Le temps de quelques oeuvres incendiées par une couleur brutale et agressive, il prête sa voix au fauvisme, aussitôt dépassé par l’appel de la ligne pure, sensuelle et décorative qui inaugure les grands chefs-d’oeuvre plastiques. Picasso disait, avec humour, que seul Dieu et Matisse pouvaient juger son oeuvre.
L’oeuvre d’Henri Matisse perpétue la tradition du classicisme français, que l’on pourrait définir par une quête continue d’une certaine pureté formelle donnant vie à un art dominé par le souci de l’équilibre. Où un certain plaisir de vivre assure un contrepoids salutaire aux tourments de l’esprit.
Henri Matisse est né le 31 décembre 1869 en France. À vingt ans, à la suite d’une crise d’appendicite, il est contraint de rester alité pendant de longues semaines. Pour occuper ses journées, sa mère lui offre une boîte de peinture. Il découvre le plaisir de peindre.
En 1890, il abandonne définitivement les études de droit pour se consacrer à la peinture et s’installe à Paris. Après avoir été admis à l’école nationale supérieure des beaux-arts, il fréquente l’atelier de Gustave Moreau en 1895. Il visite les expositions de Jean-Baptiste Camille Corot et celles de Paul Cézanne.