« Mo anvi retourn l’ICAC », a lancé l’ex-ministre des Finances et leader du Mouvement socialiste mauricien lors d’un congrès nocturne à Highlands hier. Cependant, a ajouté Pravind Jugnauth, « je ne fais pas confiance aux enquêteurs ». Il a aussi invité le Premier ministre Navin Ramgoolam à se comparer à sir Anerood Jugnauth au lieu de le comparer au leader de l’opposition Paul Bérenger.
Abordant l’affaire MedPoint, Pravind Jugnauth a affirmé qu’« elle avait quasiment été conclue en décembre 2009 ». « Mo met Jeetah au défi, tou se ki mo pe dir, mo ena prev. Mo ti pou larguer dans l’ICAC, me bann la inn empes mwa. Zot lev mwa, amen mwa lakour. Mo pas enkor fini ar zot. Mo anvi retourn l’ICAC (Independent commission against corruption), me mo pena confians dan sa bann enqueter la », a avancé le leader du MSM.
Le leader du parti Soleil s’est longuement appesanti sur cette affaire et a soutenu « avoir à maintes reprises dissuader le PM d’aller de l’avant avec le projet » et s’en être dissocié lors de la prise de décision au cabinet après avoir déclaré ses intérêts. Il a d’ailleurs précisé que ce n’est pas en l’institution qu’il n’a pas confiance mais en les enquêteurs. En revanche, il affirme faire confiance au judiciaire.
M. Jugnauth a allégué que Rashid Beebeejaun est aussi impliqué dans l’affaire MedPoint. Évoquant l’arrestation de Zouberr Joomaye à la suite d’une conversation qu’il aurait eue avec Nuvin Deerpalsing, son ami qui a fait une déposition contre lui, il a mis en garde ceux qui étaient présents de faire attention avant de commenter la situation de peur d’être interpellé pour tentative de déstabiliser le pays. Il a ainsi comparé Maurice au Zimbabwe.
Pravind Jugnauth a fustigé Navin Ramgoolam en lui demandant s’il était en mesure de se comparer à sir Anerood Jugnauth concernant leur participation dans la politique active du pays. « Au lieu de me comparer à Paul Bérenger, peux-tu te comparer à SAJ ? », a-t-il lancé.
Le leader du MSM a une fois de plus rappelé que son équipe et lui ont choisi de « retourn lor coaltar » au lieu d’accepter la situation, qui prévaut sous le gouvernement de Navin Ramgoolam. Il a dénoncé ce qu’il considère comme « la lenteur » du PM de prendre des décisions qui s’imposent, surtout dans des cas d’abus, tout en arguant que ces derniers « sont tolérés ».
Pravind Jugnauth a cité à titre d’exemple le hedging concernant le prix du pétrole, et ce malgré le rapport d’un technicien qui prévenait, dit-il, le ministre du Commerce de la baisse du prix du baril le mois qui succéderait la prise de cette décision. Le ministre d’alors Rajesh Jeetah, selon lui, n’aurait pas consulté le Parquet dans ce contexte. « D’où le manque d’une clause qui permettrait à la STC de revenir dessus. » Il a aussi souligné qu’il y a une frustration dans la police car les promotions se font attendre trop longtemps.
Prenant la parole à son tour, Nando Bodha a affirmé : « zafer MedPoint : zafer Parti travailliste ». Il a annoncé une rencontre entre les députés du MMM et du MSM samedi à 12 h 30 après les conférences de presse politique « pou cree enn l’équipe pou al dan parlement mardi ». Selon lui, le Ptr tient la majorité gouvernementale sur un fil constitué de deux transfuges et de deux députés rodriguais, qui eux sont fidèles au gouvernement en place et non à un parti ou une alliance. Il a rappelé que SAJ est le père de l’île Maurice moderne et qu’il avait su gérer la question de sécurité dans le pays en prenant des décisions qui s’imposaient.
Les autres orateurs se sont appesantis sur la bonne entente au sein de l’alliance MSM-MMM de 2000 à 2005. Ont pris la parole à ce congrès, Showkutally Soodhun, Sheila Grenade, Leela Devi Dookhun, entre autres.