On s’attendait à une journée faste de Gilbert Rousset et Derreck David hier. Si ce tandem tira son épingle du jeu grâce au favori Scotsnog, en revanche, Night In Seattle se laissa piéger par M L Jet, qui réussit le pillar to post dans la première manche du championnat des 4-ans. C’était la troisième victoire de Mansour après celles sur Seven Fountains et Captain Magpie. Cette performance permet au Sud-Africain de se rapprocher de Rye Joorawon qui s’est signalé sur le pick-up ride, Evergreen, en remplacement d’Emamdee blessé au pied dans l’épreuve d’ouverture. Swapneal Rama profita également des malheurs d’Emamdee pour se signaler sur Kurundu. Vincent Allet s’offrit, lui, un précieux succès avec Dunraven, tandis que Raj Ramdin porta son compteur à six victoires grâce à Tobeastar qui s’imposa par 0.02L devant Fyrkat dont le jockey, Noel Callow, devra s’expliquer au cours d’une enquête mardi prochain.
Rameshwar Gujadhur avait vu juste en alignant Agincourt dans la première manche du championnat des 4-ans. Cet alezan possédant un Rating local de 26, la compression du poids fut nécessaire afin qu’il y ait une marge nécessaire entre le top et le bottom weight. Grâce à cette compression, M L Jet, le premier partant de cet établissement, fut le plus avantagé au handicap. Certes, il portait le top weight de la course, soit 61kg, mais l’écart entre Night In Seattle et lui aurait dû être de 6.5kg et non de 3kg si Agincourt n’avait pas participé à cette épreuve. Reste que tactiquement parlant, M L Jet avait toutes les chances de son côté, car il était connu de tous qu’il pourrait se retrouver seul à l’avant. Alpha Pegasi se montra aussi rapide que lui et donna l’impression de pouvoir lui disputer le commandement, mais ayant fait les frais de son effort en début de course la dernière fois, Naiko choisit de suivre tranquillement sur l’arrière-main du meneur. De ce fait, M L Jet eut le loisir de dicter son propre rythme sans être inquiété. En jetant un coup d’oeil au chronomètre, il était évident  qu’il serait difficile à rattraper. En effet, M L Jet réalisa 50.19 sur les premiers 800m. A titre de comparaison, la partie correspondante de la quatrième épreuve fut couverte en 47.83 par le leader, soit 02.36 de moins. Lorsque M L Jet accéléra au poteau des 600m, on savait que Night In Seattle aurait à sortir le grand jeu pour revenir sur lui. Le favori prit du temps à trouver son tempo dans la ligne droite finale, car il versa à l’intérieur et dut être redressé afin d’éviter le contact avec Alpha Pegasi. Dès qu’il prit l’avantage sur le représentant d’Alain Perdrau, il trouva sa pointe d’accélération, mais le but arriva trop tôt pour lui. M L Jet conserva l’avantage et s’imposa dans le temps moyen de 1.26.30. Gameloft prit une honorable troisième place à ce niveau.
La deuxième épreuve donna lieu à une arrivée pointue avec moins d’une longueur séparant les quatre premiers. Lord Wellington montrait déjà des difficultés à suivre dans la première montée vu que Rebel’s Game lança la course sur de bonnes bases et il termina sur les genoux. Nullement inquiété, Rye Joorawon laissa souffler sa monture sur environ quatre furlongs avant d’accélérer à 600 mètres de l’arrivée. Seven Fountains commença son effort peu avant la rue du Gouvernement, mais comme il fut contraint d’aborder la dernière courbe en épaisseur vu qu’il dut contourner Lord Wellinton. Jay Jay’s Wild déboîta au poteau des 400m et il mit le nez devant à l’entrée de la ligne droite. Parado en profita pour se rapprocher à la corde avant de se mêler à la lutte finale. Rebel’s Game s’accrocha tant bien que mal, mais il montra ses limites sur la distance. Jay Jay’s Wild ne put prolonger son effort jusqu’au bout. Entre-temps, Seven Fountains s’amena en force en épaisseur, tandis que Parado se faufila à la corde. On eut droit à une belle empoignade entre ces quatre jockeys, mais le dernier mot revint à Mansour sur le favori qui se montra le plus percutant sur la fin.
Ce n’était pas gagné d’avance pour Captain Magpie malgré sa première ligne vu la présence des véloces Valere, The Pieman et Cash Lord. On craignait surtout que le récent vainqueur ne se fasse déborder par ses adversaires au cas où il ne s’élance pas correctement, car il n’est pas forcément le plus rapide au départ. L’élève de Rameshwar Gujadhur fut le plus prompt à l’ouverture des stalles et s’assura de la position tête et corde après quelques dizaines de mètres. Cependant, il pencha sur sa gauche, poussant Cash Lord sur Scorecard. Les RS montrèrent le film de la course à Mansour tout en lui rappelant son devoir de redresser sa monture plus tôt qu’il ne l’avait fait cette fois. Valere buta à l’ouverture des stalles et se retrouva plus en retrait que prévu. Il ne restait plus que The Pieman qui, comme attendu, disputa le commandement à Captain Mapie, mais Mansour ne se laissa pas prendre au piège et laissa partir la doublure de Patrick Merven en début de descente avant de déboîter peu après sa monture qui n’aime pas courir caché. The Pieman assura un bon rythme. Max Rapax, qui s’était fait de nombreux partisans, eut du mal à suivre le rythme, confirmant que les 1400m sont un peu courts pour ses réelles aptitudes malgré sa troisième place derrière Kremlin Captain à son dernier essai sur ce parcours. Ni les explications de David, ni un examen vétérinaire ne purent éclairer les commissaires sur cette contre-performance. En revanche, cette allure servit les desseins de Prince Of Wings qui aurait pu s’approprier un meilleur rang si son cavalier l’avait piloté avec la détermination voulue dans la ligne d’arrivée. Captain Magpie fut lancé dans le dernier virage et à l’entrée de la ligne droite, l’issue ne fit plus de doute. Les 1400m furent bouclés en 1.24.89, soit 1 seconde et 41 centièmes de mieux que M L Jet.
The Serge Henry Cup ne fut qu’une simple formalité pour Scotsnog qui faisait figure d’épouvantail après sa deuxième place dans la Duchesse. Si le rallongement du parcours était à son avantage, on savait qu’il allait se retrouver au sein du peloton de tête vu qu’il avait pu mener les débats sur 1400m trois semaines plus tôt et qu’il n’avait à son intérieur dans les stalles que Captain Firth et Hot Rocket, qui ne sont pas des spécialistes dans la course à l’avant. Gilbert Rousset aurait préféré qu’il se retrouve en deuxième position, mais Always Flirting, qui aurait pu lui contester le commandement, avait hérité d’une ligne extérieure et vu ses limites sur la distance, Peter Hall n’insista pas dans la montée et préféra suivre sur l’arrière-main de Scotsnog. Nullement inquiété, David laissa souffler sa monture dans la descente avant d’accélérer sur les derniers 600m. Dans la ligne droite finale Scotsnog se montra green et dériva sur sa droite, mais il fit l’essentiel pour l’emporter. A l’arrière, on ne se battait que pour les places. King Neptune s’offrit logiquement à la deuxième place à ce niveau devant un surprenant Beacon Flare qui effectuait sa rentrée et qui n’avait pas beaucoup de galops sous les sabots. Après la course, le vétérnaire rapporta que Captain Firth avait saigné et que Cherbourg boitait.
Au départ, on ne comprit pas trop pourquoi Noël Callow ne fit aucun effort pour ravir le commandement à Roving Consort qui imprima un train d’enterrement vu qu’il était à sa première tentative sur 1850m.  Toutefois, en considérant que Mighty Lion avait gagné en réduisant ses courses à des sprints courts, on comprit le choix tactique de son jockey qui était aussi conscient que le fait de courir en one off n’allait pas affecter son cheval vu que ce dernier possède de la tenue. A l’exception de Dunraven, qui suivait dans le dos de Mighty Lion, on ne voyait pas grand monde capable d’attaquer de loin. Wing Man aurait sans doute pu conserver ses chances s’il avait pu le faire, mais tributaire d’un bon départ, il se retrouva enfermé dans le sillage du meneur. Lorsque Roving Consort lança le sprint au poteau des 600m, on crut qu’il allait se montrer très accrocheur, mais il confirma son manque de tenue. Mighty Lion le déborda dans la dernière courbe, mais il ne put contrer le finish de Dunraven, bien accompagné par l’apprenti Ramgopal, qui en profita pour enregistrer sa troisième victoire de la saison pour sa huitième monte seulement. A noter que Dinesh Sooful, qui pilotait Wonderlaine, a été sanctionné de deux journées de suspension et d’une amende de Rs 30 000 pour avoir gêné Absalom lorsqu’il se rabattit devant lui au 1500m. Rakesh Bhaugeerothee, en selle sur Wing Man, fut également trouvé coupable sous le Rule 160 A (e) pour interférence sur Wonderlaine à environ 200m de l’arrivée. La faute étant jugée moins grave, il écopa d’une sévère réprimande et fut demandé de faire preuve de prudence lorsqu’il change de ligne à l’avenir.
Yashin Emamdee s’étant blessé à l’orteil sur Brandewyn dans l’épreuve d’ouverture, il dut déclarer forfait pour le reste de la journée. Ainsi, la monte d’Evergreen fut allouée à Rye Joorawon. Ce fils de Western Winter, il faut le rappeler, était passé à côté de la plaque à sa rentrée, mais il s’était nettement amélioré depuis comme en témoignaient ses derniers galops. Hier, il avait surtout contre lui le fait de s’élancer de la septième ligne et d’avoir plusieurs chevaux rapides à son intérieur, mais Evergreen démontra qu’il est tout aussi efficace en attentiste. Le futur gagnant suivit tranquillement en cinquième position sur les barres, tandis que In The Trenches imprimait une allure régulière. Derreck David aurait certainement voulu réduire le rythme dans la descente, mais il fut pressé par Count Emmanuale qui s’était rapproché sur son arrière-main. Joorawon déboîta sa monture afin de contourner Istiqraar, qui n’avançait pas, avant de foncer sur les chevaux de tête. Forcé en épaisseur dans le dernier virage, Jiggery Pokery versa à l’intérieur dans la ligne droite en deux occasions, poussant la première fois son compagnon d’entraînement Kingdom’s Key sur Hancock’s Dynasty. Il dut être repris afin d’éviter les talons d’Evergreen. N’était cet incident, le nouveau Narang aurait pu l’emporter.
Les couleurs de la famille Gujadhur brillèrent à nouveau grâce à Kurundu, qui, tout comme Evergreen, n’avait été qu’un simple figurant à sa rentrée. Seulement huit chevaux furent au départ de cette épreuve, car Canadian Dollar fut retiré après qu’il eut forcé sa stalle et désarçonné son cavalier. Le gris entraîné par Gilbert Rousset fut maîtrisé après une escapade sur plus d’un tour. Le cheval devra effectuer un essai aux stalles concluant avant d’être autorisé à participer en course à nouveau. La côte du cheval étant de Rs 350, une déduction de 25 sous fut effectuée par roupie sur le cheval gagnant. Kurundu, il faut le souligner, s’était fait de nombreux partisans passant de Rs 800 à Rs 350 chez certains bookmakers. Les parieurs avaient vu juste, car si son entraîneur l’avait aussi entré dans la course principale, un Groupe 3, réservé aux 4-ans, c’est qu’il l’estime beaucoup. The St Malo Cup représentait un engagement moins compétitif et bien qu’il ne fut pas à notre avis au summum de sa forme, Kurundu força la différence face à Tornado Man, confié à Vijay Anand Bundhoo en remplacement de Mansour souffrant. Les commissaires ont ouvert une enquête sur le handling de League Of Legends qui reprendra mardi matin. Ils s’intéressent surtout à l’insistance de Naiko pour le commandement.
Malheureux la semaine dernière sur Please To Progress, Vinay Naiko obtint une juste compensation sur une autre doublure de Raj Ramdin, Tobeastar, dans l’épreuve de clôture, qui n’accueillit que huit chevaux suite au retrait de Dreams Come True, de l’entraînement Hurchand, après que l’analyse de son urine s’était avéré anormale. La victoire revint à Tobeastar, qui n’avait pas été ridicule deux semaines plus tôt où il ne fut remonté que par Canadian Dollar. Le champ du jour était moins relevé, certes, mais Naiko doit s’estimer chanceux de l’avoir emporté d’nu rien face à Fyrkat, car ce dernier aurait pu faire la différence si Noel Callow l’avait piloté avec la vigueur voulue dans l’emballage final. La monte de l’Australien a d’ailleurs suscité des interrogations des commissaires qui ont ajourné leur enquête à mardi matin. Tobeastar profita du mauvais départ de Mc Naught, qui fut gêné par Earthwind’Nfire, pour s’installer seul en tête et imprimer un train relativement lent sur les premiers 400m avant de durcir l’allure lorsque Mc Naught lui disputa le commandement après avoir contourné le peloton. Cet effort, Mc Naught le paya dans l’emballage final, tandis que Tobeastar en avait encore sous les sabots. Fyrkat fit la meilleure impression après qu’il eut trouvé le passage, mais il échoua au poteau au terme d’une monte peu convaincante de son jockey.