Les habitants d’Eau Coulée sont sous le choc depuis la mi-journée d’hier avec un businessman de la région mortellement agressé à son domicile situé à rue Abbé Laval. Eshan Coowar, 44 ans, qui venait de rentrer d’un voyage d’affaires en début de semaine, a été victime d’une lacération fatale au niveau de sa jambe gauche avant de succomber à cette grave blessure alors qu’il était en route pour la clinique Fortis Darné. À ce stade de l’enquête policière, tout semble indiquer que la piste d’un vol ayant mal tourné est privilégiée. Mais aucune autre piste n’est à écarter, notamment son cercle d’amis intimes car la tentative de cambriolage aurait pu être une mise en scène pour tenter de dérouter l’enquête de la police. L’autopsie pratiquée en début de soirée à la morgue du Princess Margaret Orthopaedic Centre par le Chief Police Medical Officer, le Dr S.K. Gungadin, attribue le décès à une exsanguination. La victime portait à la jambe gauche une stabbed wound d’une profondeur de huit centimètres.
Dans la soirée d’hier, les limiers de la Major Crime Investigation Team (MCIT) travaillant en collaboration avec ceux de la CID de la Central Division interrogeaient des membres du voisinage et des proches de la victime en vue de réunir des informations peuvant s’avérer cruciales pour la progression de l’enquête. Un partenaire qui partage le quotidien d’Eshan Coowar est également entendu. Les différentes escouades multipliaient également les descentes sur la base des indications données par ceux qui ont été entendus. Aux dernières nouvelles, un masseur qui se trouvait sur les lieux avant le meurtre intéresse les enquêteurs et est activement recherché.
Les informations recueillies sur le terrain par Week-End indiquent qu’Eshan Coowar connaissait son ou ses agresseur/s. Les sources approchées se basent principalement sur le fait que la maison de la victime représente une forteresse presque impossible d’accès. En effet, la résidence de l’homme d’affaires est dotée d’au moins quatre caméras de surveillance donnant vue sur les principaux accès et d’une autre installée dans son garage. De plus, un imposant rouleau de fils de fer barbelé a été installé à la devanture de sa maison qui est également sécurisée par un système d’alarme.
Suite à des indications fiables, les limiers de la MCIT ont travaillé la piste du masseur qui se trouvait au domicile de la victime peu avant que le meurtre ne soit commis à la mi-journée. Dans un premier temps, une escouade d’enquêteurs qui relevait des indices sur la scene of crime était à la recherche de factures ou autre document provenant du masseur dont les services ont été retenus régulièrement par Eshan Coowar, ces derniers temps.
À hier soir, l’identité de ce masseur n’avait pas encore été établie de manière formelle par les enquêteurs, ces derniers étant en possession que de son prénom. Des huiles pour massage ont été retrouvées dans la chambre à coucher de l’homme d’affaires.
Selon les premières indications relevées par les experts de la police, dont ceux du Scene of Crime Office, Eshan Coowar a été victime de la lacération à sa jambe gauche alors qu’il se trouvait dans sa chambre à coucher. Il a ensuite été traîné jusqu’à la pièce où se trouve son coffre-fort, qui a été vidé et les caméras de surveillance, se trouvant à l’intérieur de la luxueuse demeure d’Eshan Coowar, saccagées avec les enregistrements emportés. Pour l’heure, aucune indication officielle n’est disponible quant à la valeur du butin emporté même si certaines sources avancent des centaines de milliers de roupies. D’autre part, l’arme du crime, fort probablement un objet tranchant, était introuvable sur les lieux.
La police devra ainsi trouver des éléments de réponse quant au scénario qui s’est joué à la mi-journée hier, à Eau Coulée, soit entre l’arrivée de ce masseur au domicile d’Eshan Coowar et l’agression de la victime. Les sources policières approchées affirment qu’elles disposent de suffisamment d’éléments, notamment d’empreintes et d’indices relevés sur la scene of crime, pour élucider ce meurtre dans les meilleurs délais et dont le mobile semble être un vol, à moins que la thèse de la mise en scène ne se confirme.
Selon les témoignages des proches, ce sont les voisins qui ont entendu des hurlements provenant de la maison d’Eshan Coowar. Les premiers membres de la famille et ces voisins, arrivant à l’intérieur de la maison, allaient faire l’effroyable découverte du corps de la victime gisant dans un bain de sang. À cet instant précis, Eshan Coowar était inconscient et perdait énormément de sang. Il aurait par la suite rendu l’âme alors que ses proches le conduisaient d’urgence à la clinique Darné où son décès a été constaté par l’un des médecins de service.