Nul ne se serait douté que la soirée de jeudi allait se terminer dans une mare de sang au domicile des Perrine, à Batterie-Cassée. Ivre, Marguetson Legentil a agressé à l’arme blanche sa soeur, Florette Perrine, le gendre de cette dernière, Darnley Jolicoeur aussi connu sous le sobriquet de “Satan”, ainsi que son neveu, Joeckinson Perrine. C’est une simple discussion familiale qui a viré au drame. Bilan : un mort, une blessée, un comateux.
Ce jour-là, Florette, une mère de famille qui travaille comme ouvrière dans une usine, était rentrée chez elle vers 15 heures après ses heures de travail. Agée de 47 ans, elle vit avec ses enfants à Batterie-Cassée. En regagnant son domicile, son frère, Marguetson Legentil, son fils, Joeckinson, ainsi qu’un ami de la famille étaient sur place. Ces derniers discutaient autour d’une bouteille de rhum à son arrivée. Cette journée de beuverie s’est étendue jusqu’aux environs de 21 heures, heure à laquelle le drame s’est produit. Comme l’a expliqué Shantee Perrine, 17 ans, fille de Florette et veuve de Darnley Jolicoeur : “Tousala ine coumencer quand mo nièce ti p manz gato. Mo beau-frère ine dire li diriz to pas lé manzer to p manze gato. Lerla line rass gato la are li et line monter. Mo mama ine demander kine ariver et quand line explique li, mo soeur en meme temps ine dire li rane li so gato.”
À ce moment-là, Marguetson Legentil, toujours présent, avait commencé à les injurier. “Li ti saoul et tout le temps li ti ena ene rancoeur contre mo soeur”, explique la jeune fille. D’après ses souvenirs, c’est quand Florette demandait à son frère de se taire que sa soeur aînée s’est rendue compte que Marguetson était armé d’un couteau. Sachant que ces dernières essaieraient de lui enlever son arme des mains, Darnley Jolicoeur, 24 ans, est monté pour intervenir. Au moment de l’incident, celui-ci tenait leur fille de 5 mois dans les bras. “Satan ine desane, lerla line dire moi line blessé, line zis gagne letemps kitte tipti avec moi lerla line ale dans lari”, raconte Shantee Perrine. Prise de panique, elle a tout juste eu le temps d’avertir la police avant de courrir après Darnley qui, complètement affaibli à cause du coup de couteau qu’il avait reçu à la poitrine, s’était assis. “Mone faire li lever et c’est quand mone faire li rentrer qui mone trouver qui mo mama avec mo frère ousi ti blessé”, ajoute-t-elle. Lorsque la police d’Abercombie est arrivée sur place, ils ont immédiatement conduit Darnley Joilicoeur, Florette et le fils de cette dernière à l’hôpital Jeetoo. Les soins que Darnley aura obtenus, ainsi que les massages cardiaques, n’auront toutefois pas servi à grand-chose, car peu de temps après, il a succombé à ses blessures.