Les Racing Stewards ont ouvert une enquête pour faire la lumière sur la prestation de Niven Marday sur Tiger’s Bond, doublure de Viking Trail dans la dernière manche du championnat des 3-ans, samedi dernier. Après avoir écouté les explications du jockey mauricien, les RS l’ont trouvé coupable sous le règlement 160 (a) (j) de n’avoir pas piloté le cheval à leur satisfaction et lui ont infligé une mise à pied de quatre semaines. Les commissaires des courses ont été clairs.

La monte de Niven Marday sur Tiger’s Bond est mauvaise et le Mauricien, qui s’exerce depuis quelques années principalement en Chine à Beijing, aurait dû faire preuve de plus de jugement durant le parcours. Ses instructions étaient certes de bien sauter et de solliciter sa monture sur environ 75 mètres pour prendre la tête de l’épreuve, mais après un départ moyen, il aurait dû changer de fusil d’épaule et se contenter de suivre au sein du peloton. Il a demandé un effort conséquent à son cheval pour se placer aux côtés du meneur Senatla, qu’il a débordé aux abords des 900m.

Le board l’a trouvé coupable sous le règlement 160 (a) (g) pour n’avoir pas piloté le cheval à leur satisfaction. Il a pris en considération sa monte moyenne, le fait qu’il détient un clean record et que c’était seulement sa deuxième monte cette saison, et lui a infligé quatre semaines de suspension. Niven Marday s’est défendu bec et ongles, et a plaidé non coupable à la sanction. Il a expliqué qu’il avait fait de son mieux compte tenu des circonstances pour suivre ses instructions.

À noter que l’entraîneur Patrick Merven a été réprimandé pour n’avoir pas informé le board d’un changement de tactique avec Tiger’s Bond. Dans les autres enquêtes, Bruno Reis à être sanctionné pour n’avoir pas été en mesure de faire le poids sur Lucky At Last dans la deuxième épreuve. En effet, alors qu’il avait accepté la monte à 56,5 kg, il avait piloté le cheval à 57 kg, ce qui lui a valu Rs 5000 d’amende sous la règle 111 (3). Plus tôt, le Brésilien avait été convoqué pour sa monte sur Kimberley dans la course d’ouverture pour savoir s’il ne lui a été pas possible de prendre les barres derrière le meneur Starsky à un stade de la course.

Ses explications ont convaincu le board, qui lui a toutefois rappelé de monter ses chevaux « so as to leave no room for query in the future. » Idem pour une faute subite par Ernie aux environs des 800m dans l’épreuve phare de samedi, où les explications de Kersley Ramsamy (Rule The Night) et Cédric Ségeon (Woljayrine) ont été acceptées par les commissaires de course.