La particularité de Dominique Denaive, créateur de bijoux, est que ses oeuvres composées de résine sont impressionnantes de par leur taille : grosses bagues, sautoirs. Ce coloriste s’est taillé une solide réputation auprès de grands couturiers parisiens. Plus que la réalisation de simples bijoux, ses créations résultent d’un véritable travail d’expression.
Rien qu’une petite escale dans ses magasins situés au Caudan et à Arsenal, pour en ressortir conquis devant tout cet attirail de bijoux de toutes les couleurs. Des bracelets multitailles et multicolores, des bagues marbrées ou nacrées avec des couleurs enjoliveuses fabriquées à base de résine. Dominique Denaive a travaillé avec les plus grands dont Christian Lacroix, Kenzo, Dior. « Lacroix m’a surtout choisi parce qu’il voyait que je maîtrisais bien les couleurs. » Sa spécialité : la résine. Dominique Denaive est aussi un spécialiste de la céramique et du verre. L’homme est méticuleux. Son geste est précis. Avant la confection d’un bijou, il traque des objets insolites pour une forme unique à la matière. De là, il travaillera sa parure… Le finish est surprenant. Sous ses doigts habiles, la résine se mue en de parfaites courbes, le bijou dans sa pureté que Dominique Denaive sublimera, rendra la femme encore plus belle. L’artiste respecte à la fois le design, les mélanges de couleur, les ombres et lumières, tout en insistant sur l’harmonisation des formes et des couleurs. Pour Dominique Denaive, chaque bijou a une histoire, une âme.
Intense
Dans son atelier à Arsenal, celles employées dans la réalisation d’un bijou savent s’y prendre avec doigté. On découvre un style qu’on ne connaissait pas : le collier torque qui se porte à ras le cou. Dominique Denaive en a toute une panoplie dans sa collection de bijoux, destinée tant au marché mauricien que français. Le bijoutier dit s’inspirer de tout afin de créer : « Cela part des voyages, de différentes cultures que j’essaie de représenter dans mes bijoux. Je suis avant tout un coloriste, j’aime jongler avec les couleurs. » Ses couleurs, il les veut à la fois intenses, transparentes ou opaques, avouant créer uniquement selon la tendance de la mode qui prévaut. « Il faut s’y prendre quatre mois à l’avance. »
Dans cette même collection, la « Cosmic Midnight », prête pour l’automne 2012-2013 où la nacre et le métal s’allient harmonieusement à la brillance de la résine. Dans une autre appelée « Mineral Safari », le créateur puise son inspiration de la nature et de la pureté des couleurs terrestres. Dans les nuances de « Miami Beach », il a choisi de mettre en relief des bijoux peps aux couleurs vitaminées comme un retour sur une peinture à la Andy Warhol. Vous l’avez compris : Dominique Denaive est un pro en matière de création en haute résine.
On craque pour le bleu canard, le jaune citron, le rouge vif. L’artiste n’aime pas trop parler de lui préférant laisser cela à sa femme Lena, d’origine suédoise. Elle est sa muse. Ensemble, ils ont deux enfants : Emma, son attachée de presse à Paris et qui s’occupe de tous les défilés fashion de son père, et Tom, basé à Maurice, qui est le manager des ateliers de fabrication de ces bijoux. « Cela fait une trentaine d’années que la société Denaive existe à Paris. C’est par accident que mon mari en a fait son métier. Il était dans le show-biz à Paris et un jour il a eu un déclic. Il a commencé à investir dans de petites machines et de là sont nées ces créations en résine. » Lena avoue qu’en tant que femme, les bijoux de son mari ne laissent aucun élément féminin insensible. « Il ne crée pas pour un type de femme, mais plus pour la femme qui ose, qui a du caractère et qui sait réinventer la mode. Les bijoux sont imposants et en France, une femme qui porte du Prada, du Dior ou du Lacroix, aime bien porter ce style de bijou. Ces collections conviennent surtout aux femmes qui sont elles-mêmes un peu artistes. À Maurice aussi, je note que les couleurs sont très prisées. L’avantage avec les gros colliers, c’est que cela affine la silhouette. »
Chaque pièce travaillée par Dominique Denaive comporte de petites inclusions de couleurs. Fait intéressant dans son approche technique : Dominique Denaive sait apprivoiser la matière sur laquelle il travaille. Pour lui, la création c’est avant tout marier les matières avec les idées et les matières entre elles. « Je peux tout aussi bien créer un bijou ethnique ou faire un judicieux mélange de couleurs. Tout est une question de feeling. »
Entre son atelier à Maurice et ses maisons de Haute Couture à Paris, Dominique Denaive offre une palette de couleurs qui ne laissent personne insensible. Et pour rien au monde, il ne troquerait ce halo de lumière pour un autre métier.