L’organisation citoyenne Highlands Engagement for Life and Philanthropy and Solidarity (HELPS) est née en février 2012 d’un élan de solidarité autour d’un chef de famille de la localité qui souffrait d’une maladie incurable. Une ligne téléphonique d’urgence avait été établie à cet effet. Ceux engagés dans cette action n’ont pas souhaité arrêter en si bon chemin et ont décidé de structurer leur mouvement de solidarité en une organisation citoyenne avec l’objectif principal de venir en aide aux personnes défavorisées de la région de Highlands et Belle-Terre.
« Tout a commencé quand j’ai décidé d’établir une ligne téléphonique d’urgence pour venir en aide à un chef de famille de notre quartier qui souffrait d’un cancer du sang. Cette famille de quatre personnes avait eu le malheur de perdre un de ses deux fils 16 ans de cela, emporté par la même maladie. Et voilà que maintenant c’est le père qui en était atteint », explique au Mauricien Ajay Rampersad, porte-parole de Highlands Engagement for Life and Philanthropy and Solidarity (HELPS). « Nous ne pouvions rester insensible devant la détresse de cette famille et bien vite, un grand élan de solidarité s’est formé autour d’elle pour, entre autres, lui venir en aide financièrement, d’autant que ce malade était l’unique gagne-pain de la famille », ajoute-t-il.
Selon Ajay Rampersad, les habitants de Highlands étaient si enthousiastes dans cette opération de solidarité que très vite ils se sont rendus compte de la nécessité de structurer leur mouvement en une organisation civique pour venir en aide aux familles défavorisées de la région d’Highlands et de Belle-Terre. « Et c’est ainsi que nous avons entamé des démarches auprès du Registrar of Associations pour faire enregistrer notre mouvement civique sous le nom de Highlands Engagement for Life and Philanthropy and Solidarity, soit HELPS qui signifie “aides” en anglais… », précise notre interlocuteur.
Les membres et responsables de HELPS se sont donné officiellement neuf objectifs. D’abord, comme initialement décidé, venir en aide aux habitants des régions de Highlands, de Belle-Terre et des environs qui sont dans le besoin. « Mais très vite, nous avons constaté la nécessité de dépasser ce cadre strictement caritatif et philanthropique pour nous intéresser aux problèmes sociaux affectant notre quartier », précise le porte-parole de l’association. C’est ainsi que d’autres objectifs ont été ajoutés. « Actuellement, le problème d’insécurité dans notre région nous préoccupe beaucoup », explique notre interlocuteur.
Autre préoccupation des animateurs de HELPS : le problème de la prolifération de drogue et de l’alcoolisme et des fléaux sociaux qui en découlent. « Ce problème n’est certes pas aigu, mais il a commencé à montrer le bout de son nez et nous n’allons pas attendre que la situation devienne incontrôlable pour nous en préoccuper », affirme Ajay Rampersad.
Selon le porte-parole de HELPS, il existe à Maurice un manque aigu de loisirs à Highlands, ce qui pourrait pousser certains à se laisser tenter par la drogue ou l’alcool. « Puisque “prevention is better than cure”, comme dit l’Anglais, nous avons pensé promouvoir des activités sportives pour permettre à nos jeunes de découvrir des loisirs sains. HELPS organise par conséquent des journées sportives, des “cross-country”, des tournois de pétanques, et des “fun days” afin d’inculquer chez les jeunes de l’endroit les valeurs du sport qui sont, entre autres, l’entraide, la solidarité, la compétition saine et le dépassement de soi », explique-t-il.
Promouvoir l’éducation et la formation professionnelle est un autre objectif que se sont fixé les promoteurs de HELPS. « Seule l’éducation nous permet de progresser socialement, collectivement et individuellement… Aussi, nous faisons tout notre possible, selon nos faibles moyens, pour encourager les habitants à se consacrer à leurs études et leur travail », soutient Ajay Rampersad.
En ligne avec l’objectif précité, HELPS a organisé une cérémonie de remise de prix aux élèves de Highlands et des environs qui ont réussi aux examens du Certificate of Primary Education (CPE) en 2012. Pour ceux qui sont déscolarisés, l’association propose des causeries et formations sur divers thèmes, dont la nutrition.
Cette organisation saisit également toute occasion pour sensibiliser les habitants aux causes nobles. Par exemple, ils se sont mobilisé pour récolter des vêtements, de la nourriture et de l’argent afin de venir en aide aux sinistrés des inondations en mars dernier. De même, l’« Earth Day » a été célébré dignement ; à cette occasion des élèves des écoles du gouvernement de Highlands et de Shri Shambhoonath ont mis en terre des plants endémiques. « Il s’agissait surtout de les sensibiliser à l’importance de garder leur localité propre et d’oeuvrer pour une île Maurice durable », explique Ajay Rampersad.
Dans le cadre de la Journée mondiale de l’environnement, HELPS a mené dimanche dernier une campagne de nettoyage impliquant de très nombreux volontaires, soutient notre interlocuteur. Pour les six mois à venir, l’association a déjà élaboré son programme d’activités (voir encadré).
« Notre plus grande ambition toutefois est de finaliser un livre retraçant l’histoire de Highlands de 1 700 à nos jours. Ouvrage que nous comptons publier l’année prochaine », affirme Ajay Rampersad.