L’équipe dirigeante du Mauritius Turf Club (MTC) a réuni les journalistes de la presse écrite et parlée vendredi dernier au siège du club à la Rue Eugene Laurent pour la traditionnelle conférence de presse d’avant-saison. Alors que l’industrie hippique passe par des moments troubles avec, notamment, les différents scandales qui ont secoué le MTC l’an dernier et la parution du rapport de la commission d’enquête dans les jours à venir, Jeenarain Soobagrah, le nouveau président du club, a réitiré la volonté de tout un chacun de redorer le blason des courses hippiques et a sollicité l’aide des différents groupes de presse afin d’y arriver.
Prenant la parole au nom du board des commissaires administratifs, Jeenarain Soobagrah s’est dit conscient des défis qui attendent son équipe et s’est dit prêt à les relever. « Nous avons récemment pris l’engagement de servir le club dans la transparence la plus totale et c’est ce que nous ferons avec l’adoption d’une politique de tolérance zero vis à vis de tous les acteurs de l’industrie », a-t-il poursuivi. Selon le nouvel homme fort du MTC, le travail a déjà commencé en ce sens depuis un mois avec le retour dans la chambre des commissaires  d’Alain Rousset, l’ancien Chief Stipe qui « se passe de présentation ».  Le nouveau président a également rappelé l’abolition du poste de Stable Manager/Nominator, décision qui s’inscrit dans le but de s’aligner aux normes internationales où tous les chevaux d’une écurie sont placés sous l’entière responsabilité de l’entraîneur.
En marge de la nouvelle saison hippique, Jeenarain Soobagrah a multiplié les rencontres avec les différents acteurs de la scène hippique. Alors qu’une réunion est imminente avec la Gambling Regulatory Authority (GRA), le président du MTC a aussi évoqué les difficultés rencontrées dans la gestion des courses avec plusieurs sponsors qui ont délaissé le Champ de Mars suite aux turbulences de la saison dernière. Si l’équipe dirigeante est à pied d’oeuvre pour tenter d’inverser cette tendance, le MTC a, par le biais de son président, fait un nouvel appel à la presse pour l’aider dans sa tâche. «Donnez-nous le support nécessaire pour faire revenir le public au Champ de Mars.»
Plus de rigeur réclamée par le Chief Stipe
Stephane de Chalain, qui intervenait après le president du MTC, s’est dit en faveur d’un nouveau souffle avec un besoin de plus de courses propres. Il a ainsi salué le retour d’Alain Rousset dans la Stewards Room, étant aussi d’avis que l’expertise de ce dernier sera un atout indéniable pour maintenir l’intégrité des courses. Parmi les changements à signaler cette saison, notons le fait que le tirage au sort des lignes se fera désormais après que les retraits  sont confirmés alors qu’une nouvelle règle concernant le riding weight des cavaliers entrera aussi en vigueur.
«Nous avons rencontré pas mal de soucis avec certains jockeys qui n’ont pu faire le poids stipulé sur le programme officiel la saison dernière. De ce fait, il a été décidé d’accorder une marge d’un kilo aux jockeys qui seront «overweight». Ceux concernés par ce cas de figure devront toutefois nous en informer avant que l’exercice des scratchings n’ait lieu. Nous serons très strict dessus et nous faisons un appel à plus de rigueur de la part de tout un chacun à ce sujet. »
Un calendrier provisoire a également été rendu public au cours de la conférence de presse. La Maiden Cup, initialement prévue pour le 30 aôut, est maintenant programmée pour le dimanche 6 septembre. La tenue de notre Ruban Bleu est cependant sujette à la confirmation des autorités concernées, a fait ressortir Benoit Halbwachs, le General Manger du MTC. Le volet des mesures budgétaires a également été abordé. Bien qu’épousant la philosophie de responsible gaming prônée par les autorités, les dirigeants du club de la Rue Eugene Laurent se disent préoccupés par l’impact économique et sociale de ces mesures sur l’industrie hippique. Ils ont d’ailleurs rencontré les différents opérateurs de paris durant la semaine afin d’entendre leurs doléances. Si le MTC leur a certes accordé son soutien, le président du club est d’avis que certains songent à cesser leurs acitivités du fait qu’ils ne pourront opérer à pertes si toutes les mesures budgétaires sont appliquées, notamment celles concernant les license fees.
Donald Payen était le dernier intervenant de cette rencontre avec la presse. Il a rappelé la volonté du MTC d’appliquer des codes de bonnes gouvernances, d’où le rapport commandité au Mauritius Institute of Directors l’année dernière. Les mesures de ce dernier sont d’ailleurs déjà en application avec la mise sur pied de deux sous-comités pour le good governance et le audit and risk dont la présidence a été confiée aux administrateurs Alain Noël et Pierre de Chasteigner du Mée respectivement, ces deux messieurs étant très respectés dans ces domaines spécifiques de par leur parcours professionnel.