La longue attente qui a suivi l’arrivée de la septième course samedi dernier a suscité beaucoup d’interrogations de la part de turfistes présents sur l’hippodrome.
Généralement plus l’attente est longue, plus le dead-heat est probable. Mais samedi dernier, il y a eu quinze longues minutes pendant lesquelles les juges à l’arrivée ont analysé et tergiversé pour décider du vainqueur. Et l’agrandissement de la photo-finish semble donner raison au choix des juges. King’s Guard aurait donc finalement devancé Polar Royale d’un fil.
Ils sont quand même nombreux — puisque les temps affichés par les deux chevaux au centième près sont identiques — à penser que le dead-heat aurait été plus juste en la circonstance. Car, disent-ils, jusqu’où va-t-on agrandir une photo pour déterminer le gagnant ? Si, finalement, la décision des juges à l’arrivée avait été « acceptée », il n’en demeure pas moins vrai que, depuis lundi, un vent de contestation de cette décision se précise et ses échos sont parvenus à notre rédaction.
Une analyse fine de la photo-finish a effectivement de quoi intriguer. Sur le volet miroir de la photo, il semblerait que ce soit le cheval de l’extérieur (Polar Royal) qui devance le gagnant officiel désigné (King’s Guard), qui semble ne même pas toucher la ligne d’arrivée sur cet instantané. Une enquête du Mauricien révèle que les juges à l’arrivée avaient aussi constaté cette anomalie et c’est ce dilemme qui a retardé leur décision finale.
Ces officiels auraient donc finalement statué que c’est la photo principale qui prime sur celle du miroir. L’ont-ils décidé tous seuls ou ont-ils demandé l’avis de leur hiérarchie ? Cet aspect de la question est pour l’heure resté sans réponse. Entre-temps, l’écurie Rousset aurait adressé un courrier au MTC pour s’enquérir de leur décision.
Du côté du MTC, on affiche la sérénité sur la décision des juges en précisant que l’agrandissement de la photo a sans doute « déformé les pixels » et que « le côté sombre de la photo » au niveau de King’s Guard ne permet pas de bien distinguer le nez du cheval au niveau de la ligne. « De toute façon, c’est la photo principale qui prime. » Et là, le résultat est sans appel, selon eux.
Soit. Toujours est-il que des turfistes avisés affirment que l’importance minimisée de ce reflet par miroir de l’arrivée, à cette occasion, est contestable. Dans la mesure où, dans le cas de l’arrivée serrée entre Pegasus Legacy et Adeste Fidelis lors de la huitième journée, c’est bien la photo-miroir qui a permis de désigner le gagnant. En tout cas, il n’y a, à notre connaissance, aucune règle ou loi qui précise la priorité de la photo-finish principale sur son effet miroir ou inversement.
Afin d’éviter toute polémique à ce sujet à l’avenir et se prémunir de toute colère collective, le MTC ferait bien de mettre sur pied un protocole de référence très précis pour désigner le vainqueur ou déclarer dead-heat. Le temps au millième de chaque cheval serait sans doute le plus approprié que l’agrandissement aléatoire qui pose problème aujourd’hui. Cela enlèvera tout doute de la part des turfistes. Et il en faut pour la sérénité et la sécurité au Champ de Mars.
Enfin, profitons de l’occasion pour réitérer une requête, maintes fois adressée au Mauritius Turf Club, à l’effet que la camera de la télévision qui filme les courses soit placée sur la ligne d’arrivée et non à quelques mètres en amont de celle-ci. La position actuelle de la caméra crée un effet parallaxe qui donne souvent l’impression qu’un autre cheval l’a emporté sur le vrai vainqueur. Et une mauvaise impression peut entraîner des conséquences graves sur l’hippodrome. S’il faut s’en convaincre, nous recommandons au MTC d’émuler nos amis hong-kongais, vraiment les maîtres en la matière. Cela devrait être une priorité la saison prochaine.