Cette journée a été dominée par Gilbert Rousset et Patrick Merven, auteurs d’un doublé chacun. La meilleure moisson a été réalisée par le premier nommé, deuxième au classement, qui s’adjugea l’épreuve principale grâce à Everest, qui atteignait ses premiers sommets sur notre turf. Avec Rs 9.8M au compteur, il ne compte plus que Rs 397 000 de retard sur Ramapatee Gujadhur, qui a eu le bonheur d’aller accuellir pour la huitième fois d’affilée le valeureux Kremlin Captain. Au niveau des jockeys, Derreck David et Jeanot Bardottier se sont neutralisés avec deux victoires chacun. Le Sud-Africain conserve le maillot de leader avec 37 réalisations.
Gilbert Rousset a retenu la leçon après la modeste sixième place de son protégé dans le dernier Ruban Bleu. Everest n’est pas un stayer comme il l’avait espéré lorsqu’il l’accueillait dans son yard. Ce fils de l’étalon Sarge était nettement raccourci tout comme l’autre gris, Top Jet, dont la dernière participation était enregistrée dans The Turf Magazine Golden Trophy sur 2200m. Ce n’était pas forcément l’idéal, mais afin de faire la transition dans les meilleures conditions, son entourage l’avait remis sur sa fraîcheur en lui accordant dix jours de repos. Everest avait donné entière satisfaction lors de ses derniers exercices matinaux. Reste qu’il affrontait quelques bons sprinter/ milers, à l’instar de Tandragee, qui n’avait rien fait de mal cette saison.
Si les stalles devaient afficher complet, il n’y eut que neuf partants suite au retrait peu avant la cinquième épreuve d’Ashanti Gold, qui faisait de la température et qui souffrait de jaunisse. Les paris chez les bookmakers furent donc annulés et rouverts. Cette course fut émaillée d’un incident, fatal à Twitter — ce dernier se fractura l’antérieur droit aux 700m et dut être enthanasié —, mais qui ne fit heureusement pas beaucoup de victimes à l’exception de Nordic Warrior, qui suivait dans le dos du leader, et qui dut être repris afin d’éviter la collision. Même s’il est réputé pour être un puissant frontrunner, on s’attendait à voir le représentant de Shailesh Ramdin suivre en deuxième position vu que Nordic Warrior s’était montré le plus rapide pour la position tête et corde. Malgré les doutes qui subsistaient sur sa tenue, Twitter fit l’effort dans la courbe pour déborder le meneur qui était pourtant parti sur de bonnes bases. Sans doute est-ce la tactique finalement suicidaire de Twitter qui a suscité des interrogations des commissaires, qui ont décidé d’ouvrir une enquête sur le handling du cheval mardi matin. Nordic Warrior évolua en épaisseur par la suite et il se désintéressa de la course. Son cavalier cessa de le monter dans la ligne droite finale. Un examen du cheval ne révéla rien d’anormal.
Suite à cet incident, Tandragee se retrouva en tête un peu malgré lui, mais cela ne le perturba pas outre mesure vu qu’il a déjà gagné dans la course à l’avant. Au contraire, cela lui permit de rester à la corde dans la dernière courbe au lieu d’être forcé de contourner les meneurs comme le firent Top Jet et Tales Of Bravery. David attendit, lui, la fin des false rails pour lancer Everest à l’intérieur. Le représentant de Gilbert Rousset bénéficia d’un boulevard puisque Tandragee versa à l’extérieur à l’entrée de la ligne droite, gênant son compagnon d’entraînement Reim. Top Jet fit illusion, mais il ne fut pas en mesure de prolonger son effort jusqu’au bout. Everest, en revanche, sortit un joli coup de reins sous la monte énergique de David pour forcer la différence sur la fin. Tales Of Bravery ne fut pas en mesure de prendre une part active à l’arrivée, mais ne fut pas surclassé. Il nous a paru dans une condition améliorée à l’heure des présentations et on est en droit de s’attendre qu’il nous montre un meilleur visage dans la Coupe d’Or. Suite à ce succès, la candidature d’Everest dans la dernière classique du calendrier mérite également d’être prise au sérieux, surtout qu’on sait que les retombées de cette épreuve pourraient avoir une influence capitale sur le championnat des entraîneurs.
Auparavant, Derreck David s’était signalé sur Lietuva, qui était le grandissime favori de The Feber Associates Cup. Ce beau bai de 4 ans ne fit pas dans la dentelle, surclassant ses adversaires pour s’imposer par un peu plus de 5L sur son plus proche adversaire. Lietuva se montra le plus rapide et de sa première ligne, il s’installa tranquillement en tête. Imprimant une allure régulière, il creusa l’écart à mi-course pour aborder la ligne droite finale en vainqueur. À l’arrière, on ne se battait que pour les accessits. Mighty Mars démontra sa supériorité à ce niveau pour s’approprier la deuxième place devant The Flying Machine, auteur d’une performance encourageante. Les 1365m furent couverts en 1.21.77 par le vainqueur. Ce qui constitue une bonne performance vu la présence des false rails à 3.75m, rallongeant le tour de piste par une vingtaine de mètres. Lietuva fit même mieux que Bobby Bear, victorieux dans une catégorie nettement supérieure en 1.23.40. À noter que Goomany, le jockey de Shoddy Nick, n’insista pas après quelques centaines de mètres seulement, sentant une gêne de sa monture. Cependant, le vétérinaire ne décela aucune anomalie. En revanche, ce dernier rapporta que Navistar avait saigné.
Bobby Bear retrouve son finish
Autant David nous a-t-il ébloui par sa détermination, autant a laissé un goût d’inachevé sur The Real Hero, où il commit quelques fautes dignes d’un débutant. D’abord aux abords du poteau des 1000m, en reprenant sa monture, cette dernière frôla les barres et fut débalancée. Puis à l’entrée de la ligne droite, il prit la mauvaise option en choisissant de passer entre les deux chevaux de tête vu que Maestro’s Salute écarta. Par la suite, alors qu’il changeait sa cravache de main, David perdit l’usage de sa rêne gauche, et ce, sur une douzaine de foulées. Cela lui coûta probablement la victoire si l’on se base sur la fin de course de The Real Hero, qui se permit de revenir sur Bobby Bear dans les derniers mètres. S’agissant du vainqueur, il était aligné dans une valeur nettement inférieure par rapport à ses dernières sorties. Patrick Merven souligna cet élément lorsqu’il fut interrogé sur la performance améliorée de son représentant, mais aussi le fait qu’il y avait plusieurs chevaux rapides qui assureraient un bon rythme. En effet, on pouvait prévoir que la victoire allait revenir à un finisseur, même si Istiqraar rata complètement son départ et que Gemmayze Street se montra lent. Contre toute attente, c’est Flash Drive, qu’on espérait voir en attentiste, qui s’empara du commandement après moins d’un furlong avant que Maestro’s Salute ne prît le relais dans le tournant. Aidé de l’allure régulière, mais pas forcément sélective, Bobby Bear profita du boulevard à la corde et du fait que David s’enmêla les pinceaux pour refaire son retard. The Real Hero revint quelque peu sur le tard lorsque son cavalier trouva son rythme, mais le but arriva trop tôt pour lui.
Une enquête fut ouverte d’office après l’épreuve d’ouverture afin de faire la lumière sur un incident dans la ligne droite finale où Put Foot Singe dut être repris après qu’il eut été gêné par Smitten, qui se déroba lorsqu’Amber Palace pencha vers l’intérieur. L’ordre d’arrivée fut cependant maintenu, les RS considérant que cette interférence n’a pas eu d’incidence sur les résultats de la course. On savait que Domani aurait une belle carte à jouer s’il était capable de diriger les opérations. Le représentant de Jean Michel Henry trouva plus rapide que lui en Tigre Libre, mais ce dernier ne profita pas de son meilleur départ alors qu’il semblait en mesure de s’emparer de la position tête et corde à n’importe quel moment. Teeha insista à son intérieur pour placer sa monture à l’avant. Smitten, qu’on s’attendait de voir dans le peloton de tête, s’élança prudemment pour se retrouver en midfield, et il se retrouva encore plus en retrait et dut être repris lorsque Cools Style se rabatit à la corde pour se placer devant lui aux abords du Tombeau Malartic. Boutanive plaida coupable de careless riding et écopa d’une suspension d’une semaine. Seneschal fut le premier à améliorer sa position, mais il commença à dériver sur sa gauche aux abords de la route. Holland changea sa cravache de main, mais on ne le vit faire aucun effort pour redresser sa monture. Amber Palace en profita pour se rapprocher à son intérieur dans la dernière courbe avant de foncer sur les meneurs. En tête, Domani maintenait le cap et sous la conduite de Teeha, il repoussa l’assaut d’Amber Palace jusqu’au bout.
Battu par Ek Tha Tiger à sa dernière tentative, Question Time se racheta à l’issue d’un pillar to post sous la conduite de Kevin Ghunowa. À l’occasion, même s’il était aligné dans la même valeur que la dernière fois, il n’était pas parmi les favoris vu que la plupart de ses adversaires descendaient de classe, à l’instar de Yoda Man, It’s My Party et Obligation, qui étaient les plus chuchotés pour la victoire et qu’il avait hérité d’un couloir extérieur. En surmontant cette difficulté afin de s’emparer du commandement, Question Time incommoda le très joué It’s My Party. Yoda Man, qui suivait, se retrouva sur ses talons et trébucha avant d’être forcé en épaisseur, tout comme Bongo Beat. Ghunowa plaida coupable pour monte négligeante et fut sanctionné d’une amende de Rs 25 000. Yoda Man donna l’impression de pouvoir refaire son retard à l’entrée de la ligne droite finale, mais il manqua de punch également. Generous Gent et Obligation se montrèrent les plus menaçants, mais Question Time maintint le rythme, bien que versant à l’extérieur, gênant ainsi la monture de David, pour résister jusqu’au bout.
8 in a row
Une victoire de Kremlin Captain était impérative pour son éventuelle participation dans la Coupe d’Or, réservée aux coursiers possédant un rating de 65 ou plus, mais qui accueillerait également les chevaux possédant un rating supérieur à 59 s’il y avait des places de libres. Conscient de l’enjeu, Ramapatee Gujadhur avait aligné un deuxième partant en le véloce Valere dont le but était visiblement d’assurer le rythme en faveur du favori de l’écurie. Cette tactique réduisit les chances de succès de Valere, qui était à sa première tentative sur le parcours du jour. Neisius n’insista pas et plaça The Pieman dans le dos du meneur, tandis que Captain Magpie était condamné à l’extérieur. Valere imprima une allure régulière et il était évident qu’il allait faiblir à un moment ou à un autre. Kremlin Captain contourna le peloton dans la dernière courbe pour aborder la ligne droite finale au milieu de la piste. Hillbrow, qui évolua plus en retrait que prévu, se laissa prendre de vitesse par le favori, hypothéquant ses chances de succès, alors que l’occasion lui avait été offerte pour enfermer le favori aux abords de la route. Une enquête a été ouverte sur le handling de Hillbrow. Elle reprendra mardi matin. Certes, on peut invoquer en sa faveur le bon rythme de son compagnon d’entraînement et du manque d’initiative de son principal adversaire, mais on ne peut diminuer les mérites de Kremlin Captain, qui confirma l’étendue de son talent en alignant une huitième victoire consécutive, soit sa cinquième de la saison.?Jeanot Bardottier réalisa son doublé de la journée sur Torero Dancer, qui était le favori dans l’épreuve de clôture où Wing Man s’était également fait de nombreux partisans. Rebel’s Game était lui délaissé, mais ses chances de succès étaient évidentes, car on savait qu’il pourrait se retrouver seul à l’avant. Arabian Empire tenta pourtant de le taquinner, mais il confirma qu’il avait perdu sa vitesse initiale d’antan et ne put sortir le meneur de son pas. Cela ne favorisa pas les desseins de Wing Man, qui avait besoin que la course soit rondement menée afin de pouvoir s’exprimer dans l’emballage final. En revanche, l’allure fut au goût de Torero Dancer et même de Blue Berry, qui retrouvait la valeur où il restait sur une victoire. ?Le meilleur finisseur des deux eut le dernier mot. Bardottier dut toutefois ramener à l’ordre sa monture qui versa à l’extérieur à mi-ligne droite. À noter que Torero Dancer boitait bas après la course.
3 sur 3 pour ?Jambamman
Convaincant vainqueur de ses deux dernières courses, Jambamman a continué sur sa lancée en enlevant The Associated Brokers Cup assez facilement avec Jean Roland Boutanive en selle. Certes, il montait de classe, mais vu la façon dont il avait disposé de ses adversaires, il était donné comme le grand favori pour la victoire devant Harba, qui était également aligné dans une valeur supérieure après son récent succès. Wind Glider était déclassé à ce niveau, mais il profita de la remise de son apprenti pour ne porter qu’un demi-kilo de moins que le favori. La doublure de Ramapatee Gujadhur tenta le coup tactique en s’installant en tête après deux furlong prenant le relais à Epicentre, et il imprima une allure modérée. Harba suivait dans le dos de Jambamman et lorsque ce dernier déboîta à la rue du Gouvernement, il en fit de même. Ces deux chevaux profitèrent surtout des écarts abusifs de Monarch’s Emblem et Mighty Lion pour continuer leur progression. Dans la dernière courbe, l’issue ne faisait déjà plus de doute. Wind Glider se montra très accrocheur, mais il ne put contrer l’accélération de Jambamman.