Cela fait un peu plus de 200 ans que Harriet Atwood Newell, que l’on dénomme « the first American heroine of the missionary enterprise » (1), décède et est inhumé à Maurice (qui est Isle de France dans pratiquement tous les écrits des missionnaires américains qui passent à Maurice à la première moitié du 19e siècle bien que l’île a repris le nom Mauritius comme elle s’appelait du temps des Hollandais, dans le sillage de la conquête de l’île par les Britanniques en 1810) au cimetière de l’Ouest à Les Salines, à Port-Louis. Mention est faite de la sépulture de Harriet dans les années 1870 par l’écrivain Nicholas Pike, alors consul américain à Maurice : « I was surprised once, when reading over the names, to come upon one of a countrywoman of my own – a name well known in America, and for those to whom she is still a household name. » (2) Le consul prend la peine de reproduire dans son livre l’inscription paraissant sur l’épitaphe.
« A distinguished servant of Christ »
Toutefois, avant le consul américain, le visiteur James Backhouse mentionne l’existence, dans les années 1830-1840, de la tombe de Hariett Newell au cimetière de l’Ouest après une description élaborée du nécropole dont voici un extrait : « The graves are chiefly of masonry, but vary from the rudest heaps of earth, headed with little wooden crosses, with or without inscriptions, to gorgeous tombs bearing epitaphs of high panegyric ; in which, however, the fear of God is generally absent from the catalogue of virtues. But this is not the case in every instance, for amidst this motley multitude, of all nations, kindreds, tongues, and people… the mortal remains of Harriet Newel, well known as having been a distinguished servant of Christ, lie entombed. » (3) Le sépulcre a eu une couche de peinture fraîche à l’occasion d’un hommage rendu à la martyre américaine en novembre dernier pour marquer le bicentenaire de sa mort.
Environ une année après la mort tragique de Harriet Atwood Newell, son époux, le Révérend Samuel Newell, a évoqué ce drame dans une lettre adressée à sa belle-mère, Mme Atwood, écrite à Point de Galle au Ceylan, dont voici un extrait :
« My dear, dear mother, It seems too much to believe that this paper will ever reach Haverhill, and be read in that peaceful dwelling, where I have spent so many hours. But your letters have safely reached me, and gladdened my sorrowful, desponding heart, in this distant region ; and why should not mine be safely conveyed to my beloved mother ? I hope this will reach you, and remind you of one – on whom you have bestowed the greatest blessing which any person on earth could bestow. That blessing, alas, how transient ! – It was resumed by that sovereign God, from whom is every good gift, and I am left to mourn. – Yes, my dear mother, within ten short months from the day you gave your Harriet to me, I saw her sicken, waste away, and expire. In a strange land, without one friend to weep with me, I followed her, a solitary mourner, to the grave. She was interred in a retired spot, in the burying ground in Port Louis, under the shade of an evergreen. I often visited the spot with mournful satisfaction, during the three remaining months of my residence in the Isle of France. » (4)
De Salem à Calcutta à bord du Caravan
L’intérêt d’Harriet Newell pour la chose religieuse et l’oeuvre missionnaire en terre lointaine a germé à l’école. « In 1806, while at school at Bradford, she became deeply impressed with the importance of religion, and at the age of sixteen she joined the Church. » (1) Le 9 février 1812, elle épouse le révérend Samuel Newell, missionnaire désigné en Birmanie, et peu de temps après, le couple s’embarque sur le Caravan en compagnie d’un autre couple missionnaire, Adoniram et Nancy Judson. Les deux couples font partie de la première équipe missionnaire américaine chargée d’évangéliser à l’étranger. Le révérend Luther Rice se trouve aussi à bord du Caravan qui quittera le port de Salem le 19 février 1812 à destination de l’Inde.
Les raisons pour lesquelles la Tabernacle Congregational Church (TTC) a été choisie comme lieu où est confié le mandat missionnaire aux jeunes Américains sont liées au fait que, primo, le chef de file de cet élan missionnaire se trouve être le pasteur en charge de la TTC et, secundo, que Salem occupe une position stratégique sur la route commerciale Amérique-Extrême Orient. « Tabernacle’s minister at that time, Rev. Dr. Samuel Worcester was a leader in the growing world mission movement. Salem was also the centre of the Far East trade and Salem port was the destination of most ships that went to the Orient, which is likely why this commissioning was held here. » (5) Une autre question qui mérite d’être élucidée a trait au départ pour l’Inde qui se fait en plein hiver. Pourquoi ? « The date, in the depth of a cold New England winter, was chosen because the British were threatening an immediate blockade of the harbour as the outset of « the War of 1812″ loomed. » (6)
En fait, les rapports tendus entre les Etats-Unis et l’Angleterre pèseront lourd sur la tournure que prendra la mission initiale des couples Newell et Judson en Inde et, par extension, en Extrême-Orient.
Des négociations ardues
A leur arrivée à Calcutta, les missionnaires sont accueillis à la residence du Dr William Carey, orientaliste d’origine britannique et missionnaire baptiste, qui leur fait visiter les lieux. Cependant, leur rêve de faire connaître la religion chrétienne aux Indes est brisé net lorsque les autorités britanniques les déclarent persona non grata, de parfaits indésirables à qui ils somment de quitter le territoire indien au plus tôt : « By invitation of Dr. Carey they visited the station, and were treated with the greatest kindness. But their hopes of usefulness were destined to be blasted. The East India Company was opposed to all attempts to Christianize the natives, and threw all their influence against the divine cause of missions. As soon as the government became apprised of the object of Mr. Newell and his associates, orders were issued for them to leave the country immediately. » (Idem)
La Compagnie Anglaise des Indes Orientales craint que les activités des missionnaires ne nuisent à leurs « nefarious trading practices ». (8) Mais, en fait, les appréhensions des autorités britanniques ont des causes plus profondes. « Besides, the English feared that the natives of India, finding themselves beset by the missionaries of a foreign religion, and their own sacred institutions undermined, would rise against the whole English race, and a war ensue which would be rendered more intense by the spirit of religious fanaticism. The Oriental meekly submits to oppression, except where religious questions are involved ; it was the greased cartridge which brought on the Sepoy rebellion. The English authorities feared, as once was stated in the House of Lords, « That every missionary would have to be backed by a gunboat. » There might arise endless complications, and they determined to arrest the danger before it really began. » (9)
Fort heureusement, les missionnaires obtiennent la latitude de choisir leur destination, en l’occurrence, une des îles des Mascareignes, l’Ile de France. « After a vast deal of parleying with the civil powers, permission was obtained to reside at the Isle of France and on the 4th of August, 1812, Mr. and Mrs. Newell took passage on board the Gillepsie for that place. » (7) Toutefois, au depart, il est question que les deux couples missionnaires, les Newell et les Judson, fassent le déplacement ensemble pour l’Ile de France. Mais les circonstances sont telles que les couples feront le voyage séparément, les Newell en premier et les Judson plus tard. « They then asked if they could go to the Isle of France (Mauritius). This request was granted ; but the only ship then setting sail for that port could convey but two passengers, and by common consent Mr. and Mrs. Newell embarked. Mr. and Mrs. Judson and Mr. Rice remained behind for another vessel. » (9)
Deux mois plus tard et non sans avoir eu à subir de nouvelles tracasseries administrative, les Judson et le Révérend Luther Rice parviennent à obtenir un passeport pour l’Ile de France. Ils prennent place à bord de La Belle Créole. « After a voyage of six weeks they arrived in Port Louis, on the Isle of France, January 17, 1813. » (Idem)
Drame en mer et drame à terre
Les Newell font leur voyage à destination de l’Ile de France sans les Judson. Aussi lorsque le drame frappera par deux fois, une fois en plein océan et l’autre à terre, le couple sera seul dans la souffrance et le deuil. En premier lieu, les parents Newell pleurent la mort prématurée de leur fille, à peine venue au monde. « Three weeks before reaching the island she became the mother of a child, which died in five days. » (1) Cela est sans doute un moment pénible pour le couple missionnaire chrétien à voir mourir lentement leur cher enfant. La veille de la mort est fort éprouvante. « The day before its death, the rite of the church, by which the little stranger into this cold world was given to God, was performed. They called her by the mother’s name, and watched over her until she breathed her last upon her mother’s bosom, and then sunk the form into the cold waters of the deep. » (7)
Le couple débarque enfin à l’île de France. Le Révérend Samuel Newell est alors le témoin impuissant d’un mal qui emporte cette fois-ci sa chère épouse. Elle souffre de tuberculose. « Soon after the death of her babe, Mrs. Newell discovered symptoms of the malady which soon carried here to an untimely grave. From the first, she had no hope of recovery. Several of her friends had died of the same disease, and when it fastened itself upon her system, she knew that her time had come. The slow, wasting consumption was on her frame, and her days were nearly run out. » (Idem) Ainsi, le 30 novembre, « seven weeks and four days after her confinement, Mrs. Harriet Newell, at the age of twenty (19), expired, far from her home and friends. » (1)
L’Ile de France : terre des désillusions
A leur arrivée à l’Ile de France, les Judson et Luther Rice apprennent le drame qui est survenu chez les Newell. « The scene of St. Pierre’s pathetic tale of « Paul and Virginia, » it was to our missionaries also who took refuge here, a place of sorrow. They learned of a death which rivals in pathos the fate of Virginia. Mrs. Harriet Newell, the first American martyr to foreign missions, had only just survived the tempestuous voyage from Calcutta, and had been laid in the « healthy ground » of Mauritius ; one who « for the love of Christ and immortal souls, left the bosom of her friends and found an early grave in a land of strangers. « … What a sense of desolation must have crept over the little band of missionaries, now that death had so early broken into their ranks ! » (9)
L’Ile de France se révèlera être beaucoup plus une source de déception que la terre promise de mission dont ils ont rêvé à la suite de leur déconvenue en Inde. L’Ile de France vient de passer sous tutelle britannique, porte son nouveau nom de Mauritius (1810) et est gouverné par Sir Robert Townsend Farquhar. « La décision des Judson de venir en mission à Maurice est motivée par les échos qu’ils en avaient eus et concernant l’attitude favorable du gouverneur Farquhar à la présence éventuelle d’un missionnaire aussi bien à l’île Maurice qu’à Madagascar. » (10)
Mais la réalité sera tout autre et aura raison de leur bonne foi missionnaire. « Mais très vite ils vont découvrir un autre visage de l’île Maurice — une île Maurice réactionnaire, esclavagiste, opposée à tout projet visant à l’instruction religieuse des esclaves qui constituent alors la majorité de la population. » (Idem) Aussi, au bout de quatre mois passés à faire de la cure d’âme auprès des troupes britanniques casernées à Maurice, et non à évangéliser les masses, comme souhaité, les Judson prennent place à bord du Countess of Harcourt le 7 mai 1812 à destination de Madras, d’où ils passeront en Birmanie, le pays choisi initialement par les Judson pour leur activité missionnaire, avant que les mésaventures en Inde ne leur soient tombées sur la tête.
Entre-temps, le 24 février, Samuel Newell embarque pour le Ceylan, et le 15 mars, Luther Rice met le cap sur les Etats-Unis faire campagne pour la mise sur pied d’une Baptist Missionary Society afin de soutenir l’oeuvre missionnaire à l’étranger. De la Birmanie, le couple Judson reviendra à Maurice en deux occasions — en 1841, en raison des problèmes de santé des enfants, et en 1845, « as his health and his wife’s were so broken. » (9)