Élections générales obligent, c’est dans l’indifférence la plus totale qu’a pris fin la saison hippique le 8 décembre dernier avec la tenue du traditionnel Week-End International. Au terme d’une saison marathon (43 journées), c’est l’écurie Foo Kune qui enlève la palme avec un premier titre de champion en seulement quatre années d’existence. L’objectif fixé en début de saison a donc été atteint mais cette saison 2014 n’a guère été de tout repos pour cette formation qui a été au centre de plusieurs controverses, en particulier l’affaire Gemmayze Street qui a vu et le jockey et l’entraîneur du cheval, écoper de lourdes suspensions. Ce qui a obligé le Premier Ministre d’alors à prendre les choses en main en instituant une Commission d’enquête présidée par trois Britanniques de renom « to look into all aspects of horse racing in Mauritius ».
Si en 2013, en dépit de ses 55 victoires et 117 accessits, elle n’avait pu disputer le titre en raison d’une déficience au niveau de l’élite, cette saison l’écurie Foo Kune a bien fait ses calculs en se donnant les moyens de ses ambitions. En sus d’un renforcement à tous les niveaux à travers des jeunes compétiteurs dont les potentiels ne demandaient qu’à être exploités, elle a aussi cassé sa tirelire en faisant l’acquisition de Love Struck et plus tard dans la saison de Roman Manner, avec comme mission de faire flotter haut les couleurs de l’écurie dans les courses aux dotations fort importantes. Même si le premier nommé prit du temps avant de retrouver la forme qui lui était sienne en Afrique du Sud, force est d’admettre qu’il n’a pas faill à sa tâche en offrant à l’écurie Foo Kune une première classique lorsqu’il créa la surprise dans la Coupe d’Or en octobre dernier. À l’arrivée, l’écurie Foo Kune a bouclé sa saison avec 51 victoires et 165 accessits pour des prix totalisant Rs 15 285 000, soit quelque Rs 3,4M de plus que son dauphin Merven alors que le champion sortant Rousset occupe la troisième marche du podium avec Rs 10,9M de stakesmoney.
 Disqualification, suspensions et révocation de licence
 Mais au-delà de ce titre, l’écurie Foo Kune s’est aussi retrouvée au centre de plusieurs scandales et autres polémiques cette saison, avec notamment l’affaire Gemmayze Street qui a vu le jockey Fausto Durso et l’entraîneur Bud Gujadhur écoper de 20 semaines de suspension assorties d’une amende de Rs 100 000 et de Rs 200 000 respectivement. Les deux sanctionnés ont aussi vu leurs licences révoqués par le board des commissaires administratifs, décision que conteste cependant Bud Gujadhur en Cour suprême au moyen d’une injonction. Quant au trackrider de cette écurie, Vijay Anand Bundhoo, il s’est vu infliger une disqualifation de 6 mois – ramené à 3 mois en appel – pour sa monte scandaleuse sur Man Of His Word lors de la dixième journée qui avait vu la victoire de son compagnon d’écurie Ryder Cup. Pour revenir à Fausto Durso, qui jusque-là avait impressionné les turfistes mauriciens de par ses montes à couper le souffle, on attend toujours que la lumière soit faite sur comment il a pu quitter le pays au nez et à la barbe des autorités mauriciennes sans être inquiété. On retiendra aussi les incartades de Derreck David sur Always Flirting lors de la 20e journée, une course qui a fait couler beaucoup d’encre et qui a valu au Sud-Africain 4 semaines de suspension et
Rs 100 000 d’amende. 
Décès de Serge Henry, fermeture prématurée de Maigrot
 Au vu de la gravité de la situation, l’ancien Premier Ministre, Navin Ramgoolam, devait instituer une Commission d’enquête avec pour tâche de revoir tous les aspects de l’industrie hippique. Le rapport de Richard Nicholas Parry, Denis George Gunn et John Paul Scoteny, les assesseurs que le PM sortant avait qualifiés de « rotweillers » est attendu pour janvier prochain. Déjà sur l’estrade d’un meeting qu’il animait au début du mois dans une circonscription de la capitale en prélude au scrutin du 10 décembre, Navin Ramgoolam donnait des bribes de la première ébauche du rapport qu’il dit avoir parcouru en faisant état de« criminal offence within the turf club ».
Cette saison a aussi vu le décès de Serge Henry qui s’en est allé à l’âge de 74 ans. Figure incontournable du turf mauricien, Serge Henry est le recordman du nombre de victoires au Champ de Mars avec 672 succès à son palmarès. Il compte  aussi 8 titres de champion. L’histoire retiendra que son décès a été déploré dans la semaine menant au Maiden, la plus prestigieuse course de notre calendrier hippique et qui vit la victoire de son coursier Man To Man, piloté par Rye Joorawon. La disparition de Serge Henry vit aussi la disparition de l’écurie à son nom  au soir de la Coupe d’Or.
L’écurie Maigrot fut  l’autre écurie à quitter le paysage hippique cette saison. Un manque de moyens est, selon Hugues Maigrot,  à la base de cette fermeture prématurée. Pourtant, rien ne laissait présager que cette écurie allait fermer ses portes après plus de 20 ans d’existence mais les mauvais résultats de ces derniers mois, si ce n’est de ces deux dernières saisons, ont sans doute précipité les choses.
Avec la disparition de ces deux établissements, deux autres ont pris naissance, ceux de Shirish Narang et Randhir Pertaub. Ce dernier avait débuté sa carrière d’entraîneur au sein de la nouvelle écurie Hurlywood mais avec la fermeture de cette dernière au bout de 27 journées, il a dû changer son fusil d’épaule. Sa demande pour obtenir une écurie à son  nom ayant été acceptée, c’est grâce aux chevaux « que m’a vendus mon ami Paul Foo Kune », disait-il après la victoire de Joe’s Legacy fin novembre dernier, qu’il a pu poursuivre l’aventure.
Une première pour Cédric Ségeon
 Chez les jockeys, c’est Cédric Ségeon qui enlève la palme avec 39 victoires au compteur, soit trois de plus que son dauphin Johnny Geroudis. Pourtant c’était loin d’être gagné pour le Francais qui était toujours au coude à coude avec son homologue Sud-Africain à l’entame de la dernière journée de la saison régulière. Avec trois victoires au cours de ladite réunion, c’est avec un ouf de soulagement et beaucoup de satisfaction que la cravache de l’écurie Merven a savouré son premier sacre.
Chez les Mauriciens, Rye Joorawon a, pour la énième fois, enlevé la palme avec 26 victoires contre 24 à Jeanot Bardottier. Ce dernier aurait certainement pu prétendre au titre si sa fin de saison n’était pas émaillée de suspensions. Le natif de Tranquebar, qui a signé chez Gujadhur, a la ferme intention de se racheter la saison prochaine et s’il parvient à résoudre son problème de poids, il sera un des jockeys à suivre en 2015. Toujours au chapitre des jockeys, comment passer sous silence la lourde suspension écopée par Robbie Burke pour sa monte minable sur le grandissime favori Bandido Caballero lors de la 36e journée. L’Irlandais a écopé d’une mise à pied de 12 semaines  – ce qui n’est pas cher payé à notre sens – et ne pourra rechausser les étriers qu’en janvier prochain.
En ce qui concerne les chevaux, c’est Ryder Cup qui fut sacré Cheval de l’Année. Il succède à Liquid Motion qui avait remporté la palme une année plus tôt. Le parcours du pensionnaire de l’écurie Foo Kune mérite d’être salué car en seulement deux saisons, il est passé de C8 (0-25) à l’élite. Chez les 3-ans, c’est Captain Magpie qui a été pébliscité alors que Captain Firth a été primé chez les 4-ans.