Vikash Bulatoo, un chauffeur d’autobus, était poursuivi sous une charge de “unlawfully and by imprudence, whilst driving a motor vehicle on a road, involuntarily committing the homicide of another person”. Il lui était reproché d’avoir causé la mort par imprudence d’une de ses passagères, âgée de 84 ans, qui venait de descendre de l’autobus à la gare du Nord. La magistrate Razia Jannoo-Jaunbocus l’a reconnu coupable, concluant que pour faire descendre ses passagers, le chauffeur ne s’était pas garé dans un endroit adéquat, en sus de n’avoir pas pris les précautions de sécurité nécessaires. L’homme connaîtra sa sentence le 29 septembre.
Vikash Bulatoo avait plaidé non coupable dans le cadre de cet accident, qui remonte au 12 février 2011 à la gare du Nord? à Port-Louis. L’autobus que conduisait l’accusé avait alors heurté de plein fouet une femme âgée de 84 ans, morte sur le coup. En cour, Vikash Bulatoo avait expliqué que ce jour-là, il revenait de Camp-La-Boue et qu’il avait arrêté son véhicule pour laisser descendre ses passagers. Une fois ces derniers descendus, dit-il, le receveur lui aurait signalé de démarrer pour libérer la place. C’est alors qu’il a entendu crier. En descendant, le chauffeur aurait alors apperçu une femme coincée sous les roues du véhicule. L’accusé affirme avoir vérifié la route avant de démarrer, ne pouvant dès lors expliquer comment son véhicule avait heurté la victime. À noter que le médecin légiste avait attribué le décès à des “craniocerebral injuries”.
Après avoir écouté les deux versions, la magistrate Razia Jannoo-Jaunbocus est arrivée à la conclusion que l’accusé avait agi par imprudence car il n’avait pas vérifié si la route était libre avant de démarrer. Dans ses observations, elle devait aussi souligner qu’un policier, qui avait déposé en cour, avait déclaré que que l’autobus s’était garé en dehors des endroits dédiés à cette intention, qui plus est où les autobus ne sont pas autorisés à stationner. « It is therefore undisputable that the accused in choosing to alight the passengers in the middle of the lane was acting unlawfully », a conclu la magistrate. Dans son jugement, elle fait ressortir que bien que l’accusé ait maintenu qu’il avait vérifié que la route était libre, les faits indiquaient le contraire. Selon elle, s’il l’avait fait, il aurait dû voir la victime en train de marcher. « The record shows that the victim was 84 years old when she passed away and therefore could not have been walking very fast, the more so that it was raining. For the victim to have got underneath the bus, it means that she was very close to it. There has been no explanation forthcoming from the accused as to where the victim came from. I cannot exclude the possibility that she alighted from the bus », a-t-elle souligné. La sentence sera connue le 29 septembre.