Avec la suspension de Derreck David, l’attente de l’Indien Ravi Kumar Vaibhav chez Narang, le départ de Peter Hall et celui en catimini de Noël Callow, il n’y avait que deux jockeys étranger, Donovan Mansour et Mark Neisius, en action au Champ de Mars à l’occasion de ce onzième acte. Les deux ont tiré leur épingle du jeu, tout comme les locaux Rye Joorawon et l’apprenti Sanish Ramgopal. La plus grosse part du gâteau est revenue à Swapneal Rama, qui bénéficiait d’un rare full card, avec quatre victoires, deux pour Gilbert Rousset et deux autres pour le compte de Patric Merven. Give them the proper tools…
Bien qu’il fut battu — par un certain Chinese Gold — à sa dernière sortie dans une classe inférieure, Lucky Valentine tentait le pari de briller dans une valeur supérieure. Outre sa légère charge, le représentant de Rameshwar Gujadhur eut aussi pour lui de s’élancer de la première ligne. Ce dont il profita pour réaliser le pillar to post. Toutefois, sans vouloir diminuer ses mérites, il faut reconnaître que les résultats auraient pu être différents si l’apprenti Ramgopal n’avait pas commis une faute sur le nouveau Rousset, Charles Lytton. Du reste, Swapneal Rama qui pilotait Donnie Brasco sorti cinquième, logea une objection pour interférence alléguée aux environs des 1000m. Après avoir écouté les parties concernées et revisionné le film de la course, Charles Lytton fut rétrogradé de la troisième à la cinquième place au profit de Silver Bluff et Donnie Brasco.
L’incident se produisit lorsque Charles Lytton se rabattit à la corde entre Lucky Valentine et Donnie Brasco alors qu’il n’y avait pas assez d’espace pour le faire. Le représentant de Patrick Merven having to be checked severely. Top Jet, qui suivait juste derrière, fut également repris afin d’éviter ses talons, débalançant Rye Joorawon, tandis que l’autre gris, Ashanti Gold, qui évoluait plus en retrait sur les barres, dut être eased par Bundhoo. Vu la gravité de l’incident, l’objection de Rama fut retenue et les résultats amendés. L’apprenti Ramgopal plaida, lui, coupable sous la régle 160 A (e) por reckless riding et il écopa d’une suspension de 4 journées qu’il purgera concurremment avec sa sanction de deux semaines pour careless riding sur Step To Fame dans la quatrième épreuve.
Quant au vainqueur, il dut dans un premier temps faire un petit effort pour dissuader Ramgopal dans sa tentative de lui ravir le commandement dans le premier virage. Mansour parvint à ses fins sans puiser dans les réserves de sa monture qui put souffler dans la descente vu que ses principaux adversaires avaient été gênés un peu plus tôt. Suite à l’incident, Rama fut contraint de déboîter Donnie Brasco afin de se rapprocher du leader qui avait réduit l’allure. Ce qui fit qu’il ne se montra pas aussi percutant que d’habitude dans la ligne d’arrivée. On peut aussi penser que Lucky Valentine n’aurait pas eu le loisir de réduire autant l’allure si Charles Lytton n’avait pu trouver les barres et s’était porté sur son arrière-main. Dans ces circonstances, Top Jet, qui effectuait sa reprise 2016 aurait été plus avantagé au train et aurait pu se montrer plus menaçant. Reste que malgré les circonstances en sa faveur, Lucky Valentine a montré du courage en contrant les assauts de ses adversaires.
Le festival Rama
L’épreuve d’ouverture est revenue à Kentucky Bluegrass, qui confirma qu’il vallait plus que sa dernière sortie où il fut timidement accompagné par son jockey dans l’emballage final. Même Patrick Merven déclara à chaud que son poulain était débarrassé de Callow. En effet, Kentucky Bluegrass eut une course quasi-similaire que lors de sa sortie avec l’Australien mais contrairement à ce dernier, Swapneel Rama se montra mieux inspiré en déboîtant au 600m. Le hongre bai passa en revue tout le peloton pour aborder la dernière ligne droite en épaisseur. A l’avant, Tiger Master semblait avoir fait le plus difficile en prenant la mesure de Captain Matthew qu’on fut surpris de voir mener le peloton et dont l’apprenti fut réprimandé par les commissaires  pour avoir trop retenu sa monture, réduisant ainsi la course à un sprint court. In The Frame se mit aussi de la partie et on eut droit à une belle empoignade entre les jockeys Neisius, Bardottier et Rama. Alors que Bardottier semblait pouvoir forcer la décision, il lui manqua ce petit plus pour remonter Kentucky Bluegrass. Le malheureux de la course se nomme Bright And Blue qui dut changer de trajectoire en deux occasions. N’était ces incidents, il aurait pu prendre une part active à l’arrivée. Swapneel Rama débutait, lui, son festival.
Tous étaient conscients qu’Unbridled Joy serait difficile à rattrapper s’il avait le loisir de dicter son propre rythme dans The Racetime 25th Anniversary Cup. C’est la raison pour laquelle Rama qui pilotait Karraar ne lui céda pas facilement la corde et que le peloton s’étira dans la première montée. Ainsi au premier passage du but, Trackmaster comptait environ 4L de retard sur le duo de tête, tandis que son plus proche poursuivant accusait autant de retard sur lui. Une fois les choses en main, Mansour prit le soin de réduire l’allure comme attendu, permettant au peloton de se regrouper. Le manque de rythme ne servit visiblement pas les desseins de Trackmaster ou autre New Star. Une enquête sur le handling de l’alezan de Gilbert Rousset se tiendra mardi matin. Au bas de la descente, lorsqu’on jeta un coup d’oeil au chronomètre, on sut que Unbridled Joy était capable de jouer un mauvais tour aux favoris. Rama prit la bonne initiative en déboîtant sa monture à environ 400m de l’arrivée afin de ne pas se laisser enfermer par Carson City. Karraar accrocha sérieusement le meneur dans le dernier virage. Sur un sprint sur 600m, on accordait l’avantage à Karraar. Ce dernier versa à l’intérieur dans la ligne d’arrivée, mais dès que Rama le remit sur la bonne trajectoire, il sortit une belle accélération pour forcer la différence.
Swapneal Rama enregistra sa troisième victoire consécutive de la journée sur Harba, mais il dut patienter plusieurs minutes avant de pouvoir célébrer ce succès, tant l’arrivée était pointue. En effet, Anafesto termina dans la même foulée que lui et on dut avoir recours à la photographie pour les départager. S’il avait enlevé ses deux dernières courses dans des classes inférieures à l’issue d’un pillar to post, Tembot rencontra cette fois plus rapides que lui en Rebel’s Game et Lividus qui le condamnèrent en épaisseur sur les premiers furlongs. Il s’effaça dans la ligne d’arrivée. Rebel’s Game descendait, lui, de valeur par rapport à sa dernière tentative, mais il lui manqua ce petit plus pour l’emporter sur 1850m. Cula eut un parcours en or dans le dos de Lividus et il fut le premier à remonter Rebel’s Game. Il fit illusion à mi-ligne droite, mais ne put contrer le finish des deux alezans à son extérieur. Si Harba amorça son attaque au milieu de la piste, Anafesto fut dirigé à l’intérieur de Lividus à 200m de l’arrivée afin d’obtenir l’ouverture entre Cula et Rebel’s Game. Le coursier de Jean Michel Henry hésita toutefois à s’y infiltrer à 100m de l’arrivée. N’était cet hésitation, il aurait pu l’emporter.
Constellation toujours vert à 11 ans
Rama termina son récital dans l’épreuve de clôture où il pilotait le vieux, mais toujours vert Constellation. Ce 11-ans, bientôt 12, était à la 87e sortie de sa carrière sur une durée de dix ans et restait sur cinq troisièmes places consécutives. Sa première ligne fut un gros avantage puisque cela lui permit de suivre dans le dos du meneur port Albert. Data Controller tenta de s’interposer entre ces deux chevaux, mais Rama fit l’essentiel pour conserver l’avantage de la corde. Neisius fila les rênes de sa monture dans la descente au bonheur de Rama qui attendit la fin des false rails pour s’infiltrer à l’intérieur. Port Albert se montra très accrocheur, mais Constellation grignotta du terrain à chaque foulée pour l’emporter par 0.75L.
Malgré l’absence de son cavalier attitré, le Sud-Africain Derreck David, qui purgeait sa deuxième journée de suspension, la moisson a été bonne pour Gilbert Rousset. Outre Karraar et Harba, l’entraîneur sortit en piste pour aller accueillir King’s Knight. Ce dernier, on se souvient, devait initialement débuter dans la Duchesse, mais son entourrage lui avait préféré Night In Seattle et Scotsnog. Sur sa valeur sud-africaine, le lot qu’il affrontait était largement à sa portée, mais on gardait aussi un oeil  sur les autres nouveaux Aware et Groen Gevaarte, qui n’avait pas laissé insensible à l’heure des galops. Si la course fut lancée sur de bonnes bases suite à la lutte entre Groen Gevaarte et King’s Knight, on comprend mal pourquoi Aware partit aussi vite lorsqu’il les déborda en début de descente. L’allure sélective servit les desseins du favori qui était toujours en main dans la dernière courbe, tandis que Groen Gevaarte et Maestro’s Salute étaient déjà lancés à l’extérieur par leurs cavaliers respectifs. Dès que l’ouverture se présenta à King’s Knight dans la ligne droite, l’issue ne fit pas de doute. Joorawon dut toutefois ramener sa monture à l’ordre sur la fin vu que cette dernière se montra green et voulait s’arrêter. A noter qu’Allenby Park boitait après la course, tandis que du sang fut découvert dans la trachée de Groen Gevaarte.
En attendant que son nouveau jockey, l’Indien Ravi Kumar Vaibhav, ne monte en compétition et en l’absence de Kevin Ghunowa, suspendu, Shirish Narang avait confié ses chevaux aux cavaliers locaux disponibles, dont l’apprenti du moment Shanish Ramgopal. Sa décharge de 3kg aidant, Step To Fame, qui était handicapé à 62kg vu qu’il était aligné dans une valeur inférieure, portait un poids plus honorable, soit 59kg. On croyait qu’avec sa première ligne, Adi Star allait lui mener la vie dure tout comme lors de leur dernière confrontation, mais la doublure de Vincent Allet ne se montra pas aussi rapide que prévu au départ. Step To Fame, pourtant pas le plus rapide, en profita pour s’emparer de la position tête et corde après un furlong, mais en se rabattant à la corde, il gêna Power Dive, qui incommoda à son tour King’s Soldier et Yoda Man, qui durent être repris. Ramgopal plaida coupable sous le Rule 160 A (e) pour monte négligente et il fut sanctionné d’une suspension de deux journées. Par la suite, Step To Fame imprima un train sélectif pour aborder la ligne droite finale avec de solides prétentions. A l’arrière, on ne luttait que pour les places. Power Dive paraissait en mesure de conserver la deuxième place, mais il se fit coiffer par Count Emmanuale, qui courut en net progrès avec les oeillères. Shirish Narang renouait avec le succès après six semaines sans.