Très riche, l’Afrique du Sud recèle en son sol de l’or, du diamant, du charbon et une multitude de minerais de grande valeur industrielle, en sus d’une agriculture de pointe. Il faut ajouter aussi des potentialités touristiques et halieutiques immenses.
Située dans l’extrême sud du continent africain, l’Afrique du Sud s’étend sur 1,200 000 km2, et compte, à ce jour, une population de plus de 52 000 000  d’habitants composée majoritairement d’ethnies africaines à 82%, mais également d’Européens et 12% d’Indiens. De Malais et de métis pour le reste.
Peuplé très tôt dans la préhistoire, cette région de l’Afrique australe est d’abord l’habitat des tribus Bochiman, des Namas ou Hottentots, des tribus bantous. Tous ces peuples du continent noir qui vivent encore à l’âge de pierre restent inconnus des Occidentaux jusqu’à la fin du 16e siècle quand, à la faveur de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, le navigateur portugais Vasco de Gama découvrit la route des Indes, via le Cap de Bonne-Espérance en 1497. Mais les Portugais ne s’y attarderont pas, car leur souci était de s’emparer du marché lucratif des épices en Orient qui valaient leurs pesants d’or en Europe.
S’étant débarrassés de la tutelle du Royaume d’Espagne, les vaillants sujets du nouveau Royaume-Unie de Hollande étaient déterminés à suivre la voie des Portugais, partir à la conquête de ces îles à épices et qui seront plus tard gérées par la Compagnie néerlandaise des Indes Orientales. Maurice devenu possession Hollandaise en 1598 deviendra un port de ravitaillement pour leurs navires en route vers Batavia, en Indonésie, dès 1638, mais pas pour longtemps, car à la faveur de l’implantation de la colonie hollandaise au Cap 1652 et la nouvelle route maritime vers les Indes néerlandaises, traversant les 40 rugissantes avec la colonie de Maurice qui perdra de son importance.