Le permis d’opération de l’entraîneur Budheswar Gujadhur de l’écurie Paul Foo Kune, qui a obtenu une injonction ex parte de la Cour suprême contre la révocation de sa licence, a été étendu jusqu’au 29 août, le Mauritius Turf Club n’ayant toujours pas soumis son contre-affidavit. Ses hommes de loi, Mes Jaykar Gujadhur et Gavin Glover, et ceux du Mauritius Turf Club, Mes Gérard de Froberville et Sanjay Bhuckory, se sont rencontrés aujourd’hui en chambre devant le SPJ Eddy Balancy qui a renvoyé l’affaire au 29 août pour l’échange des affidavits. Rappelons que Budheswar Gujadhur avait écopé de 20 semaines de suspension et Rs 200 000 d’amende.
L’affaire a été appelée une première fois le 3 juillet devant le SPJ Eddy Balancy qui avait accordé à Budheswar Gujadhur jusqu’à aujourd’hui pour opérer et il a ainsi bénéficié d’une extension ce matin et pourra opérer jusqu’au 29 août en attendant que le MTC soumette son contre-affidavit et que le SPJ Eddy Balancy prenne une décision à ce sujet. Le MTC devra dire pourquoi la Cour ne devrait pas donner un ordre intérimaire en attendant la décision du Board of Appeal.
Le 1er juillet, les Racing Stewards avaient rendu leur verdict dans l’affaire Gemmayze Street. Le jockey Fausto Durso avait écopé de 20 semaines de mise à pied assortie de Rs 100 000 d’amende alors que l’entraîneur Budheswar Gujadhur s’est vu infliger une amende de Rs 200 000 et 20 semaines de suspension. De plus, ils ont eu leur licence révoquée. L’entraîneur avait immédiatement fait appel et a logé le lendemain même une injonction en Cour suprême pour contester la révocation de sa licence. Il demandait que la Cour lui accorde la permission d’opérer en attendant la décision finale du Board of Appeal. « I am advised and I verily believed that the decision taken by the respondent (ndlr : le MTC) to revoke my trainer’s licence is unfair, illegal, unlawful-arbitrairy and biased and it is causing me irreparable damage and prejudice as my professional integrity is being soiled », avait-il soutenu dans son affidavit… Budheswar Gujadhur avait écrit plus loin que « By revoking my licence before the Board of Appeal has adjudicated on my appeal of the decision of the Racing Stewards, the administrators are making a mockery of the rules and are perverting the spirits and the philosophy of the Rules ». Le juge en chambre a accédé ex parte le même jour soit le 2 juillet à la demande de Bud Gujadhur. « You the abovenamed respondent, are herby restrained and prohibited from giving any effect to the decision of your board of Administrators of the 1st july 2014, purpoting to revoke the Appplicant’s licence as a trainer », écrit Eddy Balancy.
Fausto Durso a été inculpé sous la règle 160 A (a) pour n’avoir pas pris « all reasonable and permissible measures to ensure that, throughout the race, his horse is given full opportunity to win or obtain the best possible place in the field » et ne pourra reprendre la compétition qu’à partir du 1er novembre 2014 (37e journée). Budheswar Gujadhur, de son côté, est puni sous la règle 159 A (b) qui se lit comme suit : « Any stable manager, assistant stable manager, owner, trainer, groom or other person directly or indirectly in charge of a horse who (b), is directly or indirectly, a party or accessory to preventing a horse from winning or from obtaining the best possible place in the field shall commit an offence under these Rules and be liable to any penalty provided for in Rule 11 (d). »