Le board des Racing Stewards placé pour le chairmanship de John Zucal a donné son verdict dans l’affaire League Of Legends, cheval de l’entraînement Preetam Daby, qui avait été trouvé sous l’influence d’un produit interdit, de l’EPEO à usage humain. Les Racing Stewards ont disqualifié l’entraîneur pour 12 mois sous le règlement 208 A (5), dans le sens où il n’a pas pris toutes les précautions nécessaires pour éviter ce cas de dopage. Preetam Daby a fait appel de cette sanction.

Lors de l’enquête qui a eu lieu en plusieurs étapes, il a été reproché à Preetam Daby de n’avoir pas de stable supervisor ou d’assistant-entraîneur pour l’aider dans sa tâche. L’entraîneur avait alors demandé s’il aurait été tenu comme responsable de ce dopage s’il avait un ou plusieurs assistants.

Il faut aussi retenir l’absence des images CCTV en date des 9, 10 et 11 juin. Il faut rappeler que l’échantillon aux fins d’analyse avait été effectué le 12. Au cours de l’enquête, le Security Officier, Coowar Damadarsing, de ses 20 années d’expérience dans le domaine, a déclaré qu’il avait de lui-même jugé qu’il n’était pas nécessaire de conserver ces images. Or, il a été dit que le cheval League Of Legends aurait été tampered with deux jours avant la prise d’échantillon et, selon le conseil légal de Preetam Daby, Arasen Kallee, ces images auraient peut-être permis de trouver le ou les coupables.

L’entourage de l’entraîneur s’est aussi appuyé sur la présence d’un certain Akshay Chokee, qui est attaché au vétérinaire Alec Espitalier-Noël, dans l’enceinte de l’établissement, alors que le vétérinaire était absent du pays et que c’est Alexandre Henry qui l’a suppléé. Il semblerait que cette interrogation n’ait pas tenu bon avec les témoignages de Jean-Marc Halbwachs et de Coowar Damadarsing.

Le règlement 208 A (5)
« When a sample taken at any time from a horse under the responsibility of a licensed trainer, after analysis is found to contain any illicit substance, the trainer and any other person in charge of such horse at the relevant time shall be guilty of an offense and be liable to any of the penalties provided in Rule 11 (d), unless that person can prove to the satisfaction of the Racing Stewards that he had, at all times, taken all reasonable and permissible measures to prevent the administration of such illicit substance to the horse ».