Depuis le mardi 28 juin, beaucoup d’encres ont coulé et beaucoup de paroles ont été prononcées après la question du député Rajesh Bhagwan adressée au Premier ministre sur le rapport des deux Britanniques Georges Ben Gunn et Paul Scotney. Un rapport lié à la mise en application des recommandations faites dans le rapport Parry sur les courses à Maurice. D’entrée de jeu, le Premier ministre, fort de son franc parlé, à expliquer qu’il n’était « pas d’accord » avec plusieurs recommandations faites par les deux Britanniques, mais précise au passage son intention de ne pas rendre public le rapport Gunn-Scotney puisqu’il contient des informations sensibles.
La question du député de la circonscription N°20 était surtout axée sur les recommandations faites par George Ben Gunn et Paul Scotney, tout en voulant savoir du Premier ministre si le rapport contient un draft Bill du Mauritius Horseracing Authority et les frais dépensés avec les deux consultants. Dans sa réponse le Premier ministre devait d’abord préciser que George Ben Gunn et Paul Scotney ont été engagés par ses bureaux dans le but d’apporter leur assistance à l’implémentation des recommandations du rapport Parry pour la commission d’enquête sur les courses. Sir Anerood Jugnauth a ajouté que les deux consultants britanniques avaient commencé leurs travaux le 25 janvier dernier et, au 3 juin vers 10h30, Ben Gunn a remis le rapport cosigné au président du Strategic Management Group, car tant lui que le secrétaire du cabinet étaient pris par le Conseil des ministres. Mais ce n’est que vers 14h que le Premier ministre a pris connaissance du rapport accompagné d’une lettre en couverture.
SAJ a aussi soutenu que le rapport des deux Britanniques est un document de travail produit à la demande de son bureau. « Comme ce document contient un certain nombre d’informations sensibles, eut égard à la mise en place d’une structure d’« intelligence gathering and strategic direction » pour la lutte contre les paris illégaux […] De ce fait, il ne serait pas juste de rendre public ce rapport », a déclaré le Premier ministre.
Rs 32 millions, puis Rs 3.2 millions
Un slip of the tongue devait faire dire au Premier ministre qu’une somme de Rs 32 millions a été payée tant à George Ben Gunn et qu’à Paul Scotney. Mais à la première question supplémentaire, sir Anerood Jugnauth devait se rattraper et déclarer que la somme était de Rs 3.2 millions. Ce qui veut, entre autres, dire, que les deux Anglais ont réclamé quelques £750 par jour pour une semaine de cinq jours. Pour l’heure £62 175 et £61 387 ont été payées à Paul Scotney et Ben Gunn respectivement. Les sommes restantes s’élèvent donc à £24 150 et £25 012 respectivement.
Par rapport aux recommandations, le chef du gouvernement devait souligner que les deux Britanniques ont indiqué la nécessité : (a) De créer une Mauritius Horseracing Authority en dehors de l’autorité de la GRA et au sein d’une « independant governing body » avec un board qui doit être composé d’un CEO étranger et deux autres nominés, toujours étrangers. (b) Que des employés du MTC soient transférés directement pour la mise en fonction du MHRA. « In addition, they are also of the view that some eight to ten foreign resource persons be recruited by the proposed Mauritius Horse Racing Authority », a révélé le Premier ministre.??No draft Bill
Dans la foulée, SAJ devait aussi apporter une indication importante puisqu’il est venu affirmer que le rapport des deux Britanniques ne contient aucun draft Bill sur la Mauritius Horseracing Authority. « No draft Bill has been included in the Report. As I have stated before, the Report is a working document to facilitate and assist in the implementation of the recommendations of the « Report of the Commission of Inquiry on Horse Racing in Mauritius ». « The recommendations » per se, are only functional guidance as to the ways and means through which the Parry Report can be best implemented. »
Bhagwan : Since it is of public knowledge that things are getting worse with regard to illegal betting and cheating at the level of the Mauritius Turf Club and the horseracing business, will the honourable Prime minister at least make sure that the Committee which has been set-up works rapidly and at least legislation be brought as rapidly as possible for the setting-up of this Horse Racing Authority in the interest of all the population, turfists at large ?
SAJ : Insofar as the question of the honourable Member is concerned, first of all, I don’t agree with many things that have been recommended by the Consultants. I do not agree that we have all strangers here ; I believe that there are competent Mauritians who can do the job. Therefore, we will have to work and come to a conclusion as to what we want in order that there is no repetition of what the honourable Member has just said. We want to make sure that horseracing in Mauritius is something that is serious, there will be no cheating, no illegal betting, we must get rid of all that, and there must, therefore, be an independent body to look after all this.
À ce stade des discussions, le député Bhagwan devait demander au Premier ministre de s’assurer auprès de la Police des Jeux et de la GRA que les sanctions soient plus effectives dans le cas d’illegal betting. Sir Anerood Jugnauth devait rétorquer que le Commissaire de Police fait son travail et qu’il n’a pas besoin de donner des instructions pour cela. « The GRA has been acting and monitoring the situation closely and, obviously, as things are, we will not be able to achieve what we want. That is why we are working to have a special independent body that can really be effective and take actions that are necessary », a souligné le Premier ministre.
Foreign people cost a lot to this country
À une question supplémentaire du député Mohamed, ce dernier devait remettre en doute les compétences de Maurice à gérer ce dossier. Le député du N°3 a demandé que pour l’indépendance de cette nouvelle autorité, ne serait-il pas bon d’avoir un étranger à sa tête ? « Foreign consultants and foreign people cost a lot to this country and I have come to the conclusion that most of the time they have been useless, and I don’t see why we can’t have independent persons in Mauritius », a conclu le Premier ministre.
Puis, dans un brouhaha sur ce point, le député Rajesh Bhagwan est venu jeter un pavé dans l’eau : « There is connivance between high civil service officials, people at the MTC, the Police des Jeux and the GRA with regard to illegal betting and the sort of mafia, because people are owners of horses. I can send to the honourable Prime Minister the names of senior civil servants where their families are owners of horses and they deal themselves with the permits ».