Les autorités indiennes ont procédé, hier, au chantier naval du Garden Reach Shipyard & Engineers de Kolkata à la livraison officielle du CGS Barracuda, construit pour le compte de la National Coast Guard de Maurice. Compte tenu de l’importance de l’événement, le ministre d’Etat de la Défense de l’Inde, Rao Inderjit Singh, avait fait le déplacement à cette occasion alors que Maurice était représentée par le haut-commissaire basé à New-Delhi. Une escouade de la NCG se trouve déjà en Inde pour prendre les commandes de cette unité pour son Maiden Trip de l’Inde à Maurice.
Intervenant lors de la cérémonie protocolaire, le ministre indien a fait ressortir que la construction du CGS Barracuda pour le compte du gouvernement mauricien constitue une première. “This is the first time that the export barrier has been breached. This would be the first among the long line of ships that we hope to export to various parts of the world”, a-t-il déclaré.
D’ailleurs, en prélude à la cérémonie d’hier, la presse indienne soulignait que “this is the first time an Indian shipyard has been commissioned to design and build a warship to specifications formulated by a buyer country. This marks an important first landmark in the Bharatiya Janata Party (BJP)-led government’s drive to increase defence exports”. Fort de cette expérience, le chantier naval du Garden Reach Shipyard & Engineers participe à un appel d’offres international pour la construction de deux frégates pour la marine des Philippines face à des constructeurs de réputation internationale comme Navantia d’Espagne, STX de France et Hyundai et Daewoo de Corée.
Le CGS Barracuda devrait rallier Port-Louis vers le 9 janvier en vue du Commissioning officiel prévu pour la mi-janvier. Le coût de construction de 58 millions de dollars américains (Rs 1,7 milliard) a été financé sous une ligne de crédits de l’Inde. Cette nouvelle unité de la NCG mesure 74,1 mètres de long et de 11,4 mètres de large avec un tirant d’eau de 3 mètres 50. Pesant quelque 1350 tonnes, elle a une autonomie de 5 000 milles nautiques avec une vitesse horaire de 20 noeuds. Le bâtiment-patrouilleur est doté d’une hélisurface aussi bien que de quatre générateurs de 250 KW chacun et d’un de 80 KV. Il peut également accueillir 90 membres d’équipage et assurera de manière plus efficace la surveillance de la zone économique exclusive de Maurice tout en participant à des opérations de lutte contre la piraterie dans cette partie de l’océan Indien.