Au moins cinq containers contenant une importante cargaison de matériel et fournitures de contrefaçon de Hewlett Packard (HP) ont été interceptés au cours de ces six derniers mois par les autorités mauriciennes. Plus de 4 300 articles illégaux – fournitures pour imprimantes, emballages contrefaits et accessoires PC – de cette marque ont été saisis. La compagnie renforce sa lutte contre ce fléau avec l’aide des autorités mauriciennes et organise cet après-midi une table ronde avec la participation des représentants de la douane, des hommes de loi et du gouvernement.
Quelque 1 700 fausses étiquettes de sécurité et 2 700 articles illicites ont été saisis par la douane. Le stock contenait aussi des cartouches d’encre vides destinées à en faire par la suite des produits HP contrefaits. Ces articles proviennent de plusieurs parties du monde, dont l’Asie, et sont assemblés ou “fabriqués” aux Émirats arabes unis à Dubayy et en Arabie Saoudite.
Il semblerait que ces produits contrefaits étaient destinés non seulement au marché mauricien, mais aussi africain. HP n’a pas manqué de féliciter les autorités mauriciennes pour leur contribution à la lutte contre le traffic d’articles contrefaits dans la région. « Nous sommes très heureux d’avoir pu aider les autorités sur place en identifiant les produits saisis comme des contrefaçons et en réunissant des informations cruciales sur les distributeurs et destinataires de ces produits », explique Geoff Eypes, responsable de l’équipe des investigations et opérations anti-contrefaçon HP.
Une autre saisie importante dans la région africaine a eu lieu au Ghana, où les autorités ont confisqué environ 20 000 articles illicites menant par la suite à des poursuites judiciaires. Ces quatre dernières années, HP a mené près de 1 000 enquêtes résultant en plus de 800 opérations, dont des raids et saisies, pour un total d’environ 9 millions de produits destinés à être diffusés dans la zone Europe, Afrique et Moyen-Orient (EMEA) et dans le reste du monde.
La menace des produits contrefaits est prise au sérieux. HP fait de la lutte contre ce fléau une de ses priorités. 95 % de ses produits qui sont sujets à être répliqués de manière illégale sont des cartouches d’encre et des toners pour imprimantes, explique au Mauricien Tina Rose, HP ACF Marketing Programme Manager. Les autres produits imités sont des flash drives, des servers ou encore des accessoires comme des sacs, souris, adapteurs et batteries.
L’entreprise de technologie a développé un programme anti-contrefacon (ACF), visant à sensibiliser, informer, faire la différence et rapporter toute contrefaçon en vue de protéger les utilisateurs. Les groupes de contrebande de leur côté ne manquent pas d’imagination et de ressources afin de tromper les clients : imitant les labels de sécurité – ce qui force HP à investir constamment dans de nouvelles méthodes pour aider le consommateur à identifier un produit d’origine –, ou en rechargeant ou remettant à neuf des cartouches qu’ils placent ensuite dans des emballages HP non autorités ou contrefaits.
Des entreprises à travers le monde font même le ramassage de cartouches d’encre vides pour les revendre à d’autres sociétés qui se chargeront de les remplir avec de l’encre ordinaire afin de les faire passer pour des produits HP d’origine. Les consommateurs sont ainsi trompés en pensant acheter des marchandises d’origine empaquetées dans les copies originales de boîtes HP. Comme de vraies multinationales, les groupes de contrebande font également dans la délocalisation afin de se rapprocher du marché final ; en séparant leurs opérations dans différentes parties du monde de manière à ce que si une de leurs entreprises est épinglée, les autres ne sont compromises et découvertes.