D’aucuns auraient pensé que la réponse du Premier ministre à l’interpellation de Rajesh Bhagwan mardi dernier au parlement, comme suit, allait refroidir les velléités de certains haut-fonctionnaires d’aller aux courses. En yout le chef de la NSS, Dev Jokhoo, ne semble pas être concerné par cette directive du Premier ministre puisqu’il était encore hier au Champ de Mars.
Pourtant, l’interpellation parlementaire était on ne peut plus claire:
«Bhagwan: The Prime Minister has stated, rightly, that his name has been used; dropped by people. Can I ask the hon. Prime Minister whether he will give strict instructions to high-level officers working in Government – at the highest level, although we all know that people may like horse racing and so on – at least to make sure that their presence at the Champ de Mars does not hinder the proper running of the Police Force, of the other services of Government, just by their presence there and their connection with all the mafia at the Champ de Mars?
Ramgoolam: I totally agree with hon. Bhagwan, and I have already told the people concerned that they have no business. I know they have a private life, they can do whatever they want, but in those circumstances I do not think it is right, and they are not going to be allowed to do this any further. I think the hon. Member is totally right to say this.»
Le No 1 du National Security Service (NSS), actuellement au centre d’une polémique dans l’affaire Saziwayo, à travers la bande sonore enregistrée de Pepe Parisi et l’impossibilité de la police d’expliquer en cour pourquoi il n’a pas été interrogé,  continue à arpenter  les loges habituelles lorsqu’il est aux courses les samedis. La semaine dernière il était, verre à la main, chez l’administrateur, nouvellement élu, Donald Payen qui n’avait des yeux que pour son invité. Aujourd’hui il était dans la loge du jockey-club…
Rappelons que Dev Jokhoo s’était signalé dans l’actualité hippique pour avoir été, avec les frères Taher, un propriétaire-invité de Saziwayo et qu’il a été vu dans la loge présidentielle ou dans celui du bookmaker-stable-manager, Paul Foo Kune au Champ de Mars à une époque ou le stable Manager était l’objet d’une enquête sur l’importation de voitures.