Poursuivi pour avoir tué Jacques Chan Lim Wan en décembre 2003, Vinay Nunhoo a été trouvé coupable à huit contre un par le jury des Assises. La Cour suprême devrait faire connaître sa sentence ultérieurement.
Satianand Nunhoo, plus connu comme Vinay Nunhoo, a été reconnu coupable du meurtre de Jacques Chan Lim Wan alias Bruce Lee. C’est ce qu’a conclu le jury après une semaine de procès devant le juge Benjamin Marie Joseph à la Cour d’assises. La Cour suprême fera connaître sa sentence ultérieurement. La loi prévoyait à l’époque jusqu’à 20 ans pour la charge de manslaughter.
Le bureau du directeur des poursuites publiques (DPP) était représenté par Mes Rehnu Gowry-Bhurrut (Senior State Counsel), Abdool Raheem Tajoodeen et Selveena Adapen (State Counsels).
Cette décision survient en début d’après-midi après le summing-up du juge président Benjamin Marie Joseph. Dans l’affaire, l’intention de tuer est l’élément déterminant afin de prouver la charge de manslaughter sinon il s’agit d’une charge de coups et blessures causant la mort sans intention de tuer.
Mes Hervé Lassémillante et Draunathrya Ortoo, assurant la défense de Satianand Nunhoo, n’ont pu convaincre le jury de l’innocence de leur client qui a plaidé non-coupable en début de procès.
Vinay Nunhoo était en 2003 âgé de 27 ans et travaillait dans un gymnase à Rose-Hill. Selon sa version des faits, il dormait à l’heure du drame. Il a raconté en Cour qu’il est rentré du travail vers les 23 heures le 19 décembre 2003 quand il a entendu sa tante Kamla crier. Allant voir ce qu’il en était, celle-ci lui aurait dit que « Bruce Lee pe bat mwa pou nanie ». Il aurait alors séparé les deux amoureux et serait allé se coucher. Le lendemain matin, cet habitant de Quatre-Bornes serait parti travailler tôt.
À la barre, Vinay Nunhoo a soutenu n’avoir jamais battu Bruce Lee. Le prévenu a également contesté une Diary Book Entry suggérant qu’il aurait dit « Mo dakor ki finn ariv enn grav erer. Mo finn bat Bruce Lee… » Il a également avancé que la police lui a fait peur et qu’il était stressé à ce moment là. « Zot ti pe kriy ek mwa… Zot ti pe dir mwa monn bat Bruce Lee ek linn mor. Mo latet ti pe koumans fatige », a-t-il soutenu.
La version de Kamla Nunhoo est toutefois autre. Appelée par la poursuite à témoigner, elle a soutenu ne pas trop se rappeler de ce qui s’est passé mais a quand même pu dire que « Vinay ek Bruce Lee ti pe lager ». Elle habitait à l’époque dans la même cour que son neveu mais dans une autre maison. L’ancienne compagne de Bruce Lee a également identifié l’accusé comme étant l’agresseur de la victime. Répondant à une question de la partie civile, Kamla Nunhoo a soutenu qu’elle s’est blessée au bras en empêchant Vinay et Bruce Lee de se battre. Lors de l’exercice de reconstitution des faits, elle avait un bras dans le plâtre. La victime est décédée d’une fracture du crâne et d’une lacération du cerveau.