C’est après un marathon de 24 journées que la campagne hippique 2014 observe une trêve bien méritée avec une première partie de saison riche en rebondissements. A presque mi-chemin du terme, c’est l’écurie Foo Kune qui, contre vents et marées, tient le haut du pavé avec un stakesmoney qui flirte avec la barre des Rs 8 millions.
L’écurie Rousset avait pourtant démarré cette saison sur les mêmes bases qui l’avaient vu être couronnée établissement champion en 2013, occupant la pole position depuis le début de la présente saison. D’aucuns se disaient dès lors que le tenant du titre serait difficile à reprendre  au vu du rythme d’enfer imposé mais le tandem Rousset-Geroudis eut du mal à garder la cadence, si bien qu’il vit sa confortable avance se réduire comme une peau de chagrin. L’inévitable se produisit donc le 28 juin 2014, jour qui vit la passation de pouvoir avec la désormais triste affaire Gemmayze Street.
Le fauteuil de leader n’est cependant point immérité pour cette formation qui peut s’enorgueillir de  disposer du meilleur bilan après 24 journées de compétitions, avec 29 victoires et 91 accessits, aidé en grande partie par un effectif très étoffé. Les choses semblent donc bien engagées pour que la paire Paul Foo Kune-Bud Gujadhur goûte à son premier titre de champion. Pour ce faire, les deux hommes devront impérativement trouver la bonne formule pour briller dans les épreuves principales où ils ont souvent pêché au niveau de la finition.
En effet, Diamond Light commence à trouver la competition beaucoup plus dure chez l’élite après sa fulgurante ascension à l’échelle des valeurs. L’acquisition de Love Struck n’a jusqu’ici pas encore porté ses fruits, lui qui est appelé à représenter son établissement dans les courses dites à forts enjeux. Le salut pourrait toutefois venir de Roman Manner qui l’a emporté avec la manière lors de son baptème du feu, ameliorant au passage la meilleure marque pour la catégorie C1 & C2 sur 1500m. Impressionnant d’aisance, ce fils de Holy Roman Emperor s’impose d’ores et déjà comme un sacré client pour la Princess Margaret Cup et la Coupe D’or.
Deuxième au classement, l’écurie Gujadhur ne semble pas souffrir d’un manque de réussite dans les main races. Au contraire, il semble que la plus vieille écurie du turf doit faire avec un problème de riches, étant très bien représentée dans ce secteur. En effet, les Tandragee, Eskimo Roll, Azapel ou Bastille Day ont tous répondu présents, étant les principaux artisans du bon début de saison de leur établissement. De plus, l’écurie à la casaque bleu électrique et écharpe rouge a eu la main heureuse avec l’achat de coursiers de valeur tels que Zambezi Torrent, Awesome Power et Bulsara. Si les deux premiers nommés sont considérés comme des sujets d’avenir, Bulsara a, pour sa part, déjà fait parler de lui en enlevant la première classique de la saison.
 Il ne s’est pas arrêté en si bon chemin puisqu’il s’est aussi brillamment adjugé la Coupe du Bicentenaire du MTC, devenant du coup le cheval à abattre dans la Maiden Cup en septembre prochain. Avec l’apport d’un jockey de calibre tel que Darryl Holland qui a lui-même succédé à Noel Callow et Damien Oliver, l’écurie Gujadhur s’est donné les moyens de ses ambitions et gageons que cet établissement nourrira des espoirs légitimes de titre en cas de victoire dans le Ruban Bleu.
L’écurie Rousset n’a cependant pas encore dit son dernier mot dans la course au titre. Avec des prix de l’ordre de Rs 6,5 millions, le champion sortant pointe à la troisième place du classement. Si elle semble marquer le pas ces derniers temps, l’écurie Rousset est quasiment sur le même tempo que la saison dernière où elle comptait Rs 6,7 millions de gains à ce même stade de la compétition. Avec des coursiers de la trempe d’Albert Mooney, la bande à Gilbert Rousset possède de belles cartouches pour venir jouer le trouble-fête en cette deuxième partie de saison et un sursaut du champion n’est pas à exclure.