La Cour intermédiaire a trouvé Dhananjay Seeboo coupable d’homicide involontaire sous la section 239(1) du Code Criminel et l’a condamné à douze mois de prison. Cet habitant de Vacoas a provoqué la mort d’un certain Deepchund Reeday le 29 mai 2011 alors qu’il était au volant de sa voiture. La magistrate Wendy Rangan a conclu que c’est dû à son imprudence sur la route que cet accident fatal s’est produit.
L’accident s’est produit le 29 mai 2011 à l’avenue Nanapragassen à Vacoas. Pour sa défense, l’accusé avait raconté à la police que ce jour-là vers 8 h 30 du matin, il quittait son domicile à l’avenue Nanapragassen pour déposer son fils aux leçons particulières. Il faisait marche arrière pour sortir de l’impasse et avait parcouru une distance de huit mètres quand il a senti qu’il avait roulé sur quelques chose. Il s’est tout de suite arrêté et a constaté qu’un homme était allongé sur la route. Il n’avait entendu personne crier. La police est arrivée peu de temps après. Dans sa déposition il a expliqué qu’en regardant dans le rétroviseur il n’avait vu personne et qu’il ne comprenait pas comment la victime avait pu heurter sa voiture. L’avocat de la défense, lui, a soutenu que si la victime était sur la route, Dhanajay Seeboo l’aurait remarquée et ne l’aurait pas heurtée. Il a évoqué la thèse que la victime serait tombée à la suite d’une crise cardiaque car son fils avait expliqué dans sa déposition que son père ne jouissait pas d’une bonne santé et qu’il avait subi une opération quelque mois avant. Cependant l’autopsie pratiquée par le Dr Sudesh Kumar Gungadin avait attribué le décès à des “craniocerebral injuries” et non une crise cardiaque. De plus les multiples blessures qu’il avait subies étaient dues à une collision et non à une chute. La Poursuite a ainsi demandé à la Cour de ne pas prendre en considération les suppositions de la défense selon lesquelles M. Reeday serait tombé à cause d’un malaise. « The Court cannot take defence counsel’s interpretation of the findings of Dr Gungadin as medical evidence in support of the case for the defence that M. Reeday died as a result of a heart problem or had fallen to the ground before the accused’s vehicle “met” his body. Furthermore, the fact that M. Reeday was not following any treatment does not mean that he must have been victim of a heart problem which led him to fall and be “met” by the accused’s van. The defence did not call any expert evidence on the medical condition of M. Reeday prior to his death so that the contention of the defence that M. Reeday had possibly fallen or been dead prior to the accused’s vehicle “meeting” his body is untenable », souligne la magistrate. Celle-ci conclut que compte tenu des blessures et la cause du décès, le véhicule de l’accusé a heurté la victime alors qu’il faisait marche arrière, provoquant ainsi un accident fatal. La Cour conclut que c’est l’imprudence de Dhanajay Seeboo au volant qui a provoqué la mort de M. Reeday et le condamne donc à douze mois de prison.