Il se passera, toujours quelque chose au Mauritius Turf Club. Alors que tout le monde, turfiste comme non turfiste compris, n’arrête pas de se poser des questions sur le «Betting Coup» réussi sur Colonel’s Son (samedi) et Pierneef (dimanche), le Mauritius Turf Club se mue dans son silence. Un silence assourdissant et désormais complice qui laisse entrevoir des multiples possibilités et pourquoi pas deux autres affaires à la manière de Zip It. Si dans le cas de ce dernier, les jockeys mauriciens ont été convoqués et sanctionnés illico presto. Cette fois ni les commissaires des courses ni les administrateurs ne pipent mot. A croire que l’aveuglement est quasi général malgré le fait que tout le monde sait que les paris engagés sur ces deux chevaux ont été des dommages collatéraux chez une compagnie de paris.
Comme révélé en primeur notre confère de Turf Magazine, le betting pattern sur ces deux chevaux, en particulier sur celui de Pierneef de l’écurie Hurlywood est choquant. En effet, selon les informations sur lesquelles la GRA (Gambling Regulatory Authority) n’a pas pipé jusqu’ici, les paris engagés sur le cheval de Randhir Peertaub auraient produit des gains de l’ordre de Rs 28 millions. Le système informatique de cette compagniede paris a permis à ses «scruteurs» de trouver que les paris sur Pierneef étaient engagés par un même abonné qui avait misé à plusieurs reprises entre vendredi et samedi.
Après en avoir informé la GRA, cette compagnie a annulé tous les paris et a contacté par le parieur en question pour lui retourner son argent sous la supervision de la GRA. Mais la question que si pose, c’est l’inaction de la GRA qui n’a pas estimé que cette affaire aurait dû être porté devant la Police des Jeux et le MTC. Voire à la MRA.
Pour avoir joué chez les bookies pour des gains estimés à Rs 28 millions sur un cheval dont la cote de départ était de l’ordre de Rs 3500 pour passé ensuite à Rs 5000 puis à Rs 650, il faut selon les bookies sur la place avoir un fond de plus de Rs 500 000 pour assurer.  Dans le cas de la compagnie de paris on parle d’investissements de l’ordre de Rs 800 000 qui aurait été déposé sur le compte. Comment une unique personne peut amasser une telle somme sur un compte chez un totalisateur? Quand on sait le nombre de questions que vous posera votre banquier si jamais vous déposez plus de Rs 200 000 sur votre compte bancaire on se demande comment les gens peuvent avoir autant d’argent sur un compte pour engager des paris? L’éclairage du MRA sera intéressant sur ce dossier.
Une proche d’un jockey virée d’une compagnie de paris
Le casque envoyé dans le public par le jockey Benedict Woodworth après sa victoire surprise sur le grand outsider The Colonel’s Son pourrait s’expliquer par les remous enregistrés sur une compagnie de paris dès dimanche dernier. Selon des informations qui circulent à la rue Shakespeare, une  proche du jockey qui travaille pour cette compagnie a été priée de plier bagage.
Des paris importants enregistrés sur le cheval,  The Colonel’s Son (Rs 1600) de l’écurie Perdrau et piloté par Benny Woodworth auraient été effectués par des connaissances de cette proche du jockey.
Le MTC qui comme tout le monde doit savoir toutes ces informations se renferment dans un mutisme comme si le betting pattern des chevaux lors d’une journée de course «is not of his concern». L’éxaspération gagne petit à petit les gradins et il ne faut point s’étonner que les enjeux enregistrent des baisses ces jours-ci.