La région de Mapou a été le théâtre d’une simulation hier après-midi. La situation était celle de pluies torrentielles menaçant les habitants et étudiants de la localité. Plus de 100 éléments provenant des rangs de la Special Mobile Force, la Special Support Unit, la National Coast Guard et les services des pompiers, entre autres, ont participé à ce test grandeur nature en vue d’évaluer leur rapidité d’intervention dans ces situations extrêmement critiques.
Dès 13h03, c’était le branle-bas de combat hier après l’émission d’un communiqué spécial de la station de météorologie de Vacoas indiquant des pluies torrentielles dans le nord de l’île. La région de Mapou et ses alentours ont alors été catégorisés de “Flashpoint” compte tenu des risques d’inondations et autres accumulations d’eau. La cellule de crise s’est très vite réunie dans l’enceinte du District Council en vue de dégager des stratégies et des plans d’actions pour éviter toute perte de vies humaines dans la conjoncture. Après avoir dressé un tableau de la situation, la machinerie a été enclenchée avec les services d’urgence – comprenant la Special Mobile Force (SMF), la National Coast Guard (NCG), la Special Support Unit (SSU), les ambulanciers du Samu et la police régulière, entre autres – sollicités sur le terrain pour des interventions.
La priorité absolue était d’évacuer les 560 étudiants se trouvant dans les salles de classe de deux établissements scolaires de la région. Pour cette première partie de l’exercice, une corde a été utilisée afin de permettre aux élèves de regagner les autobus en toute sécurité face à la furie des eaux. Cette étape s’est déroulée sans encombre, si ce n’est qu’un des étudiants a été légèrement blessé et a dû être évacué par le Samu. Cependant, les unités d’intervention n’ont pas eu la partie facile dans la cité de Mapou, des personnes âgées, dont une dame ayant une crise cardiaque, nécessitant des évacuations d’urgences. La dame a été transportée sur une civière par les éléments de la NCG avant que les ambulanciers ne prennent le relais pour le transfert vers l’hôpital du Nord pour des premiers soins.
Au total, 27 habitants ont été évacués par les secouristes. Ils ont été dirigés dans un premier temps à “l’assembly point”, dans la cour du Conseil de District, avant d’être transférés dans une “refuge unit” à Piton. Il aura fallu attendre un nouveau communiqué spécial de la météo, à partir de 15h30, annonçant la fin des pluies torrentielles, pour que les habitants soient autorisés à regagner leur domicile. Une fois l’opération complétée, les “stakeholders” ont participé à une “After Action Review” pour situer leurs points forts et leurs points de défaillance. L’une des satisfactions : la rapidité des exercices d’évacuation exécutés par la NCG, la SMF et la police, entre autres. Les responsables sur le terrain affirment en effet que le temps accordé pour cette partie des opérations a été respecté.