Comme mentionné lors de la présentation du budget 2013 en novembre dernier, les athlètes bénéficiant d’une bourse de haut niveau de l’État et ce, à travers la HLSU (High Level Sports Unit), ont bénéficié d’une hausse de leurs allocations depuis la fin de janvier. Selon les nouveaux barèmes, un athlète de la catégorie mondiale touchera une allocation mensuelle allant de Rs 24 000 et Rs 30 000, alors que dans le passé, le minimum était de Rs 16 000 et le maximum Rs 20 000. Dans le cas du seul sportif figurant dans cette catégorie, nommément Richarno Colin (-64 kg), sa bourse passe de Rs 16 000 à Rs 24 000.
Week-End a posé la question au président de la HLSU, Ram Lollchand, pour en savoir plus sur les conditions de performances attachées à cette allocation. Il a indiqué que pour être éligible à  cette catégorie, un athlète doit obligatoirement réaliser une performance significative au niveau mondial. Dans le cas de Richarno Colin (-64 kg), il avait décroché la médaille d’or à la Bocksaï Cup, en 2011, une compétition de très haut niveau de l’AIBA (Association internationale de Boxe), alors que l’année dernière, il a été éliminé en huitième de finale des Jeux olympiques de Londres (Angleterre).
Selon Ram Lollchand, un athlète qui décroche une médaille d’or dans une compétition de niveau mondial bénéficie d’une allocation de Rs 30 000, alors que celui qui est médaillé d’argent touchera Rs 27 000. Pour celui qui termine à la troisième place, soit médaillé de bronze, il bénéficiera de Rs 24 000 mensuellement. Dans les autres catégories, la HLSU appliquera les mêmes règlements et ce, selon la couleur de la médaille obtenue. Ainsi, dans le classement inter-continental, les allocations qui étaient de Rs 8 000 à Rs 10 000 sont passées dans la fourchette  de Rs 12 000 à 15 000. Dans la catégorie continentale, ce sera désormais Rs 6 000 à Rs 9 000, alors que dans le passé, c’était de Rs 4 000 à Rs 6 000. Les athlètes de la catégorie régionale toucheront eux Rs 3 000 à Rs 4 500 au lieu de Rs 2 000 à Rs 4 500.
Rencontres avec les athlètes à partir du 18 courant
Comme le disait récemment Ram Lollchand, qui dit augmentation dit également plus de rigueur, de sérieux et surtout plus performant à tous les niveaux. Du reste, les membres de la HLSU iront à la rencontre des athlètes bénéficiaires sur leurs lieux d’entraînement à partir du 18 courant pour leur expliquer les attentes et objectifs du ministère de la Jeunesse et des Sports à travers cette bourse qui leur est allouée. Il convient de souligner que cette série de rencontres devait démarrer cette semaine, mais qu’en l’absence du secrétaire de la HLSU, Rajen Descann, qui animera à partir de demain, une formation du BECS, à Rodrigues, ces visites ont été reprogrammées.
D’autre part, Ram Lollchand a indiqué que la bourse de haut niveau de Fabrice Coiffic (100m et 200m) et de Mary-Jane Vincent (100m et 200m) a été maintenue dans la catégorie continentale (Rs 6 000 à Rs 9 000). Toutefois, d’ici fin mars-début avril, s’ils n’ont pas réalisé de performances significatives, ils descendront dans la catégorie régionale (Rs 3 000 à Rs 4 500). « Fabrice Coiffic et Mary-Jane Vincent ont réalisé les minima pour les Jeux de la Francophonie – septembre prochain à Nice en France – et c’est pour cette raison qu’ils ont été maintenus dans la catégorie continentale », a expliqué Ram Lollchand. Fabrice Coiffic et Mary-Jane Vincent devront donc améliorer leurs performances et surtout prouver qu’ils progressent et ce, à l’issue du Meeting International de Maurice – 19 avril prochain – pour demeurer dans la catégorie continentale.
D’autre part, Ram Lollchand a ajouté que l’AMA (Association mauricienne d’Athlétisme) a fait parvenir, mercredi, le rapport de Mary-Jane Vincent et de Jonathan Permal qui se trouvent tous deux en stage dans le centre de haut niveau de Jamaïque. Le nécessaire a été fait pour que ces deux athlètes bénéficient rapidement de leurs allocations. Idem pour l’haltérophile Shalinee Valaydon qui se trouve, elle, en stage en France.
Des dossiers en suspens
En revanche, d’autres cas sont toujours en suspens en attendant le rapport de leurs entraîneurs. Ces athlètes sont les judokas Christiane Legentil et de McLéon Paulin, Rhitesh Taukoory (tennis de table), Emmanuel Froget et Olivia de Maroussem (natation), Julien Paul, Aurélie Allet et Aatish Lubah (badminton) et Didier Cornet (boxe). Dans le cas des boxeurs James Kennedy St Pierre, Jacques Raphaël et Jonathan Ramchurn, l’AMB (Association mauricienne de Boxe) a demandé à la HLSU d’attendre d’abord la performance de ces derniers aux Championnats nationaux Élite, prévus du 20 au 22 courant, au centre national de boxe, à Vacoas, avant d’aller de l’avant avec les paiements. Pour ce qui est du cas de la cycliste Aurélie Halbwachs, le HLSU attend les raisons de sa non-participation aux Championnats d’Afrique seniors (Burkina Faso) avant de débloquer la situation.
Par ailleurs, certains athlètes ont disparu de la liste des athlètes bénéficiaires, à savoir Kiran Baboolall (badminton), Annabelle Laprovidence (judo), Sohinee Ghosh (tennis) et les beach-volleyeuses Natacha Rigobert et Elodie Li Yuk Lo, lesquelles ne forment plus une équipe depuis plusieurs mois.