Après l’Alliance PTr/MMM jeudi soir, la communauté chinoise a tenu à écouter les messages des dirigeants de l’Alliance Lepep hier soir, au Heen Foh Hall à Port-Louis. C’était l’occasion pour sir Anerood Jugnauth d’aborder les préoccupations des Sino-Mauriciens, comme l’élimination du Best Loser System (BLS) prévu dans le premier texte du projet de loi ayant trait au mini-amendement de la loi électorale. N’était-ce la levée de boucliers de la communauté, qui craignait qu’aucun membre ne puisse siéger comme député, il n’y aurait pas eu de projet de loi modifié.
Cette question a fait dire au leader de l’Alliance Lepep qu’il n’y a pas de meilleur système de démocratie au monde que celui laissé par les Anglais au moment où le pays accédait à l’indépendance. Et dans ce système, a ajouté sir Anerood Jugnauth, les Anglais ont prévu d’introduire le BLS. « Nou dan enn pei ki so ban dimounn ena zot lorizin sorti dan kat kwin le mond », a-t-il dit. Il affirme qu’en 1982, Paul Bérenger lui a proposé d’abolir le BLS. « Si le premier texte de l’amendement constitutionnel avait été mis au vote tel quel, les chances qu’un membre de la communauté chinoise siège au parlement seraient moindres. Cela alors que la démocratie veut dire que tous les citoyens ont les mêmes droits selon les mérites de chacun », a fait ressortir l’ancien président de la République. Il a salué son fils Pravind et les autres membres de l’opposition qui l’ont soutenu lorsqu’il avait soulevé le danger que les Sino-Mauriciens soient exclus de la députation.
Passant à d’autres sujets d’inquiétude pour les Sino-Mauriciens, sir Anerood a d’abord évoqué la question de l’insécurité à China Town. Il dira que le manque de sécurité existe partout à travers l’île, où les viols, les vols et la violence sont pratiqués à n’importe quel moment, ce qui fait que le taux de criminalité est en hausse. Concernant le pillage des tombes au cimetière de Bois-Marchand, SAJ a expliqué que l’administration régionale a sa part de responsabilité au niveau des solutions à y apporter. Toutefois il a promis que le gouvernement de l’Alliance Lepep verra comment il peut contribuer à résoudre le problème.
Sir Anerood Jugnauth a été le seul leader à prendre la parole à cette réunion où étaient également présents Xavier-Luc Duval, Ivan Collendavelloo et Pravind Jugnauth, ainsi que quelques-uns des candidats de Port-Louis, Alain Wong Yen Cheong, Salim Abbass Mamode et Roubina Jaddoo-Jaunbaccus. Le président de service était Dick Ng Sui Wa.
À l’heure des questions, seul Roger Li, président d’une organisation chinoise, a fait une intervention. Il a d’emblée fait remarquer que la veille, il était interdit de poser la moindre question. Roger Li a été très critique envers Paul Bérenger, qui s’est bombé le torse, dit-il, pour dire que c’est grâce à lui et son équipe qu’aujourd’hui ils sont assurés que Michaël Sik Yuen pourra entrer comme Best Loser au parlement. L’intervenant a rappelé ses démarches faites pour ameuter l’opinion publique et la lettre commune signée par les diverses organisations chinoises dans laquelle ils ont tiré la sonnette d’alarme concernant l’élimination du BLS.