions, dont la réintroduction de taximètres dans les taxis ou encore une révision des dispositions de la loi à la NTA concernant les patentes. Les personnes présentes se sont entendues pour trouver des alternatives à ce problème de hausse des tarifs de taxis et d’en discuter pour « éviter tous types d’abus exercés sur les habitants ».