L’affaire concernant le dopage allégué de Day Of Reckoning, contrôlé positif à l’estronediol (deca durabolin) suite à sa victoire le samedi 6 octobre dernier, a été entendue par le board des Racing Stewards ce matin. Après avoir écouté pendant plus de deux heures toutes les parties concernées, l’enquête a été ajournée à lundi prochain à 8 heures.
Le comité, composé de Stéphane de Chalain, Samraj Mahadia et Marc Piat, a entendu les Dr Christian Bourdet et Alexandre Henry (vétérinaires), Bertrand Baudot, Laboratory Manager du MTC Laboratory, Ricky Maingard, entraîneur de Day Of Reckoning, Imteeaz Bachedi, palefrenier du cheval incriminé, Krishna Boodhoo, chef palefrenier du centre privé de Maingard, Luximon Jayraj et Hervé Raboude, respectivement palefrenier et chef palefrenier de l’écurie Maingard.
Day Of Reckoning a débarqué à Port-Louis le dimanche 23 septembre dernier et avait été pris en charge par le palefrenier Luximon Jayraj jusqu’au mardi 25 septembre, avant qu’Imteeaz Bachedi ne prenne le relais.
Le produit utilisé, le deca durabolin, est un long acting anabolic, constat confirmé à l’unanimité par les vétérinaires présents et Bertrand Baudot. Aussi, la période exacte où la dose a été administrée n’a pas été établie, car tout est tributaire de la dose injectée et de la constitution du cheval.
Autre fait important relevé, un abcès au niveau du poitrail de Day Of Reckoning, que Krishna Boodhoo rapporta à son patron, Ricky Maingard, le mardi 9 octobre, soit au retour du coursier à Mon-Choisy, trois jours après sa course remportée au Champ de Mars.
Ricky Maingard confirma aux RS que la plaie a été traitée en conséquence par le vétérinaire de son écurie. L’entraîneur a aussi expliqué qu’il a fait installer à grands frais (plus de Rs 100 000) neuf caméras de surveillance dans autant de boxes à l’écurie à Port-Louis, et indiqué que le centre privé à Mon-Choisy n’est pas pourvu de caméras de surveillance.