Y aura-t-il un retour du ciblage des bénéficiaires de la pension de vieillesse dans le prochain budget ? C’est la question qu’on se pose après la mise en garde du ministre des Finances dans son allocution à l’occasion d’une cérémonie marquant le 40e anniversaire de la Old Pensioners’ Association, hier dans la circonscription N°8, à St-Pierre.S’il a précisé que rien n’est décidé quant au ciblage, Pravind Jugnauth a tenu à expliquer aux personnes âgées présentes sa “conviction que ce n’est pas un système juste ki enn dimoun ki pena moyen, li gagne Rs 5000 pension, ek enn dimounn ki pé gagne Rs 100 000, Rs 200 000, Rs 500 000, même plis, li tous sa Rs 5 000 pension la li ousi”.
Jusqu’ici pas de date encore arrêtée pour la présentation du budget 2016-17. C’est ce qu’a indiqué Pravind Jugnauth à Week-End hier, ajoutant que tout ce qu’il peut dire “c’est qu’il y a encore beaucoup de travail à abattre”. Toutefois, dans son discours à St-Pierre, il a attiré l’attention de certaines personnes sur les dépenses de l’État. Abordant la question de pension de vieillesse, il a rappelé avoir tenté dans le passé un changement, “mais mo finn paye le prix cher. “ “Même politiquement mo finn paye li”. La préparation du budget est un acte minutieux car il s’agit de gestion de fonds publiques, insiste Pravind Jugnauth, soulignant que “chaque sous dépensé doit l’être de la meilleure façon possible”.
Déplorant que plusieurs projets mis en place et qui ont coûté des milliards doivent être aujourd’hui revus et réparés, dont la route Terre Rouge-Verdun, les fuites à Bagatelle Dam, ou encore la Ring Road, entre autres, et qu’avec les pertes drastiques encourues par les compagnies para-étatiques, dont Air Mauritius ou la Duty Free Paradise Shop, il a indiqué qu’il avait un grand défi à relever. D’autant qu’en raison de la hauteur de ses dettes publiques, Maurice ne peut se permettre d’emprunter encore. “Nous pou bizin manoeuvrer”, dit Pravind Jugnauth, donnant la garantie que le gouvernement créera l’environnement nécessaire pour jeter les bases en vue d’assurer l’avenir de ses enfants.
Pravind Jugnauth est aussi revenu sur l’appel du DPP au Privy Council concernant l’affaire MedPoint. Rappelant qu’il avait démissionné de son poste de ministre lorsque la Cour intermédiaire l’avait condamné, cela pour rester en retrait, il soutient qu’aujourd’hui, avec le jugement de la Cour suprême, “je n’ai aucune condamnation contre moi. Je suis innocent”. C’est pourquoi, il trouve surprenant, dit-il, qu’aujourd’hui certaines personnes pense qu’il ne devrait pas être ministre en attendant le Privy Council.
Il rappelle que, d’abord, l’affaire doit aller une nouvelle fois devant la Cour suprême afin que le DPP obtienne le leave pour aller au Privy Council. “En attendant, éna dimounn pé croire zot pli konn la loi”, dit-il, estimant que ces personnes sont “des ignorants”. “Selon la loi, telle qu’elle est, je suis innocent”, insiste Pravind Jugnauth, conscient que le jugement de la Cour suprême ne fait pas plaisir à certains. “Too bad for them”, dit-il.
Le ministre des Finances a également tenu à féliciter l’OPA pour son 40e anniversaire. Un parcours exemplaire, grâce aux personnes de confiance qui sont à la tête de l’association et qui oeuvrent pour le bien-être des personnes âgées. Abordant la dégradation des moeurs et les problèmes de société, dont la drogue, il a profité de l’occasion pour demander aux aînés de partager avec les jeunes leur expérience et leurs valeurs.
Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Yogida Sawminaden, également présent à cette cérémonie, a abondé dans le même sens, insistant sur le rôle des personnes âgées qu’il appelle à transmettre leurs valeurs à leurs petits-enfants. “Gran dimounn donne l’exemple”, dit-il, soulignant que le respect des valeurs est important pour une île Maurice prospère. C’est ce qu’ont également demandé les différents dirigeants des associations faisant partie de l’OPA.