“Aret fer dominer ar travayer lotel”, “Rann public Renumeration Order”, “Overtime bizin payé”… Ce sont avec ces revendications que de nombreux employés d’hôtels et de restaurants, regroupés au sein de la Mauritius Hotels and Restaurants Employees Union(MHREU), ont défilé dans les rues de Rose-Hill, hier après-midi. Une manifestation pour réclamer, entre autres, la publication du rapport du National Renumeration Board (NRB) concernant l’industrie de l’hôtellerie, rapport attendu depuis une dizaine d’années.
Las de l’indifférence du ministère du travail à leur égard, les quelques employés d’hôtels et restaurants des quatre coins de l’île, qui ont pu obtenir un release, ont choisi la rue, hier, pour faire entendre leur voix. Jean François Mars, président du syndicat, indique que depuis 2004, les employés de l’industrie touristique attendent en vain la publication du rapport du NRB. La publication de ce rapport, dit-il, est nécessaire pour que les salaires et conditions d’emploi des employés du secteur soient revus. S’il a envoyé plusieurs courriers au ministre du Travail, Shakeel Mohamed, à ce jour, le syndicat n’a eu qu’une communication téléphonique avec le PS de ce ministère qui aurait simplement pris connaissance des griefs des employés d’hôtels. Le syndicat dit attendre en vain une rencontre.
Le négociateur de la MHREU, Amba Lutchoomanen, souligne que l’attente a assez duré. “Ar nou, non”, disent les employés du secteur, d’autant que leurs conditions de travail, déplorables, les empêchent d’avoir une véritable vie sociale. Réclamant ainsi le paiement des heures supplémentaires après 8h de travail, ainsi qu’un système de 40h, le syndicat espère que les autorités tiendront compte de leurs griefs au plus vite. Autrement, ils envisagent une nouvelle manifestation devant le Parlement. “Parey kouma en 1976 kot premier rapport NRB finn fini par publier après manifestation divan Parlement, nou pou manifester pou ki ministres, députés ek toute la population tann nou la voix, nou miser”, disent les membres de la MHREU.
En cas de sourde oreille toujours du ministère du Travail, les employés d’hôtels et restaurants envisagent d’étendre leurs actions syndicales auprès des touristes lors de la haute saison. “Touris bizin konné kouma travayer traité ici. Nou pou fer manifestation devant lotel si bizin”, disent-ils, estimant que l’indifférence des autorités a trop duré.