La première réunion du conseil des ministres post-Budget 2016/17 de ce matin devait être marquée par de vifs échanges au sujet du projet Heritage City, avec le transfert du siège de l’Assemblée nationale et de ministères clé, dont le Prime Minister’s Office, de Port-Louis à Bagatelle. Ce projet, nécessitant des investissements de l’ordre de USD 800 millions (Rs 28 milliards), est au centre d’une bataille rangée au sein du gouvernement depuis le début de la semaine avec une fronde anti-Heritage City menée par le Senior Adviser au ministère des Finances, Gérard Sanspeur. Après le clash magistral lors de la réunion du board de Heritage City Co Ltd mardi dernier, le membre du conseil d’administration Gérard Sanspeur remettant en cause la pertinence de l’initiative, le projet Heritage City devra faire l’objet de discussions lors du Cabinet Meeting de ce matin au Treasury Building. Tout semble indiquer que la question devra être tranchée d’une façon ou d’une autre après les délibérations du jour.
À ce stade, le ministre des Services financiers et de la Bonne gouvernance, Roshi Bhadain, qui s’est vu confier la supervision de la mise à exécution de cet important projet, bénéficie du soutien du Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, face à la fronde anti-Heritage City, qui se fait encore plus bruyante depuis la présentation du Budget. Toutefois, un des points soulevés par les contestataires semble avoir fait tilt, soit la proximité de Heritage City avec le Bagatelle Dam et les risques d’éclatement de la digue, avec des conséquences sur tout l’aménagement prévu en aval.
Des recoupements d’informations auprès de sources officielles en marge des travaux parlementaires d’hier indiquent que l’hôtel du gouvernement est en quête d’assurance contre toute rupture du barrage. Cette éventualité est évoquée dans un document de 22 pages établissant la liste des objections contre le projet Heritage City dans sa forme actuelle, et attribuée à la fronde Sanpeur. « The selection of site for Heritage City project is questionable, taking into consideration site grading, the two rivers bordering the site and most importantly the proximity of the Bagatelle Dam. The conceptual engineering plan does note take into consideration any potential failure of the dam », souligne le document, qui fait l’objet de commentaires dans certains milieux et qui devait être évoqué lors des délibérations du conseil des ministres de ce matin.
La solution intermédiaire, vu l’intérêt personnel du Premier ministre dans la réalisation de ce projet de transfert de la capitale politique de Port-Louis à Bagatelle, pourrait se situer au niveau d’une “dam break analysis”, projet faisant partie du budget du ministère des Utilités publiques. En effet, pour l’exercice financier 2016/17, le ministère des Finances a alloué des fonds de Rs 15 millions à cet item consacré à des “Studies on Water Resources and Development”, avec un déboursement de Rs 20 millions et de Rs 10 millions pour les deux années suivantes.
L’un des premiers cas d’étude sous cette analyse pourrait être le cas du Bagatelle Dam, les conclusions devant être soumises aux autorités au plus tard avant la fin de l’année, soit dans les délais les plus courts. Première conséquence : au mieux, le calendrier d’exécution des travaux de Bagatelle City devra subir un allongement des délais afin d’attendre la soumission des conclusions de cette étude portant sur l’évaluation des risques potentiels de rupture de la digue.
Toujours avec la construction du Bagatelle Dam, un autre problème se profile à l’horizon. Ce projet, qui a coûté jusqu’ici une somme non négligeable de Rs 6 milliards, pourrait ne pas être en mesure de ne pas fournir les 14 millions de mètres cubes d’eau potable dès la fin des travaux. Et pour cause : le Bagatelle Dam ne disposera pas de “treatment plant” avant la distribution d’eau stockée avec cette digue, dont la livraison du chantier est annoncée pour la fin de l’année. Pour doter le Bagatelle Dam de cette “treatment plant”, le gouvernement devra d’abord identifier le site idéal dans les parages et trouver ensuite Rs 2 milliards pour le financement des travaux.
Comme quoi la région de Bagatelle ne porte pas chance à l’exécution d’ambitieux projets de développement avec des fonds publics car après Bagatelle Dam, le projet de Bagatelle City semble s’embourber…