Le boad d’appel a statué en faveur d’une enquête de novo dans l’affaire Gameloft. Un nouveau board comprenant au moins trois personnes devra être mis sur pied pour essayer de faire la lumière sur la positivité du cheval qui avait été trouvé sous l’influence de l’EPO à usage humain en octobre dernier. Ainsi, l’appel de Shirish Narang n’a pas été entendu hier après-midi.
Le président du board d’appel, Me Robin Ramburn, après avoir pris connaissance de la transcription de l’enquête, a trouvé trois points qui font que l’enquête ne s’est pas déroulée comme il se devait. Ainsi, il trouve que le Chief Stipe aurait dû faire savoir à l’entraîneur Shirish Narang qu’il avait droit à un représentant légal dans ce cas précis, puisqu’il s’agissait d’un cas de doping. Me Ramburn a soutenu que lors d’un appel qui avait eu lieu il y a plusieurs années, le président d’alors avait conclu en ce sens.
Le deuxième point concerne le fait que Shirish Narang n’a pas obtenu un fair hearing car le Racing Steward Sandiam Poonisamy a agi plus en tant que prosécuteur que celui auquel lui donnait droit sa position. Il devait aussi soutenir qu’à un certain moment de l’enquête, Shirish Narang avait demandé à être représenté par un conseil légal. Le troisième point mis en avant par Me Ramburn est que le Chief Stipe a agi en tant que juge et partie vu qu’il s’est adressé à d’autres personnes et qu’il a aussi refusé à déposer comme témoin comme le lui avait demandé Shirish Narang.
Me Sanjay Bhuckory, conseil légal du Mauritius Turf Club, a alors formulé le souhait pour une enquête de novo. En ce qu’il s’agit de Me Yahia Nazroo, qui a été dépêché par Applepy, il a déclaré ne pas objecter si le board allait dans cette direction. Après quelques minutes de délibérations, Me Robin Ramburn a trouvé que la gravité de l’offense, la bonne gouvernance des courses, l’intérêt du public et des turfistes nécessitaient qu’un nouveau board soit mis en place pour une nouvelle enquête.