C’est devant une foule entièrement acquise que s’est déroulée ce dimnche à Mon-Choisy la première édition de l’Hindi Ki Masti visant à promouvoir l’hindi en tant que langue moderne et d’expression culturelle et littéraire. La plage publique de Mon-Choisy a connu une animation particulière avec un spectacle haut en couleur mettant en exergue les multiples facettes de l’Inde millénaire et les traditions ancrées dans la mémoire collective des Mauriciens comme le “geet gawaï”, le “gamaat” et les jeux d’antan.

Les artistes ont séduit par leur inestimable talent notamment dans les danses folkloriques. Des chants ont aussi été interprétés par les Bhojpuri Boys, la Police Band, Basant Soopaul. Des numéros de magie ont également été présentés par Ustad Rajah, en sus de sketches, aussi au rendez- vous.

Trois podiums avaient été aménagés pour que les artistes donnent libre cours à leur passion. Pradeep Roopun, ministre des Arts et de la Culture, a loué cette initiative de l’Hindi Speaking Union et de la Bhojpuri Speaking Union pour valoriser l’hindi comme langue d’identité pour la diaspora indienne. Il a aussi fait état « de la bonne santé » de l’hindi et du bhojpuri à Maurice, la lingua franca, utilisée par milliers de personnes vivant en Inde et au sein de la diaspora indienne. La présence d’un grand nombre de personnes à cette manifestation est réconfortante, a-t-il fait remarquer. À Maurice, chaque génération qui passe témoigne « de la consolidation et de l’épanouissement de cette langue », a-t-il affirmé.

Suresh Ramburn, président de l’Hindi Speaking Union, s’est réjoui de l’intérêt affiché par les Mauriciens « pour la préservation et la promotion de l’hindi et du bhojpuri ». Il a salué la contribution de sir Anerood Jugnauth à la préservation de la culture indienne et des langues ancestrales. Le Dr Sarita Boodhoo, dont on connaît l’intérêt pour l’hindi et le bhojpuri, a déclaré que ces deux langues devaient être « partie intégrante de notre vie quotidienne ».

Afin de consolider l’unité nationale, il est important que toutes les cultures, les langues et les valeurs soient reconnues et respectées. Abhay Thakur, haut commissaire de l’Inde à Maurice, a affirmé pour sa part que les langues ancestrales « ont été préservées de génération en génération » à Maurice et « constituent des éléments importants dans les relations indo-mauriciennes ». Vinod Kumar Mishra, secrétaire général de la World Hindi Secretariat, a abondé dans le même sens. Pour sa part, le ministre Roopun a aussi procédé à un lever du drapeau en présence, entre autres, du député Ravi Rutnah et du président de la Sanscrit Speaking Union, Kessen Budhoo. Les Mauriciens et les touristes ont eu l’occasion de goûter un plat traditionnel servi gratuitement sous une salle verte.