Healthy Kids Sports est une organisation sportive qui vise une clientèle d’enfants, garçons et filles, dont l’âge se situe entre cinq ans et douze ans et, cela, en conformité avec sa vocation, ainsi définie : éduquer l’enfant à la pratique du sport par le biais d’entraînements réguliers et se déroulant dans une ambiance agréable, le tout visant à amener l’enfant à inculquer en lui-même une culture sportive qui lui sera utile tout le long de sa vie.
L’association a vu le jour en octobre 2012 grâce au dynamisme et à la persévérance de Claudio Ferry, moniteur d’éducation physique et entraîneur de football pour les jeunes dans les milieux sportifs mauriciens. C’est sur le terrain de jeu du collège St Mary’s, à Rose-Hill, que se déroule, chaque dimanche matin, la séance d’entraînement hebdomadaire de l’organisation pour les dizaines d’enfants qui constituent sa clientèle et c’est là que nous nous trouvons pour regarder les petits athlètes en herbe évoluer sur le terrain et, aussi, pour rencontrer les personnes qui sont concernées par le déroulement de cette activité sportive.
Chaque séance d’entraînement débute par une petite causerie concernant un item ayant trait à la santé, par exemple l’obésité chez l’enfant, l’importance du sommeil dans la vie de l’enfant, etc. La causerie est faite par Claudio Ferry ou par l’un des entraîneurs parmi lesquels il y a des hommes aussi bien que des femmes. Et, une fois la causerie terminée, place à l’entraînement…
Sur le terrain les enfants sont divisés en plusieurs groupes selon leurs âges respectifs et chaque groupe d’âge est sous la conduite d’un entraîneur ; en tout, il y a six groupes d’âge pour une dizaine d’entraîneurs.
Les entraîneurs ont pour tâche d’initier les enfants qui sont respectivement sous leur contrôle aux techniques d’une discipline sportive spécifique. Par exemple, un entraîneur initiera ses élèves aux techniques du saut en hauteur, un autre aux techniques du lancement du javelot, etc. Outre les disciplines de l’athlétisme, les enfants sont initiés au hand-ball au football, avec le résultat que, au bout de quelque temps, tous les enfants auront été initiés aux techniques de toutes les disciplines sportives au programme.
M. Ferry nous dit que si les parents doivent lui remettre une petite contribution financière à la fin de chaque mois, cette activité relève plutôt du domaine du social compte tenu des investissements qui doivent continuellement y être alloués pour pouvoir l’accomplir sur une base professionnelle. « Les équipements sportifs dont se servent les enfants sont coûteux en sus de la location du terrain, mais, comme le sport est notre passion et également comme nous aimons les enfants, c’est une joie pour nous de répondre à cet appel tous les dimanches matins. »
En toute spontanéité, l’un des enfants présents, Farheen Moosajee, 11 ans, nous livre le témoignage suivant : « Comme j’adore le football je suis satisfait d’avoir appris quelques points techniques associés à ce jeu, par exemple, comment faire une bonne relance, comment faire une bonne passe et bien d’autres… Tous les dimanches, je prends la liberté de réveiller mes parents très tôt pour leur demander de m’emmener ici pour l’entraînement. »
Un entraîneur connu, Roland Espiègle, y entraîne les enfants chaque dimanche matin et c’est en toute connaissance de cause qu’il nous dit : « Il est important pour l’enfant d’avoir une activité physique sur une base régulière puisque cela est un atout pour son épanouissement et, aussi, pour son développement psychomoteur. Ici, entre autres choses, les enfants apprennent à se socialiser, à développer entre eux un esprit d’équipe, à gérer leurs émotions et, aussi, à perdre sportivement. Le sport, c’est une école de vie. »
Un parent, N. Harrykrishna, qui habite à Quatre-Bornes, nous dit que ses deux filles, âgées respectivement de 10 et 11 ans, sont ici chaque dimanche matin pour participer à cet entraînement hebdomadaire et qu’elles en sont satisfaites. « Elles sont toutes deux en CPE dans une école privée et, de ce fait, durant les jours de semaine, elles sont continuellement penchées sur leurs livres de classe. Donc, il est dans l’ordre des choses que je leur accorde la chance de consacrer au moins une demi-journée par semaine à cette activité sportive qui est une distraction saine et agréable. »
Selon les explications de M. Ferry, l’idée de mettre sur pied cette structure d’éducation sportive lui est venue quand, après avoir entendu des échos allant en ce sens, il est arrivé à la conclusion qu’il y a effectivement une clientèle potentielle pour une organisation de cet acabit. Puis, l’idée a fait son chemin dans sa tête avant d’atteindre le stade de projet et, finalement, avec la collaboration de ses collègues en matière de sport, il a réussi à concrétiser le projet. Valeur du jour, l’organisation sportive est venue combler un vide dans la vie de beaucoup d’enfants et, par extension, dans la vie de leurs parents.