Les délibérations du comité de la High Level Sports Unit (HLSU) pour la période d’octobre à décembre, rendues publiques en début de semaine, ont vu l’arrivée de quatre nouveaux athlètes, quatre autres qui sont passés à la catégorie supérieure, deux retraits et l’introduction de la catégorie des sparring-partners.
Tout semble indiquer que les choses vont dans le sens de la préparation en vue des JIOI 2015, à l’île de La Réunion. On note ainsi que six boxeurs, dont un n’a pas fourni ses détails bancaires, ont été nommés en tant que sparring-partners. Toujours dans le cadre de la boxe, Kennedy St Pierre surfe sur la vague de sa médaille d’argent des Jeux du Commonwealth. Le boxeur est ainsi passé de la catégorie régionale à la catégorie mondiale suite à son podium à Glasgow. Il rejoint Richarno Colin, qui était l’unique récipiendaire au sein de la discipline. Deux autres boxeurs ont été promus. Merven Clair est passé de la catégorie régionale à la catégorie continentale, tout comme Cédric Olivier.
Le nageur Bradley Vincent est lui aussi passé de la catégorie régionale à la catégorie continentale.
Dans la même veine, quatre sportifs font leur entrée dans la nouvelle grille de la HLSU. Trois judokas, Annabelle Laprovidence (intercontinentale), Priscilla Morand (continentale) et Céleste Vilbrun (régionale) se joignent à Christiane Legentil et Sarah Sylva, classées en catégorie continentale et régionale respectivement.
La nageuse Olivia de Maroussem fait également son entrée dans cette grille trimestrielle, alors que la bourse de Darren Chan Chin Wah est toujours en suspens, en attendant les rapports de la Fédération mauricienne de natation (FMN).
Par contre, on note qu’ils sont plus d’une dizaine d’athlètes à voir leurs bourses suspendues. Le badminton compte, à lui seul, six licenciés, dans cette liste de bourses suspendues. La HLSU a également bloqué temporairement les allocations d’un boxeur, de trois judokas et d’un pongiste pour des raisons diverses.
Le prochain exercice d’évaluation de la HLSU devrait se tenir à partir de janvier 2015. On abordera alors une phase critique, puisque les athlètes ne seront qu’à sept mois des JIOI.