Des rebondissements dans l’enquête sur le cas de Hit and Run fatal sur l’autoroute du Nord à Forbach, avec le couple Shamloll, Arvind, coiffeur de profession (32 ans) et Manisha (23 ans), tué sur le coup samedi matin. En effet, moins de 24 heures après son arrestation et sa mise en détention policière par le Central CID sous la supervision de l’assistant commissaire de police Heman Jangi, le présumé chauffeur de l’ancien PPS Richard Duval, en l’occurrence Jamal Khan Mohammad Khan, 57 ans, se rétracte par rapport à la version initiale. C‘est ce qui s’est passé ce matin au QG du Central CID alors que le suspect se préparait pour comparaître devant le tribunal du Nord pour son inculpation provisoire dans ce sinistre accident de la route avec les chauffeurs des trois véhicules au premier plan prenant tout simplement la fuite.
Ce matin, les limiers du Central CID, mobilisés depuis hier après-midi pour procéder à l’arrestation de Richard Duval, qui crie au complot politique, ont préféré modifier leur stratégie. Ainsi, ils mettent l’accent sur les rétractations du chauffeur de la voiture noir métallisé de la marque Kia, immatriculée 904 FB 08, Jamal Khan Mohammad Khan. Ce dernier, qui a passé la nuit de dimanche à ce matin en cellule policière, a tout simplement fait comprendre à son arrivée au QG du Central CID vers 9 h 30, qu’il allait tout raconter sur ce qui s’est passé samedi matin.
« Aster mo pou koz la verite ! Mo pa ti lor volan loto Kia 904 FB 08 ! Pa mwa ti pe kondire », a déclaré Jamal Khan Mohammad Khan aux limiers du Central CID avant de faire des aveux de nature verbale en présence de l’ACP Jangi et d’autres responsables de l’enquête sur ce cas de Hit and Run, qui a été retirée de la CID de la Northern Division depuis hier matin.
Dans la matinée, les enquêteurs de la Squad 2 sous la supervision du surintendant Mannaram étaient occupés à consigner formellement la nouvelle version des faits du chauffeur de la Kia impliquée dans ce double accident mortel samedi. En attendant de confirmer ses aveux en présence de son homme de loi, Jamal Khan Mohammad Khan a allégué qu’il ne savait rien de ce qui s’est passé dans la nuit de vendredi à samedi. « Mo inn gagn enn kout telefonn ver 10 h, li nek inn dir mwa pran sarz loto-la », devait-il ajouter. L’examen par l’IT Unit de la police de la mémoire du téléphone de Jamal Khan Mohammad Khan devrait confirmer ou infirmer cet élément d’information.
Entre-temps, les hommes de loi retenus par Richard Duval téléphonaient pour prendre connaissance du plan de travail du Central CID. Finalement, sur le coup de midi, Richard Duval, accompagné de Me Assad Peeroo, s’est pointé aux Casernes centrales. « Mo pa inn fer nanyen mwa. Mo zis pe al donn enn lanket. Kan mo fini, mo pou fer enn deklarasion ar zot », devait-il faire comprendre aux journalistes présents sur les lieux.
Photographic Evidence
Lors de son audition samedi matin après la découverte de la voiture Kia 904 FB 08, appartenant à la société Océan Ltd à Port-Louis, dans un chemin de cannes, à quelque 350 mètres du lieu de l’accident mortel à Forbach, Jamal Khan Mohammad Khan s’était évertué à faire comprendre aux enquêteurs de la Northern Division que ce véhicule avait été abandonné peu après minuit à cet endroit précis. À cet effet, il avait indiqué à la police qu’à un certain moment dans la nuit de vendredi à samedi, il avait reçu un appel téléphonique de Richard Duval lui demandant de venir le chercher à Grand-Gaube.
« Li ti dan enn fet familial kot Xavier Duval ek li inn dir mwa vinn get li pou al lakaz », aurait déclaré le chauffeur, qui avait pu convaincre les enquêteurs de la Northern Division de le laisser rentrer chez lui samedi soir. Il a ajouté que dans les environs de Forbach, il a eu un besoin naturel urgent et qu’il s’est arrêté à cet endroit précis. Une autre voiture les accompagnait également. Toutefois, il devait se rendre compte que la clé de contact de la voiture avait été égarée.
Après de vaines recherches dans les environs, ils devaient décider de rentrer à bord de l’autre voiture en laissant la Kia sur place pour revenir le samedi matin. De son côté, Richard Duval, qui a été entendu samedi, a donné dans les grandes lignes la même chronologie des faits. Toutefois, dès hier matin, le Central CID a pris le dossier en mains se basant sur des éléments en provenance des enregistrements de caméras de surveillance sur la station-service Total sur l’autoroute du Nord, vis-à-vis du stade Anjalay et des premières analyses forensic de la police sur la voiture.
Soupçons
Les soupçons sont que la Kia 904 FB 08 est impliquée dans ce cas de Hit and Run avec deux nouvelles victimes sur la route. D’abord, les enregistrements CCTV de la station-service indiquent le passage d’un bolide de couleur noir métallisé sur le coup de 7 h 26, samedi, à cet endroit précis de l’autoroute en direction de Grand-Baie. Les experts de la police procèdent actuellement à un agrandissement de cette Photographic Evidence pour les besoins de l’enquête.
Ensuite, les enquêteurs de la police ont relevé deux traces d’éraflures sur le côté avant-gauche de la Kia, soit littéralement à la hauteur de la motocyclette de la marque Suzuki de couleur bleue et immatriculée 8087 Y du couple Shamloll. Des compléments d’examens mécaniques sont en cours pour établir ces premiers détails.
Subséquemment, deux témoins oculaires, des cyclistes qui se rendaient à Grand-Baie samedi matin, ont apporté une contribution conséquente à cette enquête. Mais à ce matin, interrogés par Le Mauricien, ils ont déclaré qu’ils ne veulent plus rien avoir à faire avec cette enquête sur le Hit and Run, qui a les littéralement bouleversés.
« Sa mem loto ki ti pase kuma enn bolid ! » auraient-ils laissé entendre. Mais ils n’ont pas voulu confirmer ce détail au Mauricien ce matin. Par contre, dans son témoignage à l’hebdomadaire Week-End, C.V., âgé d’une quarantaine d’années, de Floréal, est catégorique. « Nou ti pe pedal bisiklet ler nou truv enn loto nwar pass ek nou vite. Zot inn pass telman vite ki nou senti kuma enn labriz. Loto la ti gonfler kuma bann loto Fine Tuning. Linn doubler enn camion dans Fast Lane ek frot ek motosiklet ki ti devan. Zis apre, nou trouv enn lot loto ki revinn tap ek motosiklet ki ti anba ek anvol zot dan l’air kuma fey sek ».
Témoignage crucial
Si à ce stade de l’enquête, la Kia de couleur noire est désignée comme étant la voiture qui a renversé la motocyclette du couple Shamloll, la seconde voiture, qui faisait la course, a heurté Arvind Shamloll et son épouse de plein fouet sur l’asphalte. Ils ont été projetés sur une longue distance du point d’impact. Les enquêteurs du Central CID affirment détenir des premières indications susceptibles de mener à l’identification formelle de ce véhicule, qui a pris la fuite après l’accident.
Ces détails devront être confrontés aux dernières révélations de ce matin de Jamal Khan Mohammad Khan au Central CID. Outre l’arrestation de Richard Duval, qui est donnée comme une quasi-certitude dans les prochaines heures, au moins deux autres suspects, soit le chauffeur de l’autre voiture et une femme, une dénommée Sharon, qui était en compagnie de ce groupe, pourront être interpellés en vue d’élucider les circonstances de ce drame sur la route.
La police recherche également le chauffeur de la fourgonnette frigorifiée de couleur blanche qui avait été doublée en premier par la motocyclette du couple Shamloll et ensuite les deux bolides dans leur course effrénée. À ce matin, le chauffeur de la camionnette n’avait pas encore répondu à l’appel à témoins lancé par la police depuis samedi. Son témoignage est jugé crucial dans l’identification formellement de ces deux voitures.
Par contre, l’audition du préposé du groupe Terra, propriétaire des champs de cannes, n’a pas été d’une grande utilité pour les besoins d’enquête. Il a tout simplement dit que dans sa tournée samedi, il n’avait pas emprunté le sentier de cannes où avait été abandonnée la voiture. Une proche parente de Richard Duval a fourni un alibi à ce dernier dans sa déposition aux enquêteurs du Central CID.
D’autre part, les funérailles d’Arvind et Manisha Shamloll, qui se sont déroulées hier matin, ont été marquées par une sourde colère des proches devant la perte de leurs proches et l’insensibilité des chauffeurs impliqués dans ce cas de Hit and Run. C’est un adieu des plus émouvants que les proches du couple et les voisins et habitants de Laventure ont réservé à Arvind et Manisha, qui venaient à peine de marquer le premier anniversaire de leur mariage le 10 août dernier. Tous ceux présents ont réclamé que justice soit rendue dans ce drame…