Si on se base strictement sur les galops effectués à l’entraînement, c’est Polar Royale qui fait figure de favori. Mais l’absence d’un autre meneur que Ryder Cup augmente les chances du cheval de l’entraînement Shailesh Ramdin qui se retrouve bien placé pour réaliser le bout en bout. Cependant, Polar Royale n’a pas encore dit son dernier mot.
En effet, à l’entraînement, il a été tout à fait sublime. Il est celui qui a atteint le plus vite une forme appréciable. Si son entraînement a baissé en intensité, c’est surtout parce qu’il a parfois tendance à perdre du poids. Rousset a choisi un jockey qui connaît bien la piste du Champ de Mars et qui possède une bonne connaissance des adversaires, surtout Ryder Cup.
Ryder Cup, lui, a connu une ascension fulgurante et a été couronné cheval de l’année en 2014. C’est un compétiteur qui s’avère difficile à reprendre quand on le laisse faire à sa guise. De ses adversaires du jour, aucun ne semble avoir la vélocité nécessaire pour lui contester le rôle de meneur. Au pire, on dira qu’Ice Axe, le second représentant de l’entraînement Allet, qui porte des oeillères, pourrait être tenté de durcir le rythme à la mi-course. Toutefois, rien n’est sûr car il n’est pas impossible de penser que quand la monture de Sunil Bundhoo réagira ce sera trop tard.
Le numéro un d’Allet est François Bernardus, qu’on n’a pas beaucoup vu au Champ de Mars ces dernières semaines. Il a été principalement entraîné au bord de la mer et est largement capable de bien faire sur sa fraîcheur. Du reste, on se souvient qu’il avait titillé Casey’s War lors de ses débuts.
En parlant de ce dernier, qui n’a plus rien à prouver à Maurice et qui continue à bien faire en dépit du fait d’avoir été pénalisé pour ses victoires, il faudrait faire ressortir qu’on n’a pas pu bien l’évaluer dans le sens où il a été rarement vu — cela est son habitude — à Port-Louis. Il reste un modèle de régularité et faisons confiance à Ricky Maingard.
Merven est représenté par Liquid Motion, qui a alterné le bon et le moins bon la saison dernière. Il s’est bien acquitté de sa tâche à l’entraînement et n’a pas droit à l’erreur dans ce lot.
Enfin, il y a Emerald Approach, qu’on retrouve du côté de Jean-Michel Henry cette saison après avoir été vendu pas ses anciens propriétaires. Pourtant, ce cheval a remporté quatre courses chez Rousset. Cela dit, les nouvelles connexions du cheval voudront sans nul doute miser sur le fait qu’il soit le poids léger de l’épreuve pour tenter de renverser la situation.
Toutefois, il faut être conscient qu’il pourrait souffrir d’un manque de rythme. Comme il a la fâcheuse habitude de se montrer ardent et qu’il revient sur sa fraîcheur, cela pourrait le désavantager.
Pour la victoire, on préfère Polar Royale, mais on est contraint à choisir Ryder Cup pour les raisons énoncées plus haut. Pour les autres places, on fait confiance à la régularité de Casey’s War et à François Bernardus.