Le champ de Mars était en mode motherland, dimanche dernier, à l’issue du Sun Resorts International Jockeys’ Week-End. La raison : Le jockey Rye Joorawon était sacré champion, devenant ainsi le premier Mauricien à s’offrir ce titre et ce, parmi une pléaïde de jockeys internationaux. Avec deux victoires, notamment sur King’s Guard de l’écurie Merven et sur Azapel de l’écurie Gujadhur, sans oublier ses accessits, Rye Joorawon a été exact au rendez-vous pour dominer l’excellent jockey australien Nash Rawiller, qui, il faut le souligner, a fait forte impression lors de ces deux journées de course, avec ses brillantes victoires sur les deux chevaux de l’écurie Maingard, Salute The Saint et Laser Bolt, et celle sur Winged Captain de l’écurie Rameshwar Gujadhur.
Le moins que l’on puisse dire, c’est que la victoire a été longue à se dessiner pour Rye Joorawon. Car lors de la première journée de samedi, il débuta le championnat avec une deuxième place  sur Captain Matthew de l’écurie Gujadhur derrière…Salute The Saint. Avec cette victoire, Nash Rawiller avait déjà marqué son territoire et e, même s’il était à sa première visite à Maurice. Il signa une autre victoire avec Laser Bolt dans la cinquième course, alors que Rye Joorawon avait lui terminé quatrième dans la course précédente avec Lancewood de l’écurie Raj Ramdin. Le Mauricien allait même été très malchanceux dans la course principale lorsque son cheval Bolting Cat de l’écurie Perdrau était rétrogradé à la deuxième place à la suite d’une objection de Hot Rocket de l’écurie Allet que pilotait Robbie Burke.
Quatrième dans la dernière course sur Red Lotus de l’écurie Henry, Rye Joorawon regardait s’envoler Nash Rawiller à l’issue de la première journée. La situation n’allait pas s’arranger pour le Mauricien qui termina à la deuxième place sur Hills Of Rome de l’écurie Maigrot  lors de la journée de dimanche, alors que la victoire était remportée par Nash Rawiller sur Winged Captain. Deuxième sur Direct Approach (écurie Gujadhur)  dans la deuxième course, Rye Joorawon allait finalement s’offrir sa première victoire de ce week-end international en s’imposant avec King’s Guard dans la cinquième course. Une précieuse victoire qui lui permettait de revenir à un tout petit point de l’Australien Rawiller. On peut même avancer que le Mauricien a eu la main heureuse avec Azapel, un cheval qu’il connaît très bien, puisqu’il remporta la sixième course et survit même à une réclamation. Malgré la deuxième place de Rawiller dans l’épreuve de clôture sur Ridge Too Far (écurie Maingard),  Rye Joorawon était sacré champion avec un total de 36 points devant ce même Rawiller (30 points) et Ahmed Ajtebi (24 points).
Au niveau des dames, c’est l’Italienne Jessica Marcialis qui a remporté la course avec Tobeastar de l’écurie Raj Ramdin pour s’imposer par là-même dans la Fegentri Lady Riders avec 219 points devant la Française Barbara Guenet et l’Autrichienne Manuella Slamanig. Pour sa part, l’entraîneur Rocky Maingard, qui a ramené quatre vainqueurs (Salute The Saint, Glory Boy, Laser Bolt et Day Of Reckoning) s’est imposé au niveau des écuries avec un total de 42 points. Soulignons que les vainqueurs de la journée de samedi sont Zip It (Rakesh Bhaugeerothee) de l’écurie Maigrot, Glory Boy (Ahmed Ajtebi) de l’écurie Maingard, Monsieurnando (William Buick) de l’écurie Henry, Forest Shelter (Olivier Peslier) de l’écurie Rousset et Ruby King (Johny Geroudis) de l’écurie Merven. Les autres vainqueurs de la journée de dimanche sont Mighty Fine (James Doyle) de l’écurie Allet, Tobeastar (Jessica Marcialis) de l’écurie Raj Ramdin, Ambassador Rex (William Buick) de l’écurie Gujadhur, Day Of Reckoning (Christian Demuro) de l’écurie Maingard et Donnie Brasco (Ahmed Ajtebi) de l’écurie Henry.
Par ailleurs, comme le veut la coutume désormais bien établie, le Mauritius Turf Club avait organisé durant la journée de dimanche un concours de chapeau et flibustier pour les dames. Pour la deuxième année consécutive, c’est Jenny Jackson qui a remporté le premier prix. Et pour la deuxième année consécutive, c’est aussi Béatrice Buttié qui a remporté le 2e prix.