La saison 2012, celle marquant le bicentenaire du Mauritius Turf Club, aura été celle de l’écurie Gujadhur. La casaque bleu électrique aura réalisé un extraordinaire parcours, surtout en fin de saison, alors que tout le monde pensait que le titre se jouerait entre Maingard et Rousset. Cette dernière courait après son quatrième titre d’affilée, alors que Maingard visait une grande première.
Il était quelque part écrit que, 36 ans après son dernier titre, l’écurie Gujadhur inscrirait une nouvelle fois son nom sur les tablettes. Avec plus de Rs 15M en termes de prix et 40 victoires pour les courses régulières et 48 deuxièmes places, Ramapatee Gujadhur peut être fier du succès de son écurie, aidé de ses fidèles lieutenants Tikanand, Udhay, Praveen, Vicky et Alexander. Pour obtenir un titre, il est impératif que des investissements soient faits, et non des moindres. Cela faisait deux saisons que l’écurie Gujadhur avait investi gros dans l’acquisition de nouvelles unités pour surtout obtenir des succès classiques et aussi remporter les autres courses importantes du calendrier.
Ainsi, la saison débuta sur des roulettes pour Gujadhur, qui accrocha d’emblée la Duchesse avant d’accrocher la Barbé Cup. Pendant ce temps, Rousset faisait ce qu’elle pouvait, tout comme Maingard. C’était Merven qui se posait alors comme l’adversaire le plus sérieux. Rousset devait passer en tête avant la journée du Barbé mais elle devait lâcher prise après cette classique. Maingard, elle, fit sentir sa présence avec un certain Ice Axe, qui domina Il Saggiatore dans la très prisée Course du Bicentenaire.
Rousset revenait aussi à la charge, au point où on assista à un regroupement en tête quand Gujadhur se sépara de Robbie Burke. Et quand Maingard enleva la Maiden Cup, on pensait que l’écurie Gujadhur ne pourrait relever la tête. Groggy mais pas abattu, la casaque bleu électrique et écharpe rouge avait encore quelques cartouches sous la manche. Maingard eut la malchance de perdre Gaëtan Faucon lors de la 29e journée et tout fut remis en cause. Entre-temps, Rousset était repassée en tête.
Vint la course qui allait décider du championnat, comme cela avait été le cas en 2011. Le MTC organisait un week-end de courses avec la Coupe d’Or comme point d’orgue. Un quadruple tomba dans l’escarcelle de Gujadhur, qui combla une bonne partie de son retard avant d’accrocher la Coupe d’Or avec par Tandragee. Et la casaque bleu électrique pouvait briller de mille feux. Rousset se contentait de la deuxième place mais Gilbert Rousset restait, comme la saison dernière, l’entraîneur avec le plus grand nombre de victoires, soit 47. Merven doit être créditée d’un bon parcours car elle finit parmi les quatre premiers derrière Maingard.
Petite déception du côté de Foo Kune, de laquelle on attendait mieux, mais disons que les circonstances ne jouèrent pas en sa faveur. Serge Henry aura besoin de renouveler son effectif pour ne pas jouer les second rôles une nouvelle fois. Perdrau a besoin de sang neuf tout comme les autres établissements.