Dans le but d’éviter la polémique qui a entouré l’éventuelle participation de Disa Leader dans le Maiden 2011, le Mauritius Turf Club a publié, la semaine dernière, les conditions de quaification pour une éventuelle participation à la course la plus richement dotée de notre calendrier hippique. Ce qui retient l’attention c’est que, pour l’année 2012, toute entrée dans cette course doit être accompagnée d’un fee de Rs 10 000.
Ci-dessous, les conditions d’éligibilité:
i)    he winner of the 2012 Supertote Golden Trophy, Group 2 race, will be exempt from the ballot and guaranteed a place in the Maiden Cup, Group 1 race.
ii)    The following horses shall not be entitled to participate in he Maiden Cup, Group 1 race :
iii)    any horse, irrespective of its rating at the time of declaration, which has not won or been placed (2nd or 3rd) in a race in Mauritius over at least 1850m since 1st January 2011.
Any newly imported horse, irrespective of its rating which has not won at least a Merit Rating race o 85 in its country of origin over at least 1800m since 1st January 2011.
Any newly imported horse, irrespective of its rating which has not been placed(2nd, 3rd or 4th) in a Listed or Group race over at least 1800m in its country of origin since 1st January 2011.
Entries for the Maiden Cup race shall be made six weeks prior to the date scheduled for the running of the race.
iv)    Each entry must be accompanied by a non refundable entrance fee of Rs 10 000.
v)    Declarations shall be made two weeks prior to the date scheduled for the running of the race.
vi)    Each declaration shall be accompanied by a declaration fee of Rs 40 000.
vii)    The declaration fee shall be refunded if the horse in lite is not selected to run.
viii)    Supplementary nominations shall be made at 9 a.m. on the day preceding the draws accompanied by a fee of Rs 80 000.
ix)    Funds obtained from the above mentioned fees shall be added to the stakes money of the race in lite.
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
L’embargo sud-africain toujours pas levé
L’Afrique du Sud, qui demeure notre principale source d’approvisionnement en ce qui concerne les chevaux de courses, continue de se montrer intransigeant  envers le MTC en maintenant son embargo sur les chevaux en voie d’être acheminés à Maurice.  D’ailleurs, le contingent de 16 chevaux attendu dimanche dernier (25 décembre), est toujours bloqué au pays de Mandela.
Cet épineux problème a pour toile de fond la décision des autorités sud-africaines d’appliquer à la lettre, les World Organisations of Animal Health’s Regulations. Maurice se voit pénalisé dans le sens qu’elle abrite deux centres privés qui servent comme centres de transit pour l’acheminent des chevaux à l’étranger, principalement vers l’Europe. L’Afrique du Sud, exportatrice reconnue et respectée de chevaux de courses dans la région, tient beaucoup à son image et à sa réputation qu’elle s’est bâtie au fil des ans. C’est, donc, dans cette optique qu’elle a contraint Maurice à se mettre aux normes internationales.
Ainsi, pour que Maurice soit en ligne avec ces règlements, toute son importation de l’Afrique du Sud doit avoir comme point focal, Cape Town décrété désormais « free zone area ». Auparavant c’était de Johanesburg, « free zone area » elle aussi, que Maurice importait tous ses chevaux. Avec Cape Town comme « free zone area », les stakeholders de l’industrie hippique s’accordent à dire qu’il vont en prendre un sacré coup sur la tête en matière de coûts d’importation.
Tout cela a pour don de mettre la pression sur les entraîneurs qui préparent déjà la saison 2012 dont le coup d’envoi, rappelons-le, est prévu pour le samedi 24 mars prochain. A ce jour, seulement une trentaine de nouvelle unité sont sur place en vue de l’exercice 2012 qui verra le Club de la rue Eugène Laurent, fêter ses 200 ans d’existence.