À la hauteur de Phoenix hier après-midi, sur le trajet retour vers Mahébourg, un enfant fréquentant une des écoles de l’APEIM a pris ses camarades et les cinq éducateurs qui les accompagnaient par surprise en ouvrant subitement la porte arrière de l’autobus et s’est jeté sur l’asphalte. Le premier moment de choc passé, les éducateurs l’ont transporté à une clinique pour recevoir les soins nécessaires car il a été blessé au front. Il a été sous observation pendant tout l’après-midi mais a pu rentrer chez lui.
Les enfants de l’APEIM revenaient d’une visite médicale organisée par le ministère de la Santé à Trianon lorsque cet incident malheureux s’est produit. « C’est un enfant assez agité et qui ne parle pas. Sous le coup d’une impulsion, il a ouvert la porte arrière du bus et a sauté. On l’a transporté immédiatement à la clinique. Les éducateurs sont restés auprès de lui jusqu’à très tard », soutient la directrice de l’APEIM, qui souligne la présence de plusieurs éducateurs dans le bus contrairement à ce que disent certaines personnes. En outre, des employés de cette organisation sont agacés par des informations inexactes véhiculées par des personnes qui n’ont pas été témoins de cet incident.
Cet incident regrettable survient à la veille de la manifestation qu’organisent les parents d’élèves de l’APEIM qui réclament le droit à l’éducation gratuite pour les enfants handicapés. Pour rappel cette manif à lieu à partir de 10 heures au Jardin de la Compagnie. Les organisateurs s’attendent à ce que tous les parents d’enfants avec différents types de handicap y participent.
Pour sa part, la directrice de l’APEIM insiste sur la nécessité de la prise en charge totale par l’État des écoles spécialisées pour enfants à besoins spéciaux. « On ne peut plus continuer avec l’organisation des levées de fonds année après année pour maintenir l’éducation spécialisée. On demande au gouvernement de prendre la relève dans ce domaine », insiste Irène Alessandri.
S’agissant de la fermeture annoncée des écoles de l’APEIM pour décembre, la directrice confirme avoir eu des réunions avec le ministère de l’Éducation mais que celles-ci n’ont débouché sur « aucune proposition écrite ». Or, dit-elle, l’APEIM souhaite un « vrai engagement » du gouvernement envers les enfants handicapés.
Par rapport à la manif de demain, la directrice de l’APEIM souligne que l’initiative en revient aux parents qui « veulent faire entendre leurs voix » et espère que les Mauriciens seront nombreux à soutenir les revendications de ces derniers.