Onze personnes ont manifesté de manière symbolique devant les locaux de la Central Water Authority à St-Paul ce matin contre l’augmentation des tarifs d’eau potable et des eaux usées, annoncée pour début 2012. Cette initiative revient au Front commun des travailleurs sociaux, dont fait partie l’Association des consommateurs de l’île Maurice.
« Ogmantasyon dilo nou pale, Beebeejaun demisione, Lepep revey twa, Fact Finding Committee lor CWA. » C’est par ces cris que les manifestants ont essayé d’attirer l’attention des autorités et du public sur la hausse des tarifs d’eau et des eaux usées prévue pour le début de l’année prochaine. « Nous sommes frustrés avec l’annonce de cette augmentation », a déclaré Salim Muthy, un des participants.
« Comment se fait-il qu’après plus de 40 années d’indépendance, nous n’avons pas suffisamment d’eau à Maurice ? Et on veut augmenter les tarifs ? Cette situation démontre l’incompétence des nominés politiques qui sont à la tête de la Central Water Authority (CWA). Le ministre Beebeejaun doit démissionner de son poste », a lancé M. Muthy, avant d’annoncer l’organisation d’un water walk d’ici la fin de l’année et à laquelle sera conviée toute la population.
Pour Jayen Chellum, secrétaire général de l’Association des consommateurs de l’île Maurice (ACIM), « la hausse des tarifs d’eau est indécente non seulement par son ampleur, mais aussi par le fait qu’une bonne partie de la population ne reçoive pas assez d’eau. » « Nous aurions compris cette augmentation si le système de distribution avait été amélioré. Mais là, nous ne comprenons pas pourquoi les consommateurs doivent payer deux fois le coût ! Nous payons effectivement pour un litre d’eau alors que nous ne recevons qu’un demi-litre de la CWA. La population doit comprendre cette situation car la moitié de la production se perd dans le réseau. »
M. Chellum a estimé que le gouvernement prend la population pour « des imbéciles » en la faisant accroire qu’il augmente les tarifs afin de remplacer de vieux tuyaux. « Sur les Rs 10 milliards nécessaires pour les travaux, le gouvernement n’a contribué que Rs 454 millions en 2010 et Rs 568 millions en 2011. S’il avait consacré des milliards de roupies à ce projet, nous aurions compris… » a-t-il déclaré.