L’ascension de Guy Rozemont dans la hiérarchie du Parti Travailliste dont il devient le président et son élection au Conseil Législatif dans la seconde moitié des années 1940 dopent le combat qu’il mène pour améliorer le sort de la classe ouvrière. C’est en conformité avec cette vision socialiste des choses qu’en 1949 « he moved a motion that 1st of May be declared a public holiday ». (1) La motion qu’il dépose sur la table du Conseil pour que la fête du Travail, le 1er mai, soit jour férié a pour noble objectif « to allow the workers of this Colony a day’s rest to celebrate Labour ideals. » (2)
Dans la motion historique présentée le 29 avril 1949, Guy Rozemont fait la rétrospective de la question : « It is an old fact that, during eight to ten years, it has been in mass public meetings the expression of opinion of the population that there is an overwhelming desire that they should be given the 1st of May as a public holiday for associating themselves with their other comrades throughout the whole world in order to celebrate the ideals of workers.  » (Idem) De cette rétrospective, on retiendra que la proposition à l’effet que le 1er mai soit jour férié a été émise quelques années plus tôt, avant que Guy Rozemont ne présente sa motion historique. L’auteur de la proposition n’a été nul autre qu’Emmanuel Anquetil, le mentor de Guy Rozemont. « On 5th May 1946 Anquetil publicly and forcefully asked at a meeting in the yard of the Rose Hill District Court for 1 May to be proclaimed national holiday. » (Idem)
Il est utile de souligner le concours qu’ont apporté ce jour-là deux courageux artisans, Bertin Herbu et Frantz Quirin : « Le 5 mai 1946 encore, lors de la traditionnelle manifestation du Travail, à côté des habituels orateurs du parti, s’étaient joints deux hardis artisans : Bertin Herbu et Frantz Quirin. Ils avaient prêté leur concours pour obtenir de l’assistance l’unanime approbation d’un manifeste en cinq points : la proclamation du 1er mai comme jour férié, le suffrage universel masculine, l’instruction obligatoire, la condemnation de l’inacceptable délai pour la revision de la Constitution, le combat contre l’alcoolisme qui rejoignait une champagne précédemment lance par Harryparsad Ramnarain. » (3)